Halacha pour jeudi 25 Shevat 5779 31 janvier 2019

Pour l'élévation de l'âme de 
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Les cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud)

Question: Quelqu’un qui assiste chaque jour à un cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud), s’acquitte-t-il du devoir d’étudier la Torah chaque jour?

Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Kiddouchin (30a) sur le verset « Tu les enseigneras à tes fils »:
L’homme doit toujours diviser son temps en 3 parties : un tiers consacré à l’étude de la loi écrite (la Bible et ses commentaires) ; un tiers consacré à l’étude de la Michna (la loi orale) ; un tiers consacré à l’étude du Talmud.

C’est ainsi que tranche le RAMBAM (chap.1 des règles relatives à l’étude de la Torah), où il stipule que l’homme est tenu de diviser le temps de son étude en 3 parties. De quelle façon ? S’il s’agit d’un artisan ou d’un commerçant occupé par son travail pour sa subsistance durant 3 heures, et à qui il ne reste que 9 heures pour étudier la Torah, il doit consacrer 3 heures à l’étude de la loi écrite (la Bible et ses commentaires) : 3 heures à l’étude de la loi orale, et 3 heures à l’analyse d’enseignements ainsi qu’à la déduction de leurs conclusion pratique, en aboutissant à la connaissance de ce qui est interdit et de ce qui est permis.

Nos maitres les décisionnaires de ces derniers siècles ont longuement parlé du chemin le plus juste dans l’étude de la Torah. Le Péricha, le Chah’ et d’autres grands décisionnaires écrivent que certains Ba’alé Batim (chefs de familles occupés à travailler) ont l’usage d’étudier chaque jour le Talmud avec les commentaires de Rachi et des Tossafot (exactement comme le cours du Daf Ha-Yomi de nos jours), mais ils n’étudient pas les livres des décisionnaires. Il semble que l’essentiel est d’étudier les livres des décisionnaires, car on ne s’acquitte pas de l’obligation d’étudier la Torah par la seule étude de la Guémara, comme l’enseignent nos maitres : « Toute personne qui étudie deux Halachot chaque jour, est assurée du Monde Futur. » (Méguila 28b). Il s’agit d’une personne qui étudie des Halah’ot tranchées.
Seul un véritable érudit dans la Torah, qui consacre tout son temps à l’étude de la Torah, peut s’autoriser d’étudier aussi le Talmud correctement.

Par conséquent, concernant notre sujet, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (Chou’t Yéh’avé Da’at tome 6 chap.52), qu’il n’est pas juste que tout le monde s’adonne à l’étude quotidienne du Daf Ha-Yomi, au lieu d’assister à un cours de Halacha.
Les Séfaradim ont toujours été habitués à écouter chaque jour des cours de Halacha, donnés par des érudits dans la Torah. C’est ainsi qu’ils ont toujours maitrisé les lois de la Torah.
Aujourd’hui, dans de nombreux endroits, nous déplorons la disparition totale de cours de Halacha qui ont laissé place au cours de Daf Ha-Yomi auxquels de nombreuses personnes assistent.

Le Gaon Rabbi Yéhonatan EYBECHITS z.ts.l écrit dans son livre Yé’arot Dévach que toute personne qui n’a pas étudié les lois relatives à Chabbat de façon parfaite au moins deux à trois fois, ne pourra pas éviter une transgression du Chabbat, qu’elle soit de la Torah ou de nos maitres.

Il est certain que celui qui en a la possibilité, se doit d’assister chaque jour à la fois à un cours de Daf Ha-Yomi et à la fois à un cours de Halacha, et arriver ainsi à son contentement.
Mais s’il ne peut assister qu’à un seul cours par jour, il se doit de donner sa préférence à un cours de Halacha, car sans l’étude de la Halacha, on ne connait pas les lois de la Torah.

De même, les femmes qui lisent quotidiennement les Téhilim, dont l’importance est très grande, doivent malgré tout veiller à fixer chaque jour un moment pour étudier les lois de la Torah, puisqu’elles sont elles-aussi tenues de les maitriser. (En étudiant la « Halacha Yomit » depuis plusieurs années, chacun peut acquérir une très large connaissance de la Halacha.)

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott »

Le devoir de « Michloa’h Manott » Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la ......

Lire la Halacha

Question : Doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » après la mention du Nom d’Hachem dans le Kiddouch et la Havdala ?

Réponse: Dans la Halah’a précédente, nous avons expliqué la principale raison pour laquelle on répond « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo », puisque tel était l’usage de notre maître le ROCH qui ré......

Lire la Halacha

Divré Torah sur Térouma

בס''ד Divré Torah sur Térouma Par le Rav David A. PITOUN    4 Divré Torah La Parasha de Térouma est la première des Parashiyot qui traitent de la construction et de l’architecture du Mishkan (le Temple mobile que les Bén&ea......

Lire la Halacha


La règle relative à un œuf, de l’ail ou de l’oignon restés découvert toute une nuit

Les choses interdites par danger Il est enseigné dans la Guémara Nida (17a): Rabbi Chim’on Bar Yoh’aï dit : il y a 5 choses à cause desquelles une personne peut se mettre en danger en les réalisant, et l’une de ces choses est le fait de consommer ......

Lire la Halacha

« Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo»

Question: Quand doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo »? Réponse: Moché Rabbénou dit dans un verset de la Torah: « Lorsque j’invoque le Nom d’Hachem, rendez hommage à notre D. » Le Tar......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’yanou à la vision d’un être cher

Question: Une personne s’absente de chez elle durant 30 jours ou plus. A son retour, cette personne est heureuse de retrouver les membres de sa famille, ainsi que ses amis intimes. Doit-elle réciter la bénédiction de Chehe’heyanou en les revoyant? Réponse: ......

Lire la Halacha

La bénédiction de Mé’hayé Hamétim au bout de 12 mois de séparation avec un être cher

Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué que lorsque l’on voit un être cher, un ami intime ou un proche parent, que l’on n’a pas vu depuis 30 jours, on doit réciter la bénédiction de Chéhe’heyanou en le voyan......

Lire la Halacha