Halacha pour jeudi 25 Shevat 5779 31 janvier 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Les cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud)

Question: Quelqu’un qui assiste chaque jour à un cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud), s’acquitte-t-il du devoir d’étudier la Torah chaque jour?

Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Kiddouchin (30a) sur le verset « Tu les enseigneras à tes fils »:
L’homme doit toujours diviser son temps en 3 parties : un tiers consacré à l’étude de la loi écrite (la Bible et ses commentaires) ; un tiers consacré à l’étude de la Michna (la loi orale) ; un tiers consacré à l’étude du Talmud.

C’est ainsi que tranche le RAMBAM (chap.1 des règles relatives à l’étude de la Torah), où il stipule que l’homme est tenu de diviser le temps de son étude en 3 parties. De quelle façon ? S’il s’agit d’un artisan ou d’un commerçant occupé par son travail pour sa subsistance durant 3 heures, et à qui il ne reste que 9 heures pour étudier la Torah, il doit consacrer 3 heures à l’étude de la loi écrite (la Bible et ses commentaires) : 3 heures à l’étude de la loi orale, et 3 heures à l’analyse d’enseignements ainsi qu’à la déduction de leurs conclusion pratique, en aboutissant à la connaissance de ce qui est interdit et de ce qui est permis.

Nos maitres les décisionnaires de ces derniers siècles ont longuement parlé du chemin le plus juste dans l’étude de la Torah. Le Péricha, le Chah’ et d’autres grands décisionnaires écrivent que certains Ba’alé Batim (chefs de familles occupés à travailler) ont l’usage d’étudier chaque jour le Talmud avec les commentaires de Rachi et des Tossafot (exactement comme le cours du Daf Ha-Yomi de nos jours), mais ils n’étudient pas les livres des décisionnaires. Il semble que l’essentiel est d’étudier les livres des décisionnaires, car on ne s’acquitte pas de l’obligation d’étudier la Torah par la seule étude de la Guémara, comme l’enseignent nos maitres : « Toute personne qui étudie deux Halachot chaque jour, est assurée du Monde Futur. » (Méguila 28b). Il s’agit d’une personne qui étudie des Halah’ot tranchées.
Seul un véritable érudit dans la Torah, qui consacre tout son temps à l’étude de la Torah, peut s’autoriser d’étudier aussi le Talmud correctement.

Par conséquent, concernant notre sujet, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (Chou’t Yéh’avé Da’at tome 6 chap.52), qu’il n’est pas juste que tout le monde s’adonne à l’étude quotidienne du Daf Ha-Yomi, au lieu d’assister à un cours de Halacha.
Les Séfaradim ont toujours été habitués à écouter chaque jour des cours de Halacha, donnés par des érudits dans la Torah. C’est ainsi qu’ils ont toujours maitrisé les lois de la Torah.
Aujourd’hui, dans de nombreux endroits, nous déplorons la disparition totale de cours de Halacha qui ont laissé place au cours de Daf Ha-Yomi auxquels de nombreuses personnes assistent.

Le Gaon Rabbi Yéhonatan EYBECHITS z.ts.l écrit dans son livre Yé’arot Dévach que toute personne qui n’a pas étudié les lois relatives à Chabbat de façon parfaite au moins deux à trois fois, ne pourra pas éviter une transgression du Chabbat, qu’elle soit de la Torah ou de nos maitres.

Il est certain que celui qui en a la possibilité, se doit d’assister chaque jour à la fois à un cours de Daf Ha-Yomi et à la fois à un cours de Halacha, et arriver ainsi à son contentement.
Mais s’il ne peut assister qu’à un seul cours par jour, il se doit de donner sa préférence à un cours de Halacha, car sans l’étude de la Halacha, on ne connait pas les lois de la Torah.

De même, les femmes qui lisent quotidiennement les Téhilim, dont l’importance est très grande, doivent malgré tout veiller à fixer chaque jour un moment pour étudier les lois de la Torah, puisqu’elles sont elles-aussi tenues de les maitriser. (En étudiant la « Halacha Yomit » depuis plusieurs années, chacun peut acquérir une très large connaissance de la Halacha.)

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le voleur repenti (suite)

Les propos de MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h MARAN écrit dans le Choulh’an ‘Arouh’ (H’ochen Michpatt chap.366) : Un voleur réputé qui désire se repentir, si l’objet du vol n’existe plus, on ne doit pas accepter le......

Lire la Halacha

« Le vol est la source des mises en accusation »

Il est enseigné dans la Guémara Yoma (85b): Rabbi El’azar ben ‘Azarya commente : Il est dit dans la Torah au sujet de Yom Kippour: « Car c’est en ce jour qu’Il vous pardonnera, afin de vous purifier de toutes vos fautes, devant hachem vous vous purifiere......

Lire la Halacha

Un voleur qui désire se repentir

Question: Il y a quelques années, une personne m’a volé une somme d’argent. A présent, il vient me rembourser en pleurant qu’il ne sait pas comment rembourser toiuytes les personnes qu’il leur a volé. Comment dois-je agir? Réponse: Si une......

Lire la Halacha

Celui qui fait fauter les autres

Question: Une personne qui fait fauter les autres (qui a causé le fait que d’autres commettent des fautes), sa Téchouva (repentir) peut-elle être acceptée, lorsqu’elle regrette ses actes de tout son cœur, et qu’elle s’engage à ne plus l......

Lire la Halacha


Le devoir de repentir pour tout individu - Anecdote au sujet de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Pourquoi l’homme doit-il demander pardon à Hachem sur ce qu’il a fait sans intention, c'est-à-dire de façon involontaire, alors qu’il n’existe pas d’homme juste sur terre qui ne fait que le bien sans commettre de faute, et il est impos......

Lire la Halacha

Difficultés à se repentir

Question: Un homme qui commet des fautes et qui rencontre de grandes difficultés à se repentir au point de ne pas y parvenir, y a-t-il malgré cela une quelconque utilité aux Mitsvot qu’il accomplit, ou pas? Réponse: En général, le proc&e......

Lire la Halacha

Se fixer des barrières pendant la période des Sélih’ott, à travers l’étude de la Torah

Nous avons déjà mentionné antérieurement les propos de nos maitres les Ah’aronim (décisionnaires des dernières générations), ainsi que les propos de notre maitre le Rav z.ts.l selon lesquels, de notre époque, durant le mois d&rsquo......

Lire la Halacha

La Kippa à la plage – Se couvrir la tête lorsqu’on récite une bénédiction

Question: Y a-t-il une obligation de marcher avec une Kippa lorsqu’on est à la plage ? Est-il possible de réciter une bénédiction en se plaçant la main sur la tête? Réponse: Avant tout, nous devons expliquer la notion de l’obligation de ......

Lire la Halacha