Halacha pour jeudi 18 Iyar 5779 23 mai 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Se lever lors des bénédictions du matin

Question: Y a-t-il une obligation de se lever lorsqu’on récite les bénédictions du matin, ainsi que pour les bénédictions de la Torah?

Réponse: Il existe des bénédictions que l’on est tenu de réciter debout. 
La raison diffère pour chacune de ces bénédictions. 
Par exemple, la bénédiction du compte du ‘Omer doit être récitée debout car il est écrit « … aussitôt qu’on mettra la faucille aux blés … » Les blés sont désignés dans ce verset par le terme « Bakama » (בקמה), et nos maitres commentent : « Bé-Koma » (בקומה) qui signifie « debout ». 
Et ainsi pour d’autres exemples.

Les propos d’un des Guéonim – Se lever pour toute bénédiction qui ne procure pas un profit physique
Il est rapporté dans les Tchouvot des Guéonim (Cha’aré Téchouva chap.79, cité par le Sefer Ha-Echkol chap.23):
« Le Gaon écrit dans une Tchouva que l’on doit réciter toutes les bénédictions debout. Il s’agit de bénédictions sur des Mitsvot desquelles on ne tire pas de profit. Mais s’il s’agit de bénédictions de profit, ce n’est pas nécessaire. »
Cela signifie qu’il existe 2 catégories de bénédictions.
Il existe les bénédictions qui n’apportent aucun profit physique, comme la bénédiction du Tsitsit, du Loulav ou les bénédictions de la Torah.
Mais il existe aussi des bénédictions qui apportent un profit physique, comme le Kiddouch ou la bénédiction sur la Soukka, ou autre.
Selon l’opinion de l’un des Guéonim, il faut être debout pour toute bénédiction qui n’apporte pas de profit physique à l’être humain.
Selon cela, il est certain qu’il faut s’imposer de se lever lors des bénédictions de la Torah. Cette décision Halah’ique fait référence à un Talmud Yérouchalmi explicite.

Les propos de Rabbi David ABOUDARHEM – « על''ץ של''ם »
Cependant, il est aussi rapporté dans les Tchouvot des Guéonim que selon certains, l’obligation de se lever concerne seulement 6 bénédictions, avec une raison particulière pour chacune.

Rabbi David ABOUDARHEM donne un repère pour se rappeler les 6 bénédictions pour lesquelles il faut se lever. Ce repère est : על''ץ של''ם
Ce sont les initiales hébreux des mots : ‘Omer (compte du ‘Omer) ; Lévana (bénédiction sur la lune) ; Tsitsit ; Chofar ; Loulav ; Mila.
(Il est vrai qu’il existe d’autres bénédictions pour lesquelles on a l’usage de se lever, mais celles-ci restent les principales).

Les propos du Péné Yéhochoua’
Apparemment, selon les propos du Talmud Yérouchalmi et l’opinion de l’un des Guéonim, il faudrait se lever également lors des bénédictions de la Torah.
Cependant, le Péné Yéhochoua’ écrit dans ses commentaires sur le traité Méguila 21a, que s’il s’agit de Mitsvot dont l’accomplissement se fait debout, nous devons réciter la bénédiction debout. Par exemple, le Loulav que l’on doit agiter lorsqu’on est debout, sa bénédiction se récite aussi debout. Mais s’il s’agit de la lecture de la Méguila d’Esther, qu’il n’y a pas d’obligation de lire debout, il n’y a pas non plus d’obligation de réciter la bénédiction debout.
Telle est également l’opinion d’autres grands décisionnaires.

La décision Halachique
Selon cela, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (Chou’t Yéh’avé Da’at tome 5 chap.4), que puisqu’il n’y a pas d’obligation de se lever lorsqu’on étudie la Torah, il en est de même pour les bénédictions de la Torah, il n’y a donc pas d’obligation de les réciter debout. Il en est de même pour les bénédictions du matin, il n’y a pas d’obligation de les réciter debout, car ce n’est que lorsque la Mitsva s’accomplit debout qu’il faut également réciter la bénédiction debout. (Or, les bénédictions du matin ne se rattachent à aucune Mitsva).

Au contraire, il est écrit dans les Chou’t Ha-Rama’ Mi-Pano qu’il est possible de réciter les bénédictions de la Torah en étant assis, puisque la Torah dit au sujet de l’étude « Lorsque tu seras assis dans ta maison ».
Le Péri Mégadim ajoute qu’on ne nous a pas imposé de se lever lors de la lecture du Chéma’ et de ses bénédictions, car lorsqu’on est assis on se concentre plus facilement. Il en est de même pour les bénédictions de la Torah, car selon certains décisionnaires, elles sont ordonnées par la Torah, et il est donc certain qu’il faut avoir la vigilance de se concentrer considérablement lorsqu’on les récite. Il est donc possible de les réciter en étant assis.

Conclusion: Il n’y a pas de nécessité de se lever lorsqu’on récite les bénédictions du matin ou les bénédictions de la Torah. Il est donc possible de les réciter en étant assis.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

התרת נדרים בעשרה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La sonnerie du Chofar

Il est un commandement positif (une Mitsvat ‘Assé) ordonné par la Torah d’écouter la sonnerie du Chofar le jour de Rosh Ha-Chana, comme il est dit : « Ce sera pour vous un jour de sonnerie ». Il est interdit de parler entre les diffé......

Lire la Halacha

Le « Tachlih’ » - Usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Le 1er jour de Roch Ha-Chana, après l’office de Minh’a, nous avons la tradition d’aller au bord de la mer ou au bord d’un fleuve, ou bien à côté d’une source d’eau vive, ou à côté d’un puits, afin de réci......

Lire la Halacha

Le voleur repenti (suite)

Les propos de MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h MARAN écrit dans le Choulh’an ‘Arouh’ (H’ochen Michpatt chap.366) : Un voleur réputé qui désire se repentir, si l’objet du vol n’existe plus, on ne doit pas accepter le......

Lire la Halacha

« Le vol est la source des mises en accusation »

Il est enseigné dans la Guémara Yoma (85b): Rabbi El’azar ben ‘Azarya commente : Il est dit dans la Torah au sujet de Yom Kippour: « Car c’est en ce jour qu’Il vous pardonnera, afin de vous purifier de toutes vos fautes, devant hachem vous vous purifiere......

Lire la Halacha


Un voleur qui désire se repentir

Question: Il y a quelques années, une personne m’a volé une somme d’argent. A présent, il vient me rembourser en pleurant qu’il ne sait pas comment rembourser toiuytes les personnes qu’il leur a volé. Comment dois-je agir? Réponse: Si une......

Lire la Halacha

Celui qui fait fauter les autres

Question: Une personne qui fait fauter les autres (qui a causé le fait que d’autres commettent des fautes), sa Téchouva (repentir) peut-elle être acceptée, lorsqu’elle regrette ses actes de tout son cœur, et qu’elle s’engage à ne plus l......

Lire la Halacha

Le devoir de repentir pour tout individu - Anecdote au sujet de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Pourquoi l’homme doit-il demander pardon à Hachem sur ce qu’il a fait sans intention, c'est-à-dire de façon involontaire, alors qu’il n’existe pas d’homme juste sur terre qui ne fait que le bien sans commettre de faute, et il est impos......

Lire la Halacha

Difficultés à se repentir

Question: Un homme qui commet des fautes et qui rencontre de grandes difficultés à se repentir au point de ne pas y parvenir, y a-t-il malgré cela une quelconque utilité aux Mitsvot qu’il accomplit, ou pas? Réponse: En général, le proc&e......

Lire la Halacha