Halacha pour lundi 7 Tammuz 5780 29 juin 2020

Pour la guérison totale de Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN) parmi tous les malades d'Israël

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

Pour la guérison totale et rapide de:
Ethan Chlomo Ben Yoni parmi tous les malades d'Israël Amen
Jacques Jacky Yaakov Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année?

Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un fruit nouveau que l’on n’a pas consommé depuis l’année précédente, comme des fraises ou des grenades qui se renouvellent chaque année.
Nous devons donc définir si l’on doit également réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année, comme le parfum du jasmin qui pousse chaque année durant les mois d’été. Ou bien sur des roses qui se renouvellent elles aussi d’année en année.
Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » après avoir récité la bénédiction propre au parfum ou non?

Notre maître le RADBAZ – Rabbi David BEN ZIMRA – écrit dans une Tchouva que sur un parfum agréable qui se renouvelle d’année en année – comme le parfum des roses ou du jasmin – nous devons réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou ». il est vrai qu’en général nous n’accordons pas d’importance particulière à l’odeur – et ceci se répercute sur différentes lois – malgré tout, concernant le profit du parfum pour lequel nos maîtres ont instauré la bénédiction des parfums, il est certain qu’il en est de même vis-à-vis de la bénédiction de « Chéhéh’éyanou », puisque l’être humain en tire un profit, il est tenu de réciter une bénédiction sur ce parfum, et il en est de même pour la bénédiction de « Chéhéh’éyanou ».
Ces propos du RADBAZ sont cités par de nombreux décisionnaires.

Cependant, le Gaon auteur du livre Chiyaré Kenesset Ha-Guédola fait remarquer - en citant le Léh’em H’amoudott - que si l’on ne récite pas de bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum c’est simplement parce que le profit est faible. C’est d’ailleurs pour cette même raison que nous ne récitons pas de bénédiction finale après avoir senti un parfum agréable, comme l’écrit Rachi. Par conséquent, la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » n’est donc pas non plus récitée lorsqu’on sent un parfum qui se renouvelle d’année en année.

Il y a encore une autre raison à notre usage de ne pas réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un nouveau parfum.
En effet, le Léh’em H’amoudot cité précédemment fait mention des propos du Gaon Rabbi Moché Levy DAYAN z.ts.l qui écrit que le parfum agréable n’est pas seulement le profit du corps, mais surtout celui de l’âme, comme il est écrit dans le Tehilim : « Toute âme rendra gloire à Hachem.. » Il n’est donc pas approprié de réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur une chose qui est le profit essentiel de l’âme et non celui du corps. Le corps a besoin de réciter continuellement la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur les profits qui se renouvellent chaque année.
C’est pour cela qu’il ne faut pas réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum agréable qui se renouvelle chaque année, car le profit essentiel de l’odorat est celui de l’âme qui est éternelle.

Malgré tout cela, le Gaon auteur du Chou’t Pé’oulat Tsaddik rapporte que dans son enfance, il a consté que ses maitres récitaient la bénédiction de « Chéhéh’éyanou ». il s’étend longuement afin de justifier l’usage de ses maîtres sur ce point.
Cependant, notre maître le H’YDA écrit qu’étant donné que nous avons un principe fondamental selon lequel « dans chaque situation de doute sur la récitation d’une bénédiction, nous ne la récitons pas » (« Safek Bérah’ot Léhakel »), par conséquent il ne faut pas réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum agréable.
De plus, si l’opinion du RADBAZ était réellement fondée, il est un peu difficile à admettre qu’aucun décisionnaire parmi les Richonim (de l’époque médiévale) n’en a fait mention.

Par conséquent, selon la Halacha il ne faut pas réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum agréable, car quoi qu’il en soit nous ne sortons pas pour autant d’une divergence d’opinions Halah’ique.
Cependant, la personne qui veut faire preuve de piété , est autorisée à réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum agréable, mais sans prononcer le Nom d’Hachem et l’expression de sa Royauté en disant seulement « Barouh’ Chéhéh’éyanou Vékiyémanou Véhigui’anou Lazémane Hazé », et pas plus.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

EL ENCENDIDO DE LAS LUMINARIAS DE JANUCÁ

Al encender las luces de Janucá es preciso prever que contengan suficiente aceite como para encender media hora a partir del momento del encendido, lo mismo aplica si enciende con velas de cera, en este caso debe preocuparse porque las mismas puedan permanecer encendidas por lo menos media ho......

Lire la Halacha

SI OLVIDO LAS BENDICIONESMATUTINAS

En algunas entregas anteriores, hemos hablado sobre las Bendiciones matutinas –bircot hashajar- y aclaramos que las mismas no están limitadas a un tiempo determinado, por lo tanto quien olvidó pronunciarlas en la mañana puede recitarlas durante el día, hasta la pues......

Lire la Halacha

AMIDÁ FRENTE A CUADROS O CORTINAS ESTAMPADAS

Pregunta: Está permitido recitar la amidá frente a una cortina estampada o labrada con figuras como las que se encuentran en algunas sinagogas? Respuesta: Escribe el Ramba”m en una de sus respnsas (edición Fridman cap. 20): Todas las telas que poseen figuras, aún......

Lire la Halacha

TOSTADO DEL PAN EN SHABBAT

Pregunta: Está permitido colocar un trozo de “pita” u otro pan sobre la chapa hirviente en Shabbat para producir tostadas? Respuesta: Para responder esta pregunta, debemos analizar la cuestión desde dos perspectivas halájicas. En principio, es preciso analizar ......

Lire la Halacha


LAS MUJERES Y LA KERIAT SHEMA

Debido a la lectura de la Shema Israel diaria es un precepto de la Torá enmarcado dentro de un tiempo determinado, en la mañana y en la noche como dice el versículo, las mujeres se hallan exentas del mismo, así como de todos los preceptos activos que se observan dentro de......

Lire la Halacha

LAVADO DE VAJILLA LA NOCHE DE SHABBAT

Pregunta: Está permitido lavar la vajilla la noche de Shabbat tras haberla utilizado para dejarla pronta para el día siguiente, o es necesario lavarla en la mañana? Por otro lado, ¿se puede agregar agua a la vajilla sucia para ablandar la suciedad y posteriormente lavar l......

Lire la Halacha

SALADO DE PEPINOS EN SHABBAT

Pregunta: Es correcta la afirmación de que está prohibido salar pepinos en Shabbat? Respuesta: Esta pregunta se origina en la afirmación halájica que sostiene que todo lo que se encurte o sala es considerado como cocinado, o sea que el encurtir o salar es una forma de ......

Lire la Halacha

BIRCAT HATORA EN LA MUJER

Como vimos anteriormente, si el hombre olvida pronunciar la bendición sobre la Torá en la mañana, con las bendiciones matutinas, y se recuerda después de haber recitado la plegaria de Shajrit –matutina-, no debe pronunciarla pues la bendición sobre la lectura......

Lire la Halacha