Halacha pour mardi 28 Adar 5779 5 mars 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

« Barouh’ Chépitérani Mé-‘Oncho Chel Zé »

Question: Lorsqu’un garçon atteint l’âge de la Bar Mitsva, est-il juste que le père récite la bénédiction « Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï Elo-hénou Méleh’ Ha-‘Olam Chépitérani Mé-‘Oncho Chel Zé » ? Doit-on agir également ainsi lorsque la fille atteint l’âge de la Bat Mitsva (12 ans)?

Réponse: Il est enseigné dans le Midrach Rabba (Parasha de Tolédott):

Rabbi El’azar dit: L’homme doit s’occuper de son fils jusqu’à l’âge de 13 ans. Au-delà de cet âge, le père doit dire: « Barouh’ Chépitérani Mé-‘Oncho Chel Zé ».
L’élève du MAHARAM cite cette bénédiction dans son livre Tachbets avec la mention du Nom d’Hachem et sa royauté.
De même, il est écrit dans le recueil des usages du MAHARYL (Rabbenou Ya’akov MOULINN qui est la principale référence des traditions Achkénazes citées fréquemment par le RAMA) que le MAHARYL a récité lui-même cette bénédiction lorsque son fils devint Bar Mitsva, après la lecture de la Torah de l’enfant.
Cette bénédiction est également rapportée dans les propos d’autres décisionnaires, et toujours avec la mention du nom d’Hachem et sa royauté.

Cependant, dans son livre Darké Moché (chap.225), notre maitre le RAMA rapporte les propos du MAHARYL ainsi que le Midrach Rabba cité précédemment, et il écrit:
« Je n’ai pas trouvé cette bénédiction dans le Talmud, et il m’est difficile de laisser les gens réciter une bénédiction qui n’apparait pas dans le Talmud. »
Cela signifie que puisque cette bénédiction n’est pas mentionnée dans le Talmud, il est certain que nous ne pouvons pas la réciter avec la mention du Nom d’Hachem et sa royauté, même si cette bénédiction est citée dans les Midrachim et dans les propos de nombreux décisionnaires.
Le ROCH (chap.8 de Béh’orott) écrit justement que l’on n’a pas à réciter la moindre bénédiction si elle ne figure pas dans le Talmud, car après l’achèvement de la rédaction du Talmud par Rav Aché et Ravina, aucune bénédiction ne fut innovée. (Ce principe possède de nombreuses conséquences Halah’iques)

C’est pourquoi, le RAMA tranche dans l’une de ses notes qu’il faut certes réciter cette bénédiction le jour de la Bar Mitsva, conformément à l’usage du MAHARYL, mais il faut la réciter sans le Nom d’Hachem et sa royauté.
Cela signifie que le père dira seulement : « Barouh’ Chépitérani Mé-‘Oncho Chel Zé ».
Cette bénédiction signifie que jusqu’à présent, le père était puni pour les actions de son fils, car il est responsable de ses actes en l’éduquant dans le chemin de la Torah. Mais à présent, le fils est responsable de ses propres actes puisqu’il a grandit et qu’il est devenu un Ben Israël à part entière, la responsabilité de ses actes n’incombe plus réellement le père.
Certains expliquent dans le sens contraire, et selon cette explication, tant que l’enfant n’avait pas atteint l’âge des Mitsvot, il était susceptible de subir le châtiment pour les fautes de son père, car il existe des situations où les enfants en bas âge peuvent subir le châtiment pour les fautes de leurs parents (qu’Hachem nous en préserve !), ce qui n’est plus le cas après qu’ils aient atteint l’âge des Mitsvot, ils ne subissent le châtiment que pour leurs propres actions (voir le développement de notre grand maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l dans son livre Halih’ott ‘Olam (tome 2 page 200).

Notre maitre le Rav z.ts.l écrit qu’il semble évident de réciter cette bénédiction sans la mention du Nom d’Hachem et sa royauté également le jour où une fille atteint l’âge des Mitsvot, c'est-à-dire le jour de sa Bat Mitsva (12 ans).

En conclusion: Le jour ou un garçon ou une fille atteignent l’âge des Mitsvot (13 ans pour un garçon, 12 ans pour une fille), le père doit réciter sans la mention du nom d’Hachem et sa royauté : « Barouh’ Chépitérani Mé-‘Oncho Chel Zé » (pour une fille, « Mé-‘Oncha Chel Zo »).

(Le Ben Ich H’aï ajoute qu’il est juste de penser la mention du Nom d’Hachem et sa royauté, en prenant soin de ne pas les prononcer).

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

זמן ברית המילה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’obligation d’entendre Parachat Zah’or

« Souviens-toi de ce que t’as fait ‘Amalek » Le Chabbat qui précède Pourim (ce Chabbat 16 mars), lors de l’ouverture du Héh’al à la synagogue, nous sortons 2 Sifré Torah. Dans le 1er nous lirons la Paracha de la semaine (Vaykra)......

Lire la Halacha

« Le symbole du demi-Chékel » (année 5779)

Nous avons l’usage d'offrir avant Pourim l’argent du « Zéh’er Lémah’atsit Ha-Chékel » (l’argent qui « symbolise le demi-Chékel ») que tout le peuple d’Israël donnait à l’époque du Bet......

Lire la Halacha

Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Le jeûne d’Esther

Aujourd’hui (23 mars, veille de Pourim), tombe le jeûne d’Esther que toutes les communautés du peuple d’Israël a l’usage d’observer. Au temps de Mordéh’aï et Esther, les juifs se sont réunis le 13 Adar afin d’affronter......

Lire la Halacha


La lecture de la Méguila – Que faire lorsqu’on n’a pas entendu une partie de la Méguila, pour cause de bruits ou de retard à la synagogue ?

Toute personne a le devoir d’écouter la Méguila le jour de Pourim. Il faut la lire le soir, et la répéter le lendemain, comme il est dit : « Mon D. ! Je t’implore le jour même si tu ne me réponds pas, et je ne me tairais pas la nuit. »......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott »

Cette année, les jours de Pourim tomberont – avec l’aide d’Hachem – en fin de semaine prochaine. Le jeûne d’Esther tombe le mercredi, et ensuite le jeudi tombe la fête de Pourim dans la plupart des endroits, alors qu’à Jérusalem Po......

Lire la Halacha

Le sauvetage d’Israël à Pourim

Il est dit dans la Méguila d’Esther (chap.3): « Haman dit au roi A’hachvéroch : Il y a un peuple, dispersé et désuni parmi les peuples, dans tous les pays de ton royaume, leur religion diffère de celle de tout autre peuple, ils ne prati......

Lire la Halacha

L’obligation du repas de Pourim cette année (5779)

Le repas de Pourim la nuit La fête de Pourim diffère des autres fêtes que nous possédons car pour toutes les fêtes, la Mitsva de se réjouir par un repas, est en vigueur aussi bien la journée que la nuit, alors que pour la fête de Pourim, le devoir......

Lire la Halacha