Halacha pour mardi 11 Nissan 5779 16 avril 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Consommation de Matsa ou repas la veille de Péssah’

La veille de Péssa’h (14 Nissan, cette année 5779 vendredi 19 avril), il est interdit de consommer de la Matsa, afin que l’on puisse la consommer avec appétit lors du Séder. 
Par contre, le soir du 14 Nissan (le soir qui précède le Séder, cette année 5779 jeudi soir 18 avril), il est encore permis de consommer de la Matsa.

La journée du 14 Nissan (veille de Péssa’h), il est permis de consommer de la Matsa appelée « Masta ‘Ashira » (galette douce pétrie uniquement avec des jus de fruits ou du vin sans le moindre ajout d’eau), ou bien de la Matsa que l’on fait frire ou que l’on fait de nouveau cuire dans un liquide (bouillie), car on ne peut s’acquitter de son obligation de consommer la Matsa le soir du Séder avec une telle Matsa, puisque la Torah exige un « pain de misère » (Péssah’im 36a), c’est pourquoi il est permis de consommer ce type de Matsott la veille de Péssa’h. 
Par contre, s’il s’agit d’un gâteau fait à base de farine de Matsa (Matsa ordinaire pétrie à l’eau) à laquelle on a ajouté du miel ou du vin ou autre, et que l’on ensuite enfourné, un tel gâteau ne peut être consommé la veille de Péssah’.

La veille de Péssah’, dès la 10ème heure du jour (en heures saisonnières, c'est-à-dire 3 heures avant la sortie des étoiles. En Israël, vers 15h30 environ, et en France vers 17h30 environs), il est interdit de prendre un repas même s’il n’est pas accompagné de Matsa, afin de consommer la Matsa avec appétit, et le fait de manger à un tel moment peut entraîner un rassasiement qui freinera l’appétit lors de la consommation de la Matsa le soir du Séder.
Cependant, il est permis de consommer des fruits ou des légumes ou bien du riz même après la 10ème heure de la journée, à la condition de ne pas s’en remplir le ventre.

La Matsa avec laquelle on s’acquitte de son obligation le soir de Péssah’ doit être une Matsa « Chémoura » (surveillée) depuis la moisson des blés.
Ce qui signifie que dès la moisson des blés, toutes les dispositions ont été prises pour que les grains de blés n’aient aucun contact avec l’eau. Il est très juste de se procurer de la Matsa Chémoura « fabriquée à la main ».
Etant donné que de nombreux problèmes de Cacherout liés à la Matsa peuvent se poser, il faut veiller à acheter uniquement des Matsot vendues sous un contrôle rabbinique officiel. De notre époque, il existe Barouh’ Hachem dans le commerce des Matsot fabriquées à la main sous un contrôle très rigoureux et il est très facile de se procurer de telles Matsot pour le Séder.

On ne doit réciter la bénédiction « …Acher Kiddéchanou Bé-Mitsvotav Vé-Tsivanou ‘Al Ah’ilat Matsa » que le soir du Séder, mais pour les autres jours de la fête où la consommation de la Matsa n’est pas une obligation, on ne récite pas cette bénédiction.

Le Gaon auteur du livre Chou’t Véhéchiv Moché (tome Orah’ H’aïm chap.28) traite du cas de la personne qui a consommé involontairement de la Matsa la veille de Péssah’. Doit-elle réciter le Birkat Ha-Mazon ou pas ? En effet, selon la Halah’a, une personne qui consomme un aliment interdit ne récite ni bénédiction initiale ni bénédiction finale, comme l’écrit le RAMBAM (chap.1 des règles relatives aux bénédictions Halah’a 19) et comme le tranche MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.196). Il semble apparemment que cette personne ne doit pas réciter le Birkat Ha-Mazon après avoir consommé par inadvertance de la Matsa la veille de Péssah’, puisqu’elle a consommé un aliment interdit.

Mais notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l cite une preuve selon laquelle cette personne doit réciter le Birkat Ha-Mazon, car un malade en danger qui doit manger le jour de Yom Kippour, récite le Birkat Ha-Mazon, comme le tranchent les décisionnaires. Il est vrai que dans une autre situation où un malade en danger doit consommer des aliments interdits comme de la viande non Cacher, il ne récite aucune bénédiction sur ces aliments, il y a malgré tout une différence entre un aliment qui est de part lui même interdit à la consommation comme de la viande non Cacher, et un aliment permis mais qui est momentanément interdit comme de la nourriture Cacher le jour de Yom Kippour ou de la Matsa la veille de Péssah’.

Par conséquent, une personne qui a consommé par inadvertance de la Matsa la veille de Péssah’, doit réciter le Birkat Ha-Mazon.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

דין טלטול מפתח בחגורה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha

Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha


Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha