Halacha pour mercredi 6 Kislev 5780 4 décembre 2019

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle?

Réponse: Il est interdit d’appeler son père ou sa mère par leur prénom. Par exemple, si le père se nomme « Chémouel », il est interdit à son fils ou à sa fille de l’appeler « Chémouel », mais uniquement « Papa ». Ce Din est tranché dans la Guémara, où il est expliqué que l’on doit faire preuve de crainte lorsqu’on mentionne le prénom de son père ou de sa mère, en raison de leur respect, comme lorsqu’on ressent de la crainte lorsqu’on mentionne le nom d’Hachem.

Notre maître le RAMBAM ajoute qu’il est également interdit à quelqu’un d’appeler d’autres personnes par leur prénom si celui-ci est le même que celui de son père. Par exemple, si une personne a un ami qui se nomme « Chémouel » comme son père, il lui est interdit d’appeler son ami par son prénom « Chémouel ». On devra dans ce cas appeler l’ami par un surnom (décent) comme « Chmoulik » par exemple si les gens l’appellent ainsi. Ce Din du RAMBAM est fondé par des références dans le Talmud, et ses propos sont rapportés dans la Halacha.
Cependant, l’usage sur ce point est apparemment contraire à l’opinion du RAMBAM, car tout le monde s’autorise à appeler un ami par son prénom même lorsque celui-ci est identique au prénom du père de celui qui appelle, et l’on ne craint pas de manque de respect envers le père par cela.

En réalité, le RAMBAM lui-même écrit dans une Téchouva (responsa) que ce Din n’est valable qu’en présence du père, c'est-à-dire, lorsque le père est présent, il est interdit au fils dans ce cas d’appeler son ami par son prénom, lorsque celui-ci est identique à celui de son père.

La RAMBAM ajoute que ce Din n’est valable que lorsque le père possède un prénom rare, c'est-à-dire, un prénom qui n’est pas très répandu. Dans ce cas précis, il est interdit à une personne d’appeler son ami par son prénom lorsque celui-ci est le même que celui de son père, même en l’absence du père.
Par exemple, lorsque le prénom de son père est « Bo’az » ou « Gamliel » - qui sont des prénoms pas très répandus - et que le prénom de son ami est identique, il est interdit dans ce cas d’appeler son ami par son prénom, et ceci, même sans la présence du père.

L’usage répandu dans les communautés d’orient et du Maghreb de donner aux petits-enfants le prénom des grands-parents, la chose est parfaitement permise et juste, sans la moindre contestation, en l’honneur des grands-parents qui désirent toujours que leurs enfants donnent leurs prénoms à leurs propres enfants, et accomplir la volonté d’une personne c’est le respecter.

Même si l’usage irakien (lieu de naissance de notre maitre le Rav z.ts.l) était d’éviter de donner aux petits-enfants le prénom des grands-parents par respect envers les grands-parents, malgré tout, voici l’anecdote qui se produisit:
Lors de la Bérit Mila du premier garçon de notre maitre le Rav z.ts.l, le père de notre maitre le Rav z.ts.l – Rabbi Ya’akov OVADIA z.ts.l – s’approcha de son fils (notre maitre le Rav z.ts.l) et lui demanda à voix basse : « Comment as-tu prévu de nommer ton fils ? » Notre maitre le Rav z.ts.l répondit à son père : « Avraham, sur le prénom de mon beau-père Rabbi Avraham FATAL Ha-Lévy qui est d’origine de Alep en Syrie où l’on a l’usage de donner le prénom du grand-père. » Son père répondit à notre maitre le Rav z.ts.l : « Et moi ??! » Notre maitre le Rav z.ts.l dit à son père : « Mais nous sommes d’origine d’Irak, et les irakiens ne donnent pas le prénom du grand-père lorsqu’il est encore en vie ! » Son père dit à notre maitre le Rav z.ts.l: « Moi je n’attache aucune importance à cela ! » C’est pourquoi, notre maitre le Rav z.ts.l nomma son premier fils « Ya’akov ». (Il nomma ensuite son deuxième fils « Avraham »). Le Mohel qui réalisa la Bérit Mila du premier fils de notre maitre le Rav z.ts.l était l’un des plus grands Rabbanim originaires d’Irak, le Gaon Rabbi Tsadka H‘OUTSINN z.ts.l et lui aussi ne fit aucune remarque à notre maitre le Rav z.ts.l.
De même, notre maitre le Rav z.ts.l nomma sa fille « Yaffa » sur le prénom de sa mère (elle était encore en vie).

En conclusion: Si le prénom du père et celui de l’ami sont identiques, si le père est présent, il est interdit au fils d’appeler l’ami par son prénom, mais en l’absence du père c’est permis, excepté lorsque le père possède un prénom rare comme « Métouchélah’ », car dans ce cas il est interdit au fils d’appeler son ami par son prénom, même en l’absence du père.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

ORDEN RITUAL DE LA NOCHE DE ROSH HASHANA

Las dos noches de Rosh Hashana es costumbre comer alimentos que simbolizan buenos designios para Israel. Por ello se come Rubia o lubia en árabe, zapallo –calabaza dulce-, dátiles, acelga, puerro, cabeza de cordero, manzana y miel. Ya hemos escrito oportunamente, que la perso......

Lire la Halacha

COMO RETRACTARSE DE LAS CALUMNIAS HABLADAS

Pregunta: Es necesario, para poder retractarse correctamente, acercarse a la persona que se criticó –sobre la que se habló “lashon hara”- para aclararle lo que habló de él? Por otro lado, el rabino que dictaminó en forma rigurosa, prohibió ......

Lire la Halacha

ENCENDIDO DE VELAS EN ROSH HASHANA

El primer día de Rosh Hashana es costumbre encender las luminarias del Yom Tob –festividad- antes de la caída del sol, como se lo hace en la víspera de Shabbat. De todas formas, si no se encendieron las luminarias en la víspera de la festividad, podrá la muje......

Lire la Halacha

PORMENORES DE LA PLEGARIA DE ROSH HASHANA

Obviamente, las plegarias de Rosh Hashana son pronunciadas desde un “majzor” o libro de plegarias en los cuales encontramos distintos textos y semánticas, según la costumbre de cada comunidad. Sin embargo, debido a la inquietud que cada año nos hacen llegar sobre alg......

Lire la Halacha


SOBRE EL LLANTO EN ROSH HASHANA

Pregunta: Se puede llorar en Rosh Hashan en las plegarias para invocar la misericordia divina? O acaso es preferible desarrollar las plegarias con alegría? Respuesta: Analizaron las autoridades rabínicas si en el día de Rosh Hashana es asimismo un precepto alegrarse al igual ......

Lire la Halacha

EL HOMBRE CONSIDERARSE MEDIO INOCENTE Y MEDIO CULPABLE

El Talmud (Kiddushin 40) nos dice: El hombre debe verse a si mismo como medio culpable y medio inocente, si observa un precepto, dichoso de él, pues inclina su balanza hacia la inocencia, pero si comete un pecado, pobre de él, pues la inclina hacia su condena. Esto significa, que la......

Lire la Halacha

KAPAROT

Pregunta: Es preferible observar esta costumbre exclusivamente con una gallina o es posible cumplirla con dinero? Es una costumbre difundida en todas las comunidades de Israel efectuar los caparot –expiaciones- degollando una gallina para cada integrante de la familia. Se lleva a cabo lacap......

Lire la Halacha

LA SALIDA DE QUIPUR

Al terminar el sagrado día de Quipur es necesario, según enseñan nuestros sabios, agregar unos minutos al día, de manera de no culminar la santidad del mismo en forma inmediata con la salida de las estrellas. Como vimos en otras ocasiones, lo ideal de acuerdo a la postura......

Lire la Halacha