Halacha pour mardi 29 Sivan 5779 2 juillet 2019

Pour l'élévation de l'âme de 
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

« Ata H‘onenn Lé-Adam Da’at » (« Tu gratifies l’homme de la sagesse »)

La raison pour laquelle nos maitres ont instaurés la bénédiction de « Ata Ho’nenn » au début des demandes formulées dans la prière quotidienne  
MARAN écrit dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.115):
« Puisque la supériorité de l’être humain sur l’animal est la sagesse et l’esprit, nos maitres ont fixés la bénédiction de «  Ata H’onenn » à la tête des bénédictions intermédiaires (c'est-à-dire, au début des bénédictions qui traitent des demandes dans la prière, car les 3 premières bénédictions de la ‘Amida sont principalement des glorifications adressées à Hachem, et elles sont suivies par des bénédictions dont le sujet est une demande adressée à Hachem. Par exemple, la sagesse, le repentir, le pardon, la délivrance, la guérison), car sans sagesse, il n’y a pas de prière. »

Dans son livre Birké Yossef, notre maitre le H’YDA rapporte au nom du Kabbaliste Rabbi Binyamin Ha-COHEN que ceci est en rapport avec l’enseignement de nos maitres selon lequel il est interdit de prendre en pitié une personne qui ne possède pas la sagesse. C’est pourquoi, nous demandons à Hachem de la pitié pour nous même, afin qu’il nous gratifie de la sagesse, et ensuite nous serons dignes de la pitié pour le reste des demandes de la prière.

Formule exacte de la bénédiction 
Concernant la formule de la bénédiction, selon certains il faut dire «  La-Adam Da’’at » avec une Voyelle Kamats sous le Lamed, mais selon d’autres, il faut dire « -Adam Da’at » avec une voyelle Chéva Na’ sous le Lamed.

Nous avons l’usage de dire « -Adam Da’at » avec une voyelle Chéva Na’ sous le Lamed, et il n’est pas nécessaire de modifier cet usage.

Selon certains, il faut dire « -H’onénou Mé-Itéh’a H’oh’ma Bina Va-Da’at », mais selon d’autres, il ne faut pas prononcer le Vav de liaison » mais plutôt « ‘Honénou Mé-Itéh’a H’oh’ma Bina Va-Da’at ».

La raison de cette dernière opinion est que cela ne constitue pas une suite à « Ata H’onenn Lé-Adam Da’at … », mais seulement le début d’une demande.

Malgré tout, notre usage est de dire « -H’onénou » en considérant que cela constitue une suite de la louange dite précédemment.

Demander ses besoins personnels dans la bénédiction de « Ata H’onenn » 
Nous avons déjà expliquer antérieurement qu’il est permis d’ajouter, dans un langage propre et précis, des demandes personnelles dans la prière de la ‘Amida, selon le sujet de chaque bénédiction. Par conséquent, une personne qui ne réussit pas dans les études, car elle oublie ce qu’elle apprend, ou qu’elle ne comprend pas rapidement, est autorisée à demander dans ce sens dans cette bénédiction qui est la demande de la sagesse.

Par conséquent, avant de conclure la bénédiction par la formule « Vé-H’onénou Mé-Itéh’a », la personne devra dire : « Yéhi Ratson Miléfanéh’a A.D.O.N.A.Ï Eloha-ï Véloh-é Avotaï, Chétéh’onéni H’oh’ma Ou-Bina Lé-Havin ‘Imké Sodott Toratéh’a, Vézakéni Lizkor Ete Limoud Ha-Torah, Lilmod Ou-Lélamed Lichmor Vé-La’assott. »

Si la personne fait des études profanes, elle peut aussi dire : « … Vézakéni Lizkor Ete Ma Ché-Ani Lomed La’avodatéh’a »

De même pour toute chose similaire.

8 Halachot Les plus populaires

Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott »

Le devoir de « Michloa’h Manott » Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la ......

Lire la Halacha

Question : Doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » après la mention du Nom d’Hachem dans le Kiddouch et la Havdala ?

Réponse: Dans la Halah’a précédente, nous avons expliqué la principale raison pour laquelle on répond « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo », puisque tel était l’usage de notre maître le ROCH qui ré......

Lire la Halacha

Divré Torah sur Térouma

בס''ד Divré Torah sur Térouma Par le Rav David A. PITOUN    4 Divré Torah La Parasha de Térouma est la première des Parashiyot qui traitent de la construction et de l’architecture du Mishkan (le Temple mobile que les Bén&ea......

Lire la Halacha


La règle relative à un œuf, de l’ail ou de l’oignon restés découvert toute une nuit

Les choses interdites par danger Il est enseigné dans la Guémara Nida (17a): Rabbi Chim’on Bar Yoh’aï dit : il y a 5 choses à cause desquelles une personne peut se mettre en danger en les réalisant, et l’une de ces choses est le fait de consommer ......

Lire la Halacha

« Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo»

Question: Quand doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo »? Réponse: Moché Rabbénou dit dans un verset de la Torah: « Lorsque j’invoque le Nom d’Hachem, rendez hommage à notre D. » Le Tar......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’yanou à la vision d’un être cher

Question: Une personne s’absente de chez elle durant 30 jours ou plus. A son retour, cette personne est heureuse de retrouver les membres de sa famille, ainsi que ses amis intimes. Doit-elle réciter la bénédiction de Chehe’heyanou en les revoyant? Réponse: ......

Lire la Halacha

La bénédiction de Mé’hayé Hamétim au bout de 12 mois de séparation avec un être cher

Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué que lorsque l’on voit un être cher, un ami intime ou un proche parent, que l’on n’a pas vu depuis 30 jours, on doit réciter la bénédiction de Chéhe’heyanou en le voyan......

Lire la Halacha