Halacha pour dimanche 21 Iyar 5779 26 mai 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Eduquer religieuse des enfants et les amener à la synagogue

Question: Les enfants en bas âge (en dessous de l’âge de la Bar/Bat Mitsva) sont-ils tenus selon la Halacha de prier les 3 prières journalières, Chah’arit, Minh’a et ‘Arvit?
Est-il convenable de les amener à la synagogue lors des Yamim Noraïm (Roch Ha-Chana et Yom Kippour)?

Réponse: Il est enseigné dans une Michna du traité Béra’hot (20b):
Les femmes et les enfants sont soumis à l’obligation de la prière.

Nous comprenons à partir de là, que les enfants ont eux aussi besoin de la miséricorde divine, et de ce fait, ils sont eux aussi soumis à l’obligation de prier. Or, puisque les adultes ont le devoir d’éduquer leurs enfants dans toutes les Mitsvot, ils ont aussi le devoir de les éduquer dans l’obligation de prier, puisque pour n’importe quelle Mitsva, aussi bien une Mitsva ordonnée par la Torah, qu’une Mistva instaurée par nos maitres, chaque parent est tenu d’éduquer et d’habituer son enfant à son accomplissement du point de vue de l’obligation d’éducation. Il en est de même pour l’obligation de prier.

Puisque du point de vue de l’obligation d’éduquer, il n’y a pas de différence entre les Mitsvot ordonnées par la Torah et celle instaurées par nos maitres, il semble donc que même si selon la Torah il est suffisant de prier une seule prière par jour, et que de ce fait, les femmes ne sont soumises qu’à une seule prière par jour, malgré tout, concernant des garçons en bas âge, il faut les éduquer à prier les 3 prières journalières chaque jour, Chah’arit, Minh’a et ‘Arvit.

C’est ainsi qu’agissait notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l avec ses propres enfants, il les éduqua à prier les 3 prières journalières chaque jour, dès lors qu’ils étaient capables de lire correctement. (Yalkout Yossef-Téfila vol.1 page 508).

Concernant les filles, il faut les éduquer à prier chaque jour au moins une prière. Il est souhaitable que cette prière soit celle de Chah’arit, avec les bénédictions du matin et la lecture du Chéma et la ‘Amida. (Lorsqu’elles disent Barouh’ Chéamar et Ichtabah’ sur les Péssouké Dé-Zimra, ainsi que les bénédictions du Chéma’, elles ne doivent pas les dire en mentionnant le nom d’Hachem, comme nous l’avons déjà expliqué antérieurement).

Cependant, il faut préciser que si le père constate que le fait de prier les 3 prières journalières pèse trop lourd sur l’enfant, il faut être très vigilent et veiller à ne pas écœurer l’enfant de la prière, et il faut dans ce cas prendre conseil auprès d’éducateurs expérimentés, afin de définir les exigences à avoir vis-à-vis d’un enfant en matière de prières journalières. Faut-il l’habituer progressivement à prier d’abord une seule prière journalière (Chah’arit), puis 2 (en ajoutant Minh’a), et seulement ensuite ‘Arvit?

Concernant l’âge à partir duquel il faut éduquer les enfants à prier, le Péri Méguadim écrit qu’il faut le faire à partir de 6 ou 7 ans.
Cela signifie en réalité que la chose dépend des capacités intellectuelles de chaque enfant, de ses aptitudes et de sa maturité. Car on ne peut pas forcément éduquer tout enfant à prier les 3 prières journalières immédiatement lorsqu’il commence à apprendre à lire. Chaque enfant possède sa propre nature, ses qualités et son niveau de compréhension, qui pourront permettre de lui exiger de prier les 3 prières journalières, en s’efforçant à lui rendre la chose la plus agréable, et dans la joie.

Les prières des Yamim Noraïm sont beaucoup plus longues que celles de toute l’année.
Par conséquent, s’il s’agit d’enfants assez grands (quelques années avant la Bar Mitsva), il est certain que l’on doit les amener à la synagogue pour les prières des Yamim Noraïm afin de les éduquer dans la Mitsva de prier.
Mais s’il s’agit d’enfants en bas âge, il ne faut pas les amener à la synagogue.
Des enfants de 5 ou 6 ans que l’on a malgré tout amenés à la synagogue, devront être ramenés chez eux au bout d’un moment, car généralement, ils ne sont pas disposés à rester durant de longues heures à leur place en silence, et il est certain que leur présence à la synagogue provoquera une gêne aux autres fidèles.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

הדלקת נרות חנוכה בכותל המערבי
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives à l’allumage des Nerot de H’anouka

Le devoir de l’allumage Nous avons expliqué qu’il est un devoir d’allumer les Nérot durant les jours de ‘Hanouka, et ce devoir concerne aussi les hommes que les femmes. La quantité d’huile Avant d’allumer les Nerot de ‘H'anouka,......

Lire la Halacha

La fête de ‘Hanouka

Nous sommes à l’approche de la fête de ‘Hanouka, nous allons donc commencer à expliquer l’essentiel des lois relatives à cette fête. Les dates de H’anoukah pour cette année (5780) La fête de ‘Hanouka dure 8 jours, &agrav......

Lire la Halacha

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha


Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha

Détails au sujet du respect des parents après leur disparition

Question: Quelle est l’utilité de dire l’expression « Haréni Kaparatt Michkavo » lorsqu’on mentionne les parents après leur décès? Y a-t-il une importance à dire cette expression même après les 12 mois dep......

Lire la Halacha

Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha