Halacha pour jeudi 27 Nissan 5779 2 mai 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen

 

« La récompense correspond à l’effort »

Il est enseigné dans les Pirké Avot (chap.5 Michna 22):
Ben Hé Hé (c’est le nom d’un sage de la Michna) dit : « La récompense correspond à l’effort ».
Cela signifie qu’en fonction de la peine investie, la récompense est attribuée.

Dans le monde futur, lorsqu’on pèse les actions de l’individu pour définir la récompense qui lui revient, on ne pèse l’action qu’en fonction de l’importance de la Mitsva. S’il s’agit d’une Mitsva importante, la récompense sera importante. S’il s’agit d’une « petite » Mitsva, la récompense sera moins importante, mais on prendra en considération les efforts fournis par l’individu pour chaque Mitsva. S’il a maîtrisé son Yétser Ha-Ra’, il recevra une récompense importante sur ses actes. S’il n’a pas investi beaucoup d’efforts, sa récompense sera elle aussi peu importante.

On raconte qu’un juif commerçant voyageait un jour en carrosse pour ses affaires. En chemin, le ciel se couvrit de nuages, et une neige épaisse se mit à tomber. L’homme s’égara de son chemin, car la route était complètement recouverte de neige. Il resta sans refuge jusqu’à une heure tardive de la nuit.

Il sentit qu’il allait geler par le froid. Il décida de quitter le carrosse, et il marcha durant une heure jusqu’au moment où il aperçut une lumière briller. Il arriva jusqu’à la maison avec le peu de forces qui lui restaient. La maison était celle du Rav de la ville, qui étudiait à cette heure tardive devant l’âtre qui brûlait.

Lorsque l’homme frappa à la porte du Rav, celui-ci se leva en vitesse et prépara des couvertures et une boisson chaude pour faire reprendre des forces à son hôte.

Le matin, lorsque l’homme se leva pour reprendre son chemin, il demanda au Rav:

« Cher Rav, tu peux constater la grande peine que je me donne dans ce monde-ci afin d’amener la subsistance à ma famille. Mais qu’en est-il de mon Monde futur ? Est-ce que j’aurais au moins un Monde futur ? »

Le Rav répondit:
« Que dis-tu ?! Ce monde ne représente qu’un corridor devant le Monde futur qui est le palais du Roi, et malgré tout le temps et les efforts que tu investis, tu ne réussis pourtant pas à obtenir la quiétude de ce monde, a fortiori le Monde futur !! Si l’homme ne fournit pas d’efforts la veille de Chabbat, que mangera-t-il le jour du Chabbat ?! Le Monde futur est-il une chose abandonnée ?! Lorsque tu fourniras des efforts afin d’acquérir de la Torah, des Mitsvot et des bonnes actions, tu pourras acquérir le Monde futur, comme le disent nos maîtres : il a acquis les paroles de la Torah, il a acquis la vie dans le Monde futur. »

Il également rapporté dans le Midrach:
Rabbi Chim’on Ben Lakich était assis et étudiait la Torah avec assiduité durant toute la journée dans une caverne de Tibériade. Un marchand de cruches se souciait de lui apporter chaque jour une cruche remplie d’eau, afin qu’il ait de quoi se laver les mains et boire.

Un jour, le marchand dit à Rabbi Chim’on Ben Lakich:

« Rabbi, te souviens-tu que nous étions des amis d’enfance puisque nous étions ensemble dans la même école ? Tu as eu le mérite de devenir un grand sage de la Torah, mais pas moi ! Prie pour moi afin que ma part soit à côté de la tienne dans le Monde futur !! »

Rabbi Chim’on Ben Lakich lui dit:

« Comment puis-je prier pour toi ?! Tu arriveras au Monde futur avec tes confrères, puisque chaque personne est placée dans le Monde futur avec les gens de sa profession. »

Cela signifie que la bénédiction de Rabbi Chim’on Ben Lakich ne peut être efficace pour un homme qui ne fournit pas d’efforts pour mériter le Monde futur, et une personne qui investit tous ses efforts dans le commerce de cruches, même si son commerce se déroule dans la droiture et l’honnêteté, une telle personne ne trouvera sa place dans le Monde futur qu’avec des marchands de cruches, dont le commerce était certes dans l’honnêteté, mais qui n’étaient que des marchands de cruches.

Ces histoires nous apprennent une grande morale, particulièrement de notre époque où chacun s’investit durant toute une journée dans sa Parnassa et dans l’acquisition des choses de ce monde, et ce n’est qu’au bout de dizaines d’années, lorsque sa force s’affaiblit, que l’homme se libère de ses affaires et constate qu’il a gaspillé sa vie dans le néant, qu’il ne possède pas d’acquisition spirituelle, et qu’il étudie et accomplit les Mitsvot à un niveau très bas, comme un enfant à l’école.

C’est pourquoi, chacun doit se réveiller de sa torpeur, et se montrer diligent dans son travail spirituel, d’être vigilant et de persévérer dans le service Divin, dans l’accomplissement des Mitsvot et dans la fixation de moments d’étude de la Torah et de la Halah’a, et en récompense à cela, Hachem rétribuera chacun de façon complète, pour mériter la vie dans le Monde futur, avec l’ensemble des Tsaddikim.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha