Halacha pour jeudi 13 Iyar 5780 7 mai 2020

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

« Qui est l’homme fort ? C’est celui qui maîtrise son penchant »

Il est enseigné dans le Pirké Avot (chap.5 Michna 1):
Qui est l’homme fort ? C’est celui qui maîtrise son penchant.
Apparemment il est plus juste de dire « Qui est l’homme fort ? C’est celui qui contrôle son mauvais penchant » et non son penchant, car le penchant fait référence également au bon penchant, or l’homme se doit d’écouter celui-ci?!

Il semble que l’on peut répondre à partir des propos de notre maître le Rav z.ts.l (avec lesquels il explique pourquoi la Michna emploi le terme de « son penchant » et non « le penchant »), que le Yétser Ha-Ra’ (mauvais penchant) possède plusieurs styles de stratégies, et il s’adapte selon la personne à qui il a affaire.
Par exemple s’il traite avec un érudit dans la Thora, il va l’inciter à aller faire de la Tsédaka plutôt que d’étudier la Thora, car il sait très bien qu’il n’y a rien de plus puissant que l’étude de la Thora, il fera donc tout pour l’empêcher d’étudier.
Et lorsqu’il a affaire avec une personne qui a les moyens d’aider les gens pauvres et en détresse, il l’incite à faire une autre Mitsva comme lire des Téhilims ou étudier la Torah, etc.

A partie de cela nous pouvons expliquer ce que vient nous enseigner l’auteur de la Michna en disant « son penchant », car mis à part le fait que chacun possède son propre Yétser Ha-Ra’ qui est adapté à son statut, il paraît à l’homme parfois que le Yétser Ha’Ra’ est le Yétser Ha-Tov  (le bon penchant), mais ce n’est que ruse et son seul but est d’éloigner l’homme de ce qui pourrait l’amener à exploiter son potentiel spirituel et d’arriver à la complétude, et c’est pour cela qu’il est écrit « son penchant » tout court, car l’homme fort se doit même de contrôler ce qui paraît être le bon penchant .

Un riche avare habitait la ville de Rofchitz en Pologne et était réputé pour son avarice. Un soir de Kippour, après la prière, tous les pauvres de la ville se réunirent pour lire des Téhilims et le riche aussi s’associa à eux. Le Rav Naftali de Rofchits z.ts.l - qui était présent - demanda au riche d’arrêter sa lecture des Téhilims et de venir le voir. Le Rav lui demande alors :
« Dis-moi mon cher ami, tu sais que la Pologne a déclaré la guerre à l’Autriche, et comme tu le sais, le gouvernement possède plusieurs corps d’armée : l’armée de terre, de mer, etc. Que penserais-tu d’un soldat faisant partie de la cavalerie - mais qui sait aussi gouverner un navire de guerre - qui déserte son camp pour prendre contrôle d’un navire de guerre et qui réussit à combattre l’ennemi avec réussite, quelle récompense lui donnerais-tu ? » 
Le riche lui répondit :
« Non seulement je ne lui donnerais pas de récompense, mais en plus, il mérite d’être puni pour avoir déserté son unité, il n’est donc pas moins qu’un déserteur, car il est impensable qu’un soldat prenne des initiatives seul, sans se plier aux ordres de ses supérieurs ! »
Le riche demanda au Rav :
« Mais quel est le lien entre cela et le saint jour de Kippour ?! »
Le Rav lui répondit :
« Je tiens à t’expliquer à la lumière de ta réponse concernant le soldat que tu es un déserteur et tu dois payer pour cela en ce saint jour de Kippour ! »
Le riche demanda comment pouvait-il être un déserteur alors qu’il n’est absolument plus en âge de servir dans l’armée.
Le Rav lui répondit:
« Sache qu’Hachem a lui aussi son armée dans laquelle il existe plusieurs régiments, il y a le régiment des érudits en Thora, celui des pauvres qui lisent les Téhilims et le régiment de ceux qui vont aider les nécessiteux. Voila que toi Hachem t’a donné les moyens d’aider ceux qui sont dans le besoin, tu fais donc partie de cette armée, mais voila que tu décides d’aller avec un autre régiment qui est celui des pauvres qui lisent les Téhilims, tu es donc « un déserteur », car pour Hachem tu n’es pas à ta place  assit ici à lire des Téhilims avec les pauvres. Va donc te coucher couvert de drap de soie et repose toi, demain matin lors de la collecte de fonds pour la Yéchiva tu devras donner de bon cœur pour cette cause et servir d’exemple pour tous les fidèles. »

Le lendemain, le Rav commença la collecte de fonds, et voila que le riche annonce un don de 10000 Roubles, ce qui représentait une somme astronomique, les fidèles ont été très surpris de découvrir la bonté de cet homme et cela incita toute la communauté à en faire de même, chacun selon ses moyens. 

Il est évident qu’il incombe à chacun de concentrer son service divin sur ce qu’il est destiné à faire, mais personne n’est dispensé de consacrer un temps au quotidien pour l’étude de la Thora, afin qu’il sache comment l’appliquer, et ainsi il aura une part directe dans la Thora d’Israël.

8 Halachot Les plus populaires

Les traditions de la période de « Ben Hamétsarim »

Même si nous avons expliqué que l’on ne doit pas réciter la bénédiction de Chéheh’eyanou sur un fruit nouveau ou sur un vêtement nouveau, pendant la période de Ben Ha-Métsarim, depuis le soir du 17 Tamouz jusqu’à a......

Lire la Halacha

Se couper les cheveux pendant Ben Ha-Métsarim - (du 17 Tamouz au 9 Av) cette année (5780)

L’usage de s’interdire la coupe de cheveux En conséquence à la gravité du deuil en vigueur pendant la période de Ben Ha-Métsarim, les Achkénazim ont pour tradition de ne pas se couper les cheveux, ni de se raser, depuis le 17 Tamouz jusqu’......

Lire la Halacha

Le poisson et la viande

Après avoir appris ces derniers jours plusieurs règles concernant la consommation de la viande et des laitages, nous allons traiter de plusieurs règles concernant la consommation du poisson avec la viande, ainsi que d’autres sujets liés à cette interdiction. ......

Lire la Halacha

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha


L’interdiction de consommer de la viande et des laitages sur la même table

Raisons et définitions de la Halacha Une personne qui consomme des laitages, n’a pas le droit de placer de la viande sur la même table. Ou bien le contraire, une personne qui consomme de la viande, n’a pas le droit de placer des laitages sur la même table. Ceci par d&......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha