Halacha pour mercredi 27 Av 5779 28 août 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

‘Oneg Chabbat

Il est écrit dans le livre du prophète Yécha’aya « Vékarata La-Chabbat ‘Oneg » « si tu considères le Chabbat comme un délice», on apprend de là qu’il est une Mitsva de se réjouir le jour du Chabbat chacun selon ses possibilités en mangeant des mets délicieux et en buvant des boissons agréables.

Du fait que cette Mitsva n’est pas mentionnée dans la Thora, mais uniquement dans les prophètes le Rambam en déduit que cette Mitsva est d’ordre rabbinique uniquement, mais que de toute manière, incombe à tous d’accomplir cette Mitsva ordonnée par nos sages et la récompense est écrite à la suite du verset « je te ferai dominer sur les hauteurs de la terre et jouir de l’héritage de ton aïeul Ya’akov, c’est la bouche de l’éternel qui l’a dit » et comme dit Rabbi Yoh’anann au nom de Rabbi Yossi dans le traité de Chabbat (117) en se basant sur ce verset, tout celui qui délecte le Chabbat recevra une récompense sans limites ainsi que d’autres éloges cités dans la Guémara en tant que récompense pour l’accomplissement de cette Mitsva.

Plusieurs de nos maîtres les Richonim (décisionnaires de la période médiévale) sont d’avis que la Mitsva de se réjouir le Chabbat n’est pas d’ordre rabbinique, mais que c’est une Mitsva de la Thora, et ce du fait que le Chabbat est inclus dans les mots « Mikraé kodech » qui est dit à propos des fêtes. C’est pour cela que d’âpres eux, il faut penser au moment des repas de Chabbat à s’acquitter de cette Mitsva et même selon l’avis du Rambam qui pense que cette Mitsva est d’ordre rabbinique il faut penser accomplir la Mitsva de se réjouir le jour du Chabbat. D’autres sont d’avis que cette Mitsva est bien une Mitsva de la Thora et bien qu’elle ne soit pas mentionnée dans la Thora, elle fait partie des Mitsvott qui ont été transmises  à l’oral par Moché Rabbénou au mont Sinaï.

Voici ce que dit notre maître le Rambam concernant la Mitsva de se réjouir le Chabbat, nos sages ont dit qu’il faut préparer un repas délicieux ainsi que de bons breuvages selon les moyens de la personne. Et tout celui qui ajoute à cela est digne d’éloges.

Dans le Talmud est racontée l’histoire d’un homme qui vivait très modestement et honorait le Chabbat bien au-dessus de ses moyens, à un tel point qu’on l’avait surnommé « Yossef qui honore le Chabbat », ce Yossef habitait en voisinage avec un non-juif qui était très riche. Un jour les astrologues annoncèrent à ce non-juif que tous les biens qu’il possède tomberaient aux mains de Yossef qui honore le Chabbat. Il alla donc vendre tous ses biens pour acheter avec une pierre précieuse  qu’il mit dans un tissu puis cousue dans la doublure de son chapeau. Un jour le non-juif traversait le pont et voilà qu’une tempête se leva, arracha le chapeau de sa tête et le précipita dans le fleuve. Un gros poisson avala le chapeau et le non-juif fut accablé par le malheur qui lui est tombé dessus, mais quelque peu rassuré de ne pas voir sa fortune tombée entre les mains de son voisin juif.

Les pêcheurs de la ville qui avaient pêché ce gros poisson le vendredi après-midi demandaient aux gens de la ville, qui pourra bien acheter un poisson à une heure si tardive ? Une heure ou tout le monde avait déjà fini de préparer Chabbat, les gens leurs indiquèrent la maison de Yossef qui honore le Chabbat qui accepta avec plaisir d’acheter un si beau poisson en l’honneur de Chabbat, et au moment où il ouvrit le ventre du poisson pour le nettoyer il trouva la pierre précieuse. Il rencontra alors un vieil homme (certains disent qu’il s’agit d’Eliyahou Ha-Navi) qui lui dit, ce que l’on emprunte en l’honneur du Chabbat, le Chabbat le rembourse.

De toute manière on ne doit pas emprunter de sommes que l’on n’est pas dans la possibilité de rembourser.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha


Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha

Utiliser un pain congelé pour Leh’em Michné (Double pain lors du Motsi de Chabbat)

Nous avons déjà expliqué la Mitsva de réciter la bénédiction de Motsi sur 2 pains (Leh’em Michné) lors des repas de Chabbat. Il arrive fréquemment de ne pas avoir 2 pains pour le Léh’em Michné, et l’on envisage ......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha