Halacha pour jeudi 30 Av 5780 20 août 2020

Pour la guérison totale de Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN) parmi tous les malades d'Israël

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

Pour la guérison totale et rapide de:
Ethan Chlomo Ben Yoni parmi tous les malades d'Israël Amen
Jacques Jacky Yaakov Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Les voyageurs – Le mois de Eloul

Dans les précédentes Halachot, nous avons traité des 4 personnes qui doivent réciter le Gomel (en présence de 10 hommes), et que l’une d’elles est celle qui traverse le désert, nous allons maintenant clarifier ce Din.

Nos maitres enseignent dans le Yérouchalmi, traité Bérah’ott (chap.4 règle 4):
« Tous les chemins sont considérés comme dangereux. »
Nous apprenons de là non seulement le danger pour celui qui traverse véritablement le désert où se trouvent des bêtes sauvages ou des brigands, mais aussi pour celui qui prend la route pour voyager d’une ville à l’autre (car il est évident que celui qui marche en ville n’est pas en danger), lorsqu’on arrivera à bon port, on se doit de réciter le Gomel.

Ceux qui traversent le désert ou ceux qui empruntent les routes?
Notre maitre le Roch écrit dans ses commentaires sur le traité Béra’hott (sect.3) qu’en Allemagne et en France la coutume est de réciter le Gomel seulement après un voyage d’un pays à un autre, mais pas d'une ville à une autre, car nos maitres ont instaurés de réciter le Gomel seulement pour celui qui traverse le désert du fait que les bêtes féroces et les brigands y sont fréquents, et ce qui est mentionné dans le Yérouchalmi (cité précédemment) - que toutes les routes sont dangereuses - ne concerne pas le Gomel mais le fait qu’il faut réciter avant tout voyage la Téfilatt Ha-Déreh’. Tel est également l’avis des Tossafott.

Mais notre maitre le RAMBAN écrit dans son livre Toratt Ha-Adam (Cha’ar Ha-Mi’houch ‘Inyan Ha-Réfoua) qu’il faut réciter le Gomel pour tout voyage d’une ville à une autre car dans le Talmud Yérouchalmi il est enseigné que tous les chemins sont dangereux, et le TOUR écrit sur les propos du RAMBAN que « tel est l’usage en Espagne ».

MARAN dans le Choulh’ann ‘Arouh, après avoir rapporté la coutume Achkénaze et Séfarade, dit que tout cela est valable uniquement pour un voyage qui dure au moins 72 minutes, sauf si c’est un chemin dangereux (par exemple celui qui s’égard et entre dans un lieu où se trouvent des terroristes), car dans un tel cas, peu importe la durée du voyage, on devra réciter le Gomel.

Il en ressort que selon la Halacha, les Séfaradim doivent réciter le Gomel après un voyage de ville en ville, à condition que le temps du voyage entre les deux villes soit d’au moins 72 minutes. Mais la coutume Achkénaze veut qu’uniquement après avoir traversé un endroit comme le désert où il existe des dangers constants on doit réciter le Gomel.

Les voyageurs de notre époque
D’après la coutume Séfarade, il semble que bien qu’aujourd’hui il n’y ait pas de danger concret en prenant la route, car il n’y a pas de bêtes féroces ni de brigands, malgré tout, puisque nos maitres ont instauré cette bénédiction après un voyage, on doit réciter cette bénédiction dans de telles conditions même si la raison n’est plus d’actualité, comme nous l’avons expliqué dans la précédente Halacha au nom des décisionnaires.

Le Gaon Rabbi Moché FEINCHTEIN z.ts.l ajoute à cela, que la raison pour laquelle les Séfaradim récitent le Gomel après avoir voyagé d’une ville à l’autre bien qu’il n’y ait pas de bêtes ni de brigands, repose sur le fait que nous remercions Hachem de donner à l’esprit des bêtes féroces de ne pas s’aventurer sur la route que l’on empreinte.
Une autre raison s’ajoute à cela.
En effet il existe un danger concret aujourd’hui avec les accidents de la route qui causent des milliers de victimes tous les ans, qu’Hachem nous en préserve, Amen.

Dans la prochaine Halacha, nous expliquerons – avec l’aide d’Hachem – d’autres détails liés à cette Halacha.

Nous sommes aujourd’hui Roch ‘Hodech Eloul.
A partir de maintenant, nous entrons dans la période de miséricorde et de supplications, qui est également une période d’introspection pour chaque membre du peuple d’Israël.
Les Séli’hott commencent selon l’usage des Séfaradim – avec l’aide d’Hachem – à partir de ce samedi soir après l’heure de ‘Hatsot (moitié de la nuit), et selon l’usage des Achkénazim à partir du samedi soir sortie du Chabbat Nitsavim-Vayele’h (nuit du 26 Eloul).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles de priorité dans les bénédictions alimentaires

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que dans certaines situations il faut donner priorité à un certain aliment du fait de son importance, par exemple un des sept fruits d’Israël. A présent, nous allons expliquer qu’il y a des cas......

Lire la Halacha

Sucer un fruit

Question: Lorsqu’on suce une orange ou un pamplemousse, sans mâcher avec les dents, doit-on réciter la bénédiction de Boré Péri Ha-‘Ets au même titre que la bénédiction que l’on doit réciter lorsqu’on mange u......

Lire la Halacha

Faire des biscottes ou des croûtons le Chabbat

Question: est-il permis le jour de Chabbat de mettre des tranches de pain ou une pita sur la plaque chauffante afin qu’ils durcissent et deviennent grillés comme des biscottes ou des croûtons? Réponse : concernant cette question, deux problèmes sont à ......

Lire la Halacha

Suite des règles de l’ordre de priorité dans les bénédictions alimentaires

Conclusions des règles déjà apprises Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un certain ordre dans la récitation des bénédictions alimentaires. Parfois, cet ordre dépend de l’importance de l&r......

Lire la Halacha


Règles relatives à la bénédiction des fruits

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un ordre de priorité aux bénédictions alimentaires. Par exemple, lorsqu’on s’apprête à consommer des dattes et des pommes, on doit réciter la bén&eac......

Lire la Halacha

Les règles de priorité dans les bénédictions alimentaires - Réciter les bénédictions lentement – Attitude de notre maitre le Rav z.ts.l

Le soir du 15 Chévat (Tou Bichvat) – qui tombera avec l’aide d’Hachem mercredi soir cette semaine – nous avons l’usage de consommer plusieurs sortes de fruits et légumes. Il faut donc étudier ces jours-ci l’ordre prioritaire des bén&eac......

Lire la Halacha

Saler des concombres pendant Chabbat

Question: Est-il interdit de diffuser du sel sur des concombres pendant Chabbat? Réponse : La question prend sa source dans le fait que pour toutes les lois de la Torah nous tranchons un principe selon lequel « conserver équivaut à cuire » (&la......

Lire la Halacha

Lorsqu’on a oublié de réciter les bénédictions du matin

Les bénédictions du matin – depuis la bénédiction de Elo-haï Néchama jusqu’à la fin des bénédictions sur la Torah – sont une obligation pour tous, les hommes comme les femmes, comme nous l’avons déjà e......

Lire la Halacha