Halacha pour mardi 12 Elul 5780 1 septembre 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Celui qui écoute est semblable à celui qui récite - « Choméa’ Ké’oné »

Dans les Halachot précédentes, nous avons traité des bénédictions à caractère de gratitude envers Hachem comme la bénédiction du Gomel. Nous allons maintenant traiter du principe de « Chomé’a Ké’oné ».
La Guémara dans le traité de Soucca nous enseigne une règle globale concernant tous les devoirs de la Thora qui s’accomplissent par la parole, comme le Birkatt Ha-Mazonn par exemple, que celui qui écoute est semblable à celui qui récite.

Par exemple, une personne qui désire manger une pomme et son ami présent lui aussi est désireux de consommer de la pomme, il suffit que l’un deux récite la bénédiction à voix haute, qu’il ait l’intention d’acquitter son ami et que l’autre écoute, afin qu’il soit acquitté. C’est ainsi que nous avons coutume de faire le Chabbat où le père de famille récite seul le Kidouch et le Motsi et les gens présents répondent Amen et ne récitent pas la bénédiction avant de consommer du fait qu’ils ont déjà été acquittés par la bénédiction du père de famille par le principe de celui qui écoute est semblable à celui qui récite.

Il en est de même concernant la récitation du Gomel, s’il y a plusieurs personnes qui doivent réciter le Gomel à la synagogue, il suffit qu’une seule le récite en ayant l’intention d’acquitter ceux qui veulent être acquittés pour que tout le monde soit acquitté du Gomel. Ainsi dans les synagogues Séfarades où l’on récite le Gomel après tout voyage de 72 minutes d’une ville à l’autre, et il peut même y avoir beaucoup de fidèles qui doivent réciter le Gomel chaque Chabbat, ainsi, afin de ne pas agacer l’assemblée, une seule personne récite cette bénédiction en annonçant au préalable que celui qui veut être acquitté du Gomel pense à être acquitté, ensuite la personne récite le Gomel et acquitte tout le reste, car celui qui écoute est semblable à celui qui récite.
MARAN écrit dans le Choulh’ann ‘Arouh’ (O’’H’ chap.119):

« Celui qui récite le Gomel et pense à acquitter son prochain, si son prochain l’a écouté et a pensé s’acquitter, il est alors quitte de la bénédiction du Gomel, même sans avoir répondu Amen à la bénédiction qu’a récité son ami. ». Le RAMA ajoute qu’étant donné que le récitant était lui aussi soumis à cette bénédiction, l’auditeur est quitte même sans avoir répondu Amen.
Et la raison pour laquelle on doit penser à s’acquitter repose sur le fait que l’accomplissement des Mitsvott requiert l’intention de les accomplir et celui qui fait une Mitsva sans l’intention de la faire n’est pas considéré comme avoir accompli cette Mitsva (bien qu’il existe beaucoup de détails à ce sujet, nous ne pouvons pas les développer ici), c’est pour cela que celui qui veut être acquitté en écoutant l’autre réciter une bénédiction doit en avoir l’intention.

Ainsi le Gaon auteur du ‘Hatam Sofer décrit dans ses mémoires, lorsque lui et les membres de sa communauté ont bénéficiés de grands miracles lors de la guerre contre Napoléon, lorsqu’ils furent épargnés de la guerre qui fit de nombreuses victimes, il écrit ainsi :
« Lorsque je suis monté à la Torah, j’ai récité le Gomel au pluriel, et les membres de l’assemblée a répondu également au pluriel … » 

Toutefois, le Gaon Rabbi David YOSSEF Chlita écrit dans son livre Halacha Béroura (vol.11) qu’étant donné qu’il a trouvé dans les écrits du Méiri que le principe d’être acquitté par audition n’existe pas dans le Gomel, puisque chacun se doit d’exprimer lui-même sa reconnaissance envers Hachem, il est donc préférable que toute personne soumise à l’obligation de réciter le Gomel le récite elle-même, et s’acquitte ainsi selon tous les avis.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

Utiliser un pain congelé pour Leh’em Michné (Double pain lors du Motsi de Chabbat)

Nous avons déjà expliqué la Mitsva de réciter la bénédiction de Motsi sur 2 pains (Leh’em Michné) lors des repas de Chabbat. Il arrive fréquemment de ne pas avoir 2 pains pour le Léh’em Michné, et l’on envisage ......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha