Halacha pour jeudi 30 Av 5780 20 août 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Les voyageurs – Le mois de Eloul

Dans les précédentes Halachot, nous avons traité des 4 personnes qui doivent réciter le Gomel (en présence de 10 hommes), et que l’une d’elles est celle qui traverse le désert, nous allons maintenant clarifier ce Din.

Nos maitres enseignent dans le Yérouchalmi, traité Bérah’ott (chap.4 règle 4):
« Tous les chemins sont considérés comme dangereux. »
Nous apprenons de là non seulement le danger pour celui qui traverse véritablement le désert où se trouvent des bêtes sauvages ou des brigands, mais aussi pour celui qui prend la route pour voyager d’une ville à l’autre (car il est évident que celui qui marche en ville n’est pas en danger), lorsqu’on arrivera à bon port, on se doit de réciter le Gomel.

Ceux qui traversent le désert ou ceux qui empruntent les routes?
Notre maitre le Roch écrit dans ses commentaires sur le traité Béra’hott (sect.3) qu’en Allemagne et en France la coutume est de réciter le Gomel seulement après un voyage d’un pays à un autre, mais pas d'une ville à une autre, car nos maitres ont instaurés de réciter le Gomel seulement pour celui qui traverse le désert du fait que les bêtes féroces et les brigands y sont fréquents, et ce qui est mentionné dans le Yérouchalmi (cité précédemment) - que toutes les routes sont dangereuses - ne concerne pas le Gomel mais le fait qu’il faut réciter avant tout voyage la Téfilatt Ha-Déreh’. Tel est également l’avis des Tossafott.

Mais notre maitre le RAMBAN écrit dans son livre Toratt Ha-Adam (Cha’ar Ha-Mi’houch ‘Inyan Ha-Réfoua) qu’il faut réciter le Gomel pour tout voyage d’une ville à une autre car dans le Talmud Yérouchalmi il est enseigné que tous les chemins sont dangereux, et le TOUR écrit sur les propos du RAMBAN que « tel est l’usage en Espagne ».

MARAN dans le Choulh’ann ‘Arouh, après avoir rapporté la coutume Achkénaze et Séfarade, dit que tout cela est valable uniquement pour un voyage qui dure au moins 72 minutes, sauf si c’est un chemin dangereux (par exemple celui qui s’égard et entre dans un lieu où se trouvent des terroristes), car dans un tel cas, peu importe la durée du voyage, on devra réciter le Gomel.

Il en ressort que selon la Halacha, les Séfaradim doivent réciter le Gomel après un voyage de ville en ville, à condition que le temps du voyage entre les deux villes soit d’au moins 72 minutes. Mais la coutume Achkénaze veut qu’uniquement après avoir traversé un endroit comme le désert où il existe des dangers constants on doit réciter le Gomel.

Les voyageurs de notre époque
D’après la coutume Séfarade, il semble que bien qu’aujourd’hui il n’y ait pas de danger concret en prenant la route, car il n’y a pas de bêtes féroces ni de brigands, malgré tout, puisque nos maitres ont instauré cette bénédiction après un voyage, on doit réciter cette bénédiction dans de telles conditions même si la raison n’est plus d’actualité, comme nous l’avons expliqué dans la précédente Halacha au nom des décisionnaires.

Le Gaon Rabbi Moché FEINCHTEIN z.ts.l ajoute à cela, que la raison pour laquelle les Séfaradim récitent le Gomel après avoir voyagé d’une ville à l’autre bien qu’il n’y ait pas de bêtes ni de brigands, repose sur le fait que nous remercions Hachem de donner à l’esprit des bêtes féroces de ne pas s’aventurer sur la route que l’on empreinte.
Une autre raison s’ajoute à cela.
En effet il existe un danger concret aujourd’hui avec les accidents de la route qui causent des milliers de victimes tous les ans, qu’Hachem nous en préserve, Amen.

Dans la prochaine Halacha, nous expliquerons – avec l’aide d’Hachem – d’autres détails liés à cette Halacha.

Nous sommes aujourd’hui Roch ‘Hodech Eloul.
A partir de maintenant, nous entrons dans la période de miséricorde et de supplications, qui est également une période d’introspection pour chaque membre du peuple d’Israël.
Les Séli’hott commencent selon l’usage des Séfaradim – avec l’aide d’Hachem – à partir de ce samedi soir après l’heure de ‘Hatsot (moitié de la nuit), et selon l’usage des Achkénazim à partir du samedi soir sortie du Chabbat Nitsavim-Vayele’h (nuit du 26 Eloul).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Utiliser un pain congelé pour Leh’em Michné (Double pain lors du Motsi de Chabbat)

Nous avons déjà expliqué la Mitsva de réciter la bénédiction de Motsi sur 2 pains (Leh’em Michné) lors des repas de Chabbat. Il arrive fréquemment de ne pas avoir 2 pains pour le Léh’em Michné, et l’on envisage ......

Lire la Halacha


Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha

Le statut des femmes vis-à-vis des repas de Chabbat – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Les femmes sont-elles soumises à l’obligation de consommer les 3 repas de Chabbat, au même titre que les hommes? Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué les principales règes relatives aux repas du Chabbat. Parmi ......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha