Halacha pour jeudi 18 Shevat 5779 24 janvier 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Citation de versets et du Nom d’Hachem sur des faire-part

Question: Est-il permis d’écrire les initiales ב''ה (initiales de « בעזרת ה' » - « Avec l’aide d’Hachem ») en entête de courrier et de lettres diverses ? De même, est-il permis d’écrire des versets sur des faire-part de mariage, ou bien y a-t-il à craindre qu’on ne les jette à la poubelle, et que le Nom d’Hachem soit ainsi exposé à l’humiliation?

Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Roch Ha-Chana (18b):
La maudite royauté de Grèce décréta qu’il était désormais interdit de mentionner le Nom d’Hachem, mais lorsque les H’achmonaïm réussirent à les vaincre, ils instaurèrent de mentionner le Nom d’Hachem même sur les contrats, et ils écrivaient ainsi : « En telle année du règne de Yoh’anan le Cohen Gadol du D. Très Haut ». Lorsque nos maitres eurent connaissance de la chose, ils se dirent : « Il pourrait arriver qu’une personne rembourse sa dette, et le contrat de reconnaissance de dette (où figure le Nom d’Hachem) sera jeté à la poubelle. » Ils décidèrent d’abolir l’usage d’écrire le Nom d’Hachem sur les contrats. Le jour de l’abolition officielle de cet usage, fut célébré comme un jour de fête.

Cela signifie que les grecs avaient initialement décrété que les juifs n’avaient plus le droit de mentionner le Nom d’Hachem à aucune occasion, ni par écrit, ni verbalement. Après la victoire des H’achmonaïm sur les grecs, ils instaurèrent de mentionner le Nom d’Hachem dans toute correspondance, même sur une lettre qui n’avait pas de caractère de Torah, comme des reconnaissances de dette ou autre. De quelle façon mentionnaient-ils le Nom d’Hachem ? Ils écrivaient dans la date : « Telle année depuis le début de la prêtrise de Yoh’anan le Cohen Gadol du D. Très Haut ». Ce qui représente la mention du Nom d’Hachem sur un contrat.

Suite à cela, lorsque les Sages d’Israël constatèrent que cette institution avait des conséquences négatives, puisque des gens jetaient les contrats à la poubelle après le remboursement de la dette, le Nom d’Hachem était donc exposé à l’humiliation. Ils instaurèrent de ne plus écrire le Nom d’Hachem sur les contrats.

A partir de là, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l déduit qu’il faut éviter d’inscrire des versets ou autre sur des contrats ou des faire parts pour des réjouissances ou autre, car il est d’usage de les jeter à la poubelle, et des choses qui nécessitent normalement une Guéniza (enterrer) sont exposées ainsi dans l’humiliation.

C’est pour cela que les élèves de notre maitre le Rav z.ts.l, ainsi que toutes les personnes qui observent ses usages et qui sont experts en Halah’a, n’inscrivent pas dans leurs faire part de mariage ou autre, le verset « Kol Sasson Vé-Kol Simh’a », ou bien le verset, ou bien le verset « Im Echkah’eh’ Yérouchalaïm » ou autre, car il est interdit de jeter toutes ces citations à la poubelle, et il faut les placer en Guéniza (enterrement) selon les exigences de la Halacha. La plupart des gens ne font pas attention à cela, et le Nom d’Hachem est donc exposé à l’humiliation.

Cependant, concernant la mention du nom d’Hachem en initiales, comme « ב''ה » ou autre, il n’y a absolument pas à craindre d’interdiction, comme l’écrit notre maitre le H’YDA dans son livre Béritt ‘Olam, au nom de notre maitre Rabbenou Eli’ezer NAH’OUM z.ts.l, lorsqu’on écrit la lettre ה' en faisant allusion au Nom d’Hachem (comme nous en avons l’usage), il est permis d’effacer la lettre sans craindre l’interdiction d’effacer le Nom d’Hachem.
Nous constatons donc qu’une seule lettre qui fait allusion au Nom d’Hachem, n’est pas inclus dans l’interdiction d’effacer le Nom d’Hachem, et il est donc permis de la jeter.

Même si certains s’imposent la rigueur sur ce point, et selon leur opinion, il ne faut pas écrire « ב''ה » en entête de lettre, malgré tout, selon l’usage répandu, on l’autorise. Au contraire, le Gaon Rabbi Itsh’ak KARO écrit que l’on a l’usage d’écrire « ב''ה » au début de toute lettre, en référence au verset : « Cherche à le connaitre dans tous tes chemins, et il aplanira tes voies. »
Nous voyons qu’il n’y a non seulement aucun interdit à le faire, mais il est même une Mitsva d’inscrire le Nom d’Hachem (par les initiales citées) dans tout courrier.
C’est ainsi que tranche notre maitre le décisionnaire de la génération z.ts.l dans son livre Chou’t Yéh’avé Da’at (tome 3 chap.78).

En conclusion: Même s’il faut éviter d’inscrire des citations envers lesquelles il faut observer de la sainteté sur des courriers profanes, comme des faire parts de mariages ou autre, malgré tout, il est permis d’inscrire le Nom d’Hachem avec des initiales comme « ב''ה » ou « בע''ה » ou autre. Il n’y a aucun interdit dans ces initiales, et il est même un très bon usage de le faire, comme le font de nombreuses et dignes personnes.

8 Halachot Les plus populaires

Le voleur repenti (suite)

Les propos de MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h MARAN écrit dans le Choulh’an ‘Arouh’ (H’ochen Michpatt chap.366) : Un voleur réputé qui désire se repentir, si l’objet du vol n’existe plus, on ne doit pas accepter le......

Lire la Halacha

« Le vol est la source des mises en accusation »

Il est enseigné dans la Guémara Yoma (85b): Rabbi El’azar ben ‘Azarya commente : Il est dit dans la Torah au sujet de Yom Kippour: « Car c’est en ce jour qu’Il vous pardonnera, afin de vous purifier de toutes vos fautes, devant hachem vous vous purifiere......

Lire la Halacha

Un voleur qui désire se repentir

Question: Il y a quelques années, une personne m’a volé une somme d’argent. A présent, il vient me rembourser en pleurant qu’il ne sait pas comment rembourser toiuytes les personnes qu’il leur a volé. Comment dois-je agir? Réponse: Si une......

Lire la Halacha

Celui qui fait fauter les autres

Question: Une personne qui fait fauter les autres (qui a causé le fait que d’autres commettent des fautes), sa Téchouva (repentir) peut-elle être acceptée, lorsqu’elle regrette ses actes de tout son cœur, et qu’elle s’engage à ne plus l......

Lire la Halacha


Le devoir de repentir pour tout individu - Anecdote au sujet de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Pourquoi l’homme doit-il demander pardon à Hachem sur ce qu’il a fait sans intention, c'est-à-dire de façon involontaire, alors qu’il n’existe pas d’homme juste sur terre qui ne fait que le bien sans commettre de faute, et il est impos......

Lire la Halacha

Difficultés à se repentir

Question: Un homme qui commet des fautes et qui rencontre de grandes difficultés à se repentir au point de ne pas y parvenir, y a-t-il malgré cela une quelconque utilité aux Mitsvot qu’il accomplit, ou pas? Réponse: En général, le proc&e......

Lire la Halacha

Se fixer des barrières pendant la période des Sélih’ott, à travers l’étude de la Torah

Nous avons déjà mentionné antérieurement les propos de nos maitres les Ah’aronim (décisionnaires des dernières générations), ainsi que les propos de notre maitre le Rav z.ts.l selon lesquels, de notre époque, durant le mois d&rsquo......

Lire la Halacha

La Kippa à la plage – Se couvrir la tête lorsqu’on récite une bénédiction

Question: Y a-t-il une obligation de marcher avec une Kippa lorsqu’on est à la plage ? Est-il possible de réciter une bénédiction en se plaçant la main sur la tête? Réponse: Avant tout, nous devons expliquer la notion de l’obligation de ......

Lire la Halacha