Halacha pour mercredi 18 Elul 5779 18 septembre 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen

 

Le voleur repenti (suite)

Les propos de MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h

MARAN écrit dans le Choulh’an ‘Arouh’ (H’ochen Michpatt chap.366) :
Un voleur réputé qui désire se repentir, si l’objet du vol n’existe plus, on ne doit pas accepter le remboursement du vol, afin qu’il ne se prive pas du repentir. S’il désire malgré tout s’acquitter vis-à-vis du ciel et qu’il rembourse, on ne peut pas l’en empêcher.
Nous allons à présent expliquer les propos de MARAN.

Exclusivement un « voleur réputé »
Tout d’abord, lorsque MARAN écrit « Un voleur réputé qui désire se repentir », il s’agit exclusivement d’un voleur réputé dans le domaine du vol. Le décret de ne pas accepter le remboursement du vol ne concerne que ce genre de voleur. Mais s’il s’agit d’une personne dont ce n’est pas l’activité principale, et qui n’a volé qu’une fois ou deux occasionnellement, il est permis d’accepter la restitution du vol, car son repentir n’est pas si difficile, et il a la possibilité de se repentir.
Ce Din prend sa source dans les propos des Tossafott, au nom du RI (Rabbénou Itsh’ak, l’un des auteurs des Tossafott) selon qui, nos maitres n’ont instauré de ne pas accepter la restitution du vol des mains du voleur, que lorsqu’il s’agit d’un voleur réputé, et dont le vol représente son activité principale, car il lui est difficile de s’écarter de cette activité. Ils lui ont donc ouvert un chemin vers le repentir.
Mais lorsqu’il s’agit d’un voleur « occasionnel », on peut accepter la restitution du vol de sa part.

Exclusivement lorsqu’il se repent de lui-même
Lorsque MARAN écrit « qui désire se repentir », il s’agit exclusivement du cas où le voleur désire de lui-même restituer l’objet du vol, dans ce cas il ne faut pas accepter la restitution. Mais s’il se maintient dans sa faute, et qu’il existe une possibilité de lui faire restituer le vol par le biais du Beit Din ou autre, dans une telle situation nos maitres n’ont pas instauré de ne pas accepter la restitution, car il reste dans sa perversité et il n’envisage absolument pas de se repentir. Nos maitres n’ont instauré cette facilité que pour un voleur qui désire se repentir de sa propre initiative.
Ce Din est écrit par le ROCH dans son commentaire où il ajoute que lorsque le voleur se maintient dans sa faute, nous constatons à plusieurs endroits du Talmud que les Dayanim (juges rabbiniques) obligent les accusés à rembourser le vol, en référence à la loi de la Torah selon laquelle le voleur est tenu de restituer ou de rembourser ce qu’il a volé à autrui. Ce n’est que dans des situations similaires à l’anecdote mentionnée dans la précédente Halah’a où le voleur envisage de se repentir de sa propre initiative personnelle, dans ce cas-là, on ne doit pas accepter la restitution du vol.

Exclusivement lorsque l’objet du vol n’existe plus
Lorsque MARAN écrit « si l’objet du vol n’existe plus », cela signifie que nos maitres n’ont instaurés de ne pas accepter la restitution du vol seulement lorsque l’objet du volé n’est plus en possession du voleur, comme dans le cas de notre question où il s’agit de quelqu’un qui a volé des logos de machines. Si le logo est encore en possession du voleur, il est certain que le voleur est tenu de le restituer, et il est permis à la victime de le réclamer et de l’accepter, car dans un tel cas, l’institution de nos maitres afin que le voleur ne se prive pas du repentir, n’est pas appropriée. Si le logo n’est plus en possession du voleur, parce qu’il la vendue ou qu’il l’a perdue ou autre, et qu’il désire rembourser le vol, il ne faut absolument pas accepter le remboursement. Cette précision est écrite explicitement dans la Guémara mentionnée plus haut: Rav Nah’mann dit : L’institution ne concerne que le cas du voleur qui n’a plus l’objet du vol en sa possession.

Si le voleur désire malgré tout restituer
Lorsque MARAN écrit en fin de ses propos « S’il désire malgré tout s’acquitter vis-à-vis du ciel et qu’il restitue, on ne peut pas l’en empêcher. », il s’agit du cas où la victime du vol dit au voleur : « Je te pardonne. Tu n’es pas tenu de me rembourser. » Mais le voleur lui dit : « Malgré tout, je tiens à te rembourser. » Il est permis dans ce cas d’accepter la restitution, comme nous l’avons appris antérieurement au sujet de la Chémitatt Késsafim(l’abolition des dettes par la Chémita), dans de telles conditions, il est permis d’accepter la restitution du prêt aboli par la Chémita.

En conclusion: Lorsqu’un voleur vient restituer l’objet du vol de sa propre initiative, s’il s’agit d’un voleur dont l’activité a été le vol, et que l’objet du vol ne se trouve plus en sa possession, il ne faut pas accepter le remboursement. S’il déclare qu’il veut rembourser même si on lui pardonne, on peut accepter le remboursement.

Questionner Le Rav


הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

הליכה לים בבין המצרים
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha