Halacha pour mardi 17 Elul 5779 17 septembre 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Un voleur qui désire se repentir

Question: Il y a quelques années, une personne m’a volé une somme d’argent. A présent, il vient me rembourser en pleurant qu’il ne sait pas comment rembourser toiuytes les personnes qu’il leur a volé. Comment dois-je agir?

Réponse: Si une personne a volé une chose à autrui, même lorsque cette personne se repent et revient dans le chemin de la Torah, elle est toujours tenue de restituer l’objet du vol à son propriétaire. Si elle ne restitue pas, elle ne pourra pas se repentir totalement, car il est dit dans la Torah: « Il rendra l’objet du vol... »
Nous voyons à partir de là que la faute du vol est un « interdit lié à un commandement positif », car lorsqu’on a transgressé l’interdiction de voler, on est tenu d’accomplir le « commandement positif » de restituer l’objet du vol.

Nous pouvons apparemment comprendre de là que lorsque le voleur vient pour restituer l’objet du vol, nous sommes tenus d’accueillir avec joie ce qu’il nous rend, et de lui pardonner sur tout ce qu’il nous a fait, afin qu’il puisse réaliser son repentir.
Nous avons déjà mentionné antérieurement à plusieurs reprises que les fautes commises envers le prochain n’ont pas de pardon tant que l’offensé n’a pas accordé son pardon. La faute du vol fait - de façon certaine – partie des fautes envers son prochain. C’est pourquoi, hormis le fait que l’on est tenu de restituer l’objet du vol, on est aussi tenu d’apaiser la victime du vol pour le mal qu’on lui a causé.

Cependant, il est enseigné dans une Béraïta (chap. « Ha-Gozel » 94b):
Lorsque le voleur se repent et vient restituer l’objet du vol, nos maîtres disent qu’il ne faut pas accepter de lui, afin de lui ouvrir les portes du repentir.
Cela signifie que lorsque le voleur se présente chez la victime du vol et lui dit qu’il désire lui restituer ce qu’il lui a volé, il ne faut pas accepter l’objet du vol, afin de lui faciliter le repentir, car si le voleur voit que le repentir est si difficile, puisqu’il doit restituer les importantes sommes d’argent qu’il a volé à toutes ses victimes, il se découragerait du repentir, et il resterait dans sa faute. C'est pourquoi nos maîtres ont instauré qu’il ne faille pas accepter ce qu’il vient restituer, afin que le voleur puisse se repentir.

Il est dit aussi dans la Guémara:
Rabbi Yoh’anann dit : cet enseignement (qu’il ne faut pas accepter la restitution du voleur) fut enseigné à l’époque de Rabbi (Rabbi Yéhouda Ha-Nassi). Un jour, un homme désira se repentir. Sa femme lui dit : « Idiot ! Si tu désires te repentir, même ta ceinture ne t’appartient pas !! » L’homme se priva du repentir. C’est à ce moment que l’on décréta : lorsque les voleurs ou les prêteurs avec intérêt viennent restituer, il ne faut pas accepter. Celui qui acceptera, l’esprit des sages n’est pas à ses côtés.

Rachi et le Nimouké Yossef expliquent les termes « l’esprit des sages n’est pas à ses côtés », en disant: « il n’y a pas d’esprit de sagesse, ni de piété en lui. »

À partir de là, nous pouvons apparemment constater qu’il ne faut pas accepter la restitution du voleur, car sinon il est possible qu’il en arrive à se décourager de se repentir.
Cependant, c’est un sujet qui comporte de nombreux détails sur le plan pratique, et ce n’est pas dans tous les cas qu’il faut refuser la restitution du vol. Nous expliquerons tout cela avec l’aide d’Hachem par la suite.

8 Halachot Les plus populaires

SHABUOT

Está escrito en la Parashá –porción- de la Torá que relata sobre la entrega de la Torá: Y partieron de Refidim, y acampó allí todo el pueblo frente al monte (Shemot 19). Pregunta Rabbenu Hayim ben Atar z”l en su obra Orah Hayim que unos......

Lire la Halacha

BIRCAT SHEEHEYANU

Pregunta: Cuando se debe pronunciar esta bendición? Respuesta: Según el Talmud (Berajot 54) es preciso pronunciar la bendición de “sheeheyanu” cuando se adquiere algún utensilio u objeto nuevo, por ej. una ropa. De hecho, tanto el Rashb”a como el R......

Lire la Halacha

JABON EN SHABBAT

Como vimos en la entrega anterior, existe divergencia entre las autoridades sobre la prohibición de triturar el hielo en Shabbat, en tanto que algunos sostienen que se trata de una prohibición de la Torá, “nolad”, o sea crear un nuevo elemento que no existía c......

Lire la Halacha

LA BENDICIÓN DE SHEEHEYANU SOBRE INJERTOS

En principio, debemos recordar que la persona que come un fruto que se renueva cada año debe pronunciar la bendición de Sheeheyanu tras recitar la bendición correspondiente del fruto. Sin embargo, es necesario analizar el caso de los frutos que son productos de injertos, como......

Lire la Halacha


LA BENDICIÓN DE SHEEHEYANU SOBRE FRUTOS SIMILARES

Como ya vimos anteriormente, al comer un fruto nuevo es preciso pronunciar la bendición de Sheeheyanu tras la bendición correspondiente del fruto, agradeciendo al Eterno el mérito de poder consumir nuevamente un fruto nuevo. Según esto, debemos analizar el caso de frut......

Lire la Halacha

MEDICIÓN PARA UN PRECEPTO

En la entrega anterior vimos sobre la prohibición rabínica de medir o pesar alimentos en Shabbat y Yom Tob. Por lo que, según concluimos no se puede utilizar una balanza mecánica para pesar alimentos tanto en Shabbbat como en Yom tob. Aún así, el Talmud (......

Lire la Halacha

CON LA CAÍDA DE TU ENEMIGO NO TE ALEGRES

Dice el Pirke Abot: Shmuel Hakatan enseña -dice el ver- “Con la caída de tu enemigo no te alegres y con su tropiezo no ha de alegrarse tu corazón, quizás lo observe el Señor y quite su enojo de él”. Escribe nuestro maestro en su comentario al......

Lire la Halacha

EL CLEMENTE

El finalizar técnicamente el “bircat hamazon”, o sea al finalizar la cuarta bendicion, se acostumbra recitar varios pedidos que comienzan con quel el Clemente nos conceda…. Y aún cuando estos pedidos no son una parte integral del bircat hamazon, pues no fueron instit......

Lire la Halacha