Halacha pour mardi 17 Elul 5779 17 septembre 2019

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Un voleur qui désire se repentir

Question: Il y a quelques années, une personne m’a volé une somme d’argent. A présent, il vient me rembourser en pleurant qu’il ne sait pas comment rembourser toiuytes les personnes qu’il leur a volé. Comment dois-je agir?

Réponse: Si une personne a volé une chose à autrui, même lorsque cette personne se repent et revient dans le chemin de la Torah, elle est toujours tenue de restituer l’objet du vol à son propriétaire. Si elle ne restitue pas, elle ne pourra pas se repentir totalement, car il est dit dans la Torah: « Il rendra l’objet du vol... »
Nous voyons à partir de là que la faute du vol est un « interdit lié à un commandement positif », car lorsqu’on a transgressé l’interdiction de voler, on est tenu d’accomplir le « commandement positif » de restituer l’objet du vol.

Nous pouvons apparemment comprendre de là que lorsque le voleur vient pour restituer l’objet du vol, nous sommes tenus d’accueillir avec joie ce qu’il nous rend, et de lui pardonner sur tout ce qu’il nous a fait, afin qu’il puisse réaliser son repentir.
Nous avons déjà mentionné antérieurement à plusieurs reprises que les fautes commises envers le prochain n’ont pas de pardon tant que l’offensé n’a pas accordé son pardon. La faute du vol fait - de façon certaine – partie des fautes envers son prochain. C’est pourquoi, hormis le fait que l’on est tenu de restituer l’objet du vol, on est aussi tenu d’apaiser la victime du vol pour le mal qu’on lui a causé.

Cependant, il est enseigné dans une Béraïta (chap. « Ha-Gozel » 94b):
Lorsque le voleur se repent et vient restituer l’objet du vol, nos maîtres disent qu’il ne faut pas accepter de lui, afin de lui ouvrir les portes du repentir.
Cela signifie que lorsque le voleur se présente chez la victime du vol et lui dit qu’il désire lui restituer ce qu’il lui a volé, il ne faut pas accepter l’objet du vol, afin de lui faciliter le repentir, car si le voleur voit que le repentir est si difficile, puisqu’il doit restituer les importantes sommes d’argent qu’il a volé à toutes ses victimes, il se découragerait du repentir, et il resterait dans sa faute. C'est pourquoi nos maîtres ont instauré qu’il ne faille pas accepter ce qu’il vient restituer, afin que le voleur puisse se repentir.

Il est dit aussi dans la Guémara:
Rabbi Yoh’anann dit : cet enseignement (qu’il ne faut pas accepter la restitution du voleur) fut enseigné à l’époque de Rabbi (Rabbi Yéhouda Ha-Nassi). Un jour, un homme désira se repentir. Sa femme lui dit : « Idiot ! Si tu désires te repentir, même ta ceinture ne t’appartient pas !! » L’homme se priva du repentir. C’est à ce moment que l’on décréta : lorsque les voleurs ou les prêteurs avec intérêt viennent restituer, il ne faut pas accepter. Celui qui acceptera, l’esprit des sages n’est pas à ses côtés.

Rachi et le Nimouké Yossef expliquent les termes « l’esprit des sages n’est pas à ses côtés », en disant: « il n’y a pas d’esprit de sagesse, ni de piété en lui. »

À partir de là, nous pouvons apparemment constater qu’il ne faut pas accepter la restitution du voleur, car sinon il est possible qu’il en arrive à se décourager de se repentir.
Cependant, c’est un sujet qui comporte de nombreux détails sur le plan pratique, et ce n’est pas dans tous les cas qu’il faut refuser la restitution du vol. Nous expliquerons tout cela avec l’aide d’Hachem par la suite.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le sel sur la table – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Y a-t-il une obligation selon le DIN, de mettre le sel à table avant de réciter la bénédiction de Ha-Motsi? Cette obligation est-elle aussi en vigueur durant les jours de semaine? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Bérah&rsqu......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. Nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. Il ......

Lire la Halacha

Manger sans se laver les mains (Nétilatt Yadaïm)

Nous avons expliqué dans la Halah’a précédente qu’il n’est pas permis de manger du pain sans se laver les mains (Nétilatt Yadaïm), et cela, même dans le cas où l’on ne touche pas le pain avec ses mains, comme lorsqu......

Lire la Halacha

« Acher Yatsar » et bénédiction finale

Question: Une personne consomme des aliments en quantité suffisante (Kazaït – 27g) pour réciter la bénédiction finale. Avant de réciter cette bénédiction, la personne ressent l’envie d’aller aux toilettes. Lorsqu’elle so......

Lire la Halacha


Règles de la Nétilat Yadaïm ablution des mains) pour le repas

L’institution de la Nétilat Yadaïm  La Nétilat Yadaïm avant de consommer un repas accompagné de pain, est une institution de nos maîtres. Il est enseigné dans une Mishna du traité ‘Edouyot (chap.5) que l’on a excommuni&eacut......

Lire la Halacha

Est-il permis de consommer du pain sans se laver les mains(Nétilatt Yadaïm), lorsqu’on le consomme sans le toucher, par l’intermédiaire d’une serviette ou autre?

La Guémara dans H’oulinn (107b) nous dit: « Les H’ah’amim ont autorisé la serviette ( manger du pain s’en se laver les mains, mais simplement en les entourant d’un tissu) uniquement pour ceux qui consommaient la ......

Lire la Halacha

Havdala le samedi soir où tombe le 9 Av – Règle pour un malade qui mange le jour du 9 Av

Pour une année où le 9 Av tombe un samedi soir – comme cette année 5781 – nos maitres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) débattent afin de définir comment faut-il procéder en ce qui concerne la H......

Lire la Halacha

« Acher Yatsar ou Birkat Ha-Mazon?

Question: Une personne consomme du pain en quantité suffisante (Kazaït – 27g) pour réciter Birkat Ha-Mazon. Avant de réciter Birkat Ha-Mazon, la personne ressent l’envie d’aller aux toilettes. Lorsqu’elle sort des toilettes et qu’elle se lave......

Lire la Halacha