Halacha pourlundi 10 Tammuz 5781 juin 20 2021

Ecouter de la musique et des paroles de Torah dans une salle de bains – L’émission de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’écouter des chansons Kodech ou bien des discours et des cours de Torah dans une salle de bains? De même, est-il permis de prononcer des paroles de Torah dans une salle de bains?

Réponse: Il faut traiter la question selon deux problèmes:
Lorsqu’une personne se lave et n’est donc pas vêtue, lui est-il permis de prononcer ou d’écouter des paroles de Torah?
La salle de bain entre-t-elle dans la catégorie des endroits où il est interdit de prononcer ou de penser à des paroles de Torah?

« Il ne verra pas de nudité en toi. »
Il est dit dans notre sainte Torah: « Il ne verra pas de nudité en toi. »
A partir de là, nos maitres apprennent dans la Guémara Chabbat (23a) qu’il est interdit à une personne non-habillée de prononcer des paroles de Torah (les termes employés par la Torah dans ce verset sont « ‘Ervatt Davar ». « ‘Ervatt » signifie « nudité », et « Davar » signifie « chose », mais il a la même racine que le mot « Dibbour » qui signifie « parole »). C’est pour cela qu’il est strictement interdit de prononcer des paroles de Torah lorsqu’on se lave ou autre, car on n’est pas habillé.
Cependant, tout ceci ne concerne que le fait de prononcer véritablement des paroles de Torah, mais pour ce qui est de penser, de réfléchir à des paroles de Torah, on ne peut pas interdire pour le fait de ne pas être habillé, car la Torah précise « ‘Ervatt Davar ». La parole est interdite, mais la pensée est permise.

La salle de bain
Cependant, il faut analyser le problème sous un autre angle.
Puisqu’il est interdit de prononcer des paroles de Torah et des paroles sacrées lorsqu’on n’est pas habillé, il est également interdit de prononcer des paroles de Torah lorsqu’on se trouve dans un endroit qui n’est pas honorant, comme il est dit: « Ton camp sera saint ». A fortiori, lorsqu’on se trouve dans un endroit réellement sale comme des toilettes ou des bains publiques. Dans de tels endroits, il est également interdit de réfléchir à des paroles de Torah.
Nous devons donc débattre afin de définir si la salle de bains possède le même statut que les toilettes ou que les bains publiques, où il est interdit de penser à des paroles de Torah, ou bien son statut est-il différent du fait que la salle de bains est plus propre.

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (10a):
Lorsqu’on pénètre aux thermes (à leur époque, les thermes possédaient 3 pièces: dans la 1ère, tout le monde était habillé  dans la 2ème, certains étaient habillés et d’autres pas; dans la 3ème, tout le monde était nu), là où les gens se tiennent habillés, il est permis d’y lire le Chéma’, d’y prier et d’y mettre les Téfilin. Là où les gens se tiennent tous nus, il est interdit d’y prononcer la moindre parole sacrée, ou même de dire le mot « Chalom », car il s’agit d’un nom attribué à Hachem.

Concernant la pièce intermédiaire où les gens sont pour certains habillés et pour d’autres nus, le RAN écrit dans son commentaire sur la Guémara ‘Avoda Zara (44b), que même s’il est interdit d’y prononcer des paroles de Torah, malgré tout, il est permis d’y avoir des pensées de Torah. De même, il est permis d’y répondre verbalement à une question d’Halacha en disant simplement « permis » ou « interdit », sans expliquer les raisons de la permission ou de l’interdiction, car c’est aussi considéré comme penser à des paroles de Torah.

Le RACHBA écrit dans une Responsa (tome 7 chap.418) que le fait d’immerger les ustensiles dans le Mikvé et d’y réciter la bénédiction, bien qu’il est interdit de prononcer ne serait ce que le mot « Chalom » aux bains publiques, tout ceci parce que nos maitres n’ont interdit de prononcer des paroles de Torah ou de dire le mot « Chalom » seulement dans un endroit où l’eau est chaude, ce qui provoque de la saleté. Mais des bains publiques où l’eau serait froide, il n’y a pas d’interdiction d’y prononcer des paroles de Torah.
Les propos du RACHBA expliquent très clairement que l’essentiel de l’interdiction de prononcer des paroles de Torah aux bains publiques n’est pas fondé sur le fait que les gens s’y trouvent généralement nus, mais seulement sur le fait que l’eau chaude favorise la production de la saleté que les gens extraient lorsqu’ils se lavent. C’est pourquoi, lorsque l’eau est froide et qu’il n’y a personne, il est même permis d’y réciter la bénédiction de l’immersion.

Notre grand maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, s’est longuement étendu sur la question dans une Responsa du livre Chou’t Yabia’ Omer (tome 5 chap.11) puisqu’il fut lui aussi consulté sur ce problème lorsqu’il répondait aux questions des auditeurs à la radio à l’époque où il occupait les fonctions de Grand Rabbin d’Israël, et un auditeur lui demanda s’il lui était permis d’écouter l’émission de notre maitre le Rav z.ts.l au moment où il se lave en l’honneur de Chabbat. Notre maitre le Rav z.ts.l cita différentes preuves selon lesquelles l’interdiction de prononcer des paroles de Torah aux bains publiques est fondée exclusivement sur la saleté qui s’y trouve. Notre maitre le Rav z.ts.l cite aussi des preuves selon lesquelles il faut distinguer les bains publiques, de la salle de bains d’un particulier, comme les salles de bains que nous avons dans nos maisons de notre époque.

Malgré tout, sur la plan Halachique, notre maitre le Rav z.ts.l écrit qu’il faut considérer nos salles de bains comme la pièce intermédiaire des bains publiques de l’époque du Talmud. Il est donc interdit d’y prononcer des paroles de Torah, mais il est permis d’y avoir des pensées de Torah. Il est donc permis d’y introduire une radio ou un magnétophone ou autre appareil d’écoute, afin d’écouter des cours de Torah, même lorsqu’on s’apprête à se laver, car le fait d’être nu n’empêche pas d’avoir des pensées de Torah. Seule la parole véritable est interdite, aussi bien lorsqu’on s’y trouve habillé que lorsqu’on s’y trouve nu.

En conclusion: De notre époque, il est interdit d’prononcer des paroles de Torah ou toute autre parole sacrée dans une salle de bains, mais il est permis d’y avoir des pensées de Torah ou toute autre pensée sacrée. Il est donc permis d’écouter des cours de Torah ou autre dans une salle de bains.

Il est évident que tout ceci n’est valable que dans une salle de bains qui ne possède pas de toilettes, car s’il y a des toilettes, il est également interdit d’y avoir des pensées de Torah.

Questionner Le Rav


ספר אביר הרועים - בית מידות
ספר אביר הרועים
לפרטים לחץ כאן

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

דין ברכת שפטרנו מעונשו של זה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

The Order for Lighting Shabbat and Chanukah Candles

There is a disagreement among the Rishonim as to the order of lighting Shabbat and Chanukah candles on Erev Shabbat Chanukah. The Ba’al Halachot Gedolot (commonly referred to as “Behag”) is of the opinion that Chanukah candles must be lit before Shabbat candles because women cu......

Lire la Halacha

Lighting the Chanukah Candles

The Mitzvah of Lighting Chanukah Candles There is a Mitzvah to light Chanukah candles throughout all eight nights of Chanukah (beginning from next Sunday night). The Sephardic custom is to light one set of Chanukah candles per house. The Ashkenazi custom, however, is that every member of the househ......

Lire la Halacha

A Guest On Motza’ei Shabbat Chanukah

Question: If one is staying as a guest at one’s parents’ or in-laws’ home for Shabbat Chanukah, where should one light Chanukah candles on Motza’ei Shabbat? Answer: Regarding a married individual who is staying as a guest at his father’s home, according to the Sephar......

Lire la Halacha

The Laws of Boarders, Guests, Soldiers, and Yeshiva Students Regarding Chanukah Candles

Question: If one will be away from home as a guest during Chanukah, how should one act regarding lighting Chanukah candles? Similarly, what is the law regarding a soldier who will be at his military base during Chanukah? Answer: If one is away from home during the holiday of Chanukah and stays a......

Lire la Halacha


The Laws of Married Children Staying with Their Parents and One Staying in a Hotel

In the previous Halacha, we have explained that although one who has no one lighting on his behalf at home (for instance, because he has no family or because his family is with him) and is staying as a guest in a friend’s home on Chanukah should have been obligated to light candles in one&rsqu......

Lire la Halacha

Washing One’s Hands After Taking a Haircut

Question: Is one obligated to wash one’s hands (Netilat Yadayim) after taking a haircut? Answer: Our Sages list various situations where one must wash one’s hands. Maran Ha’Shulchan Aruch (Chapter 4) states: “The following activities require one to wash one’s hands: ......

Lire la Halacha

“Al Ha’Nissim”

Starting from the Arvit prayer on the first night of Chanukah (this year, 5782, starting from tonight, Sunday night) “Al Ha’Nissim” is added in the Amida in the middle of the Blessing of Thanksgiving (“Modim Anachnu Lach etc.) as it is printed in all Siddurim. Even if mos......

Lire la Halacha

The Meaning of Chanukah as it Applies to Us

We have already discussed the essence of the miracle of Chanukah which was that when the wicked Greeks threatened the Jewish nation, the sons of the Hashmonai family rose up against them and were victorious. They then chose a king for the Jewish nation from their priestly family (of Kohanim). Fro......

Lire la Halacha