Halacha pour mardi 14 Tevet 5781 29 décembre 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Les les bénédictions du matin (Birkottt Ha-Chah’ar) et les bénédictions de la Torah (Birkott Ha-Torah) pour les femmes

Question: Les femmes sont-elles tenues de réciter les bénédictions du matin (Birkott Ha-Chah’ar)?

Réponse: Nos maitres ont institué de réciter chaque jour les bénédictions du matin (celles qui figurent au début des rituels de prières avant la prière de Chah’aritt) car elles suivent l’ordre du monde et son fonctionnement, comme la bénédiction de « Pokeah’ Ivrim » (qui redonne la vue aux aveugles) que nous récitons pour glorifier Hachem sur le sens de la vue, et de même pour les autres bénédictions du matin.
Or, comme il est interdit de tirer profit de ce monde sans réciter de bénédiction, il est donc un devoir pour toute personne de réciter ces bénédictions chaque jour.
Les bénédictions du matin commencent à Elo-haï Néchama, et se terminent par la fin de la bénédiction de GOMEL H’ASSADIM LEA’MO ISRAEL. Ensuite, on récite les bénédictions de la Torah (Birkott Ha-Torah).

Il est expliqué dans les Responsa des Guéonim que les femmes sont elles-aussi soumises à l’obligation de réciter les bénédictions du matin, puisque cette obligation ne fait pas du tout partie de la catégorie des « Mitsvot Assé Chehazéman Guérama » (obligations religieuses dont l’accomplissement dépend d’un laps de temps), comme les Tefilin ou le Talit que nous ne pouvons mettre que lorsqu’il fait jour, ou bien le devoir d’habiter dans la Soukka, qui ne dure que 8 jours etc …, car les femmes sont exemptes de toutes ces obligations.
Mais les bénédictions du matin – qui ne dépendent pas d’un laps de temps – les femmes sont tenues de les réciter.

Parmi les bénédictions du matin, il y a une bénédiction qui se nomme « CHELO ‘ASSANI ICHA » (« qui ne m’a pas fait femme »). Nos maitres ont institués cette bénédiction car les hommes ont le devoir de remercier Hachem pour leur avoir donné le mérite d’accomplir la majeure partie des Mitsvot de la Torah, car chaque Mitsva est un grand mérite pour chacun.. Ce qui n’est pas le cas des femmes, puisqu’elles ne sont pas soumises à une partie des Mistvot, car elles doivent remplir correctement leur vocation en accomplissant les Mitsvot auxquelles elles sont soumises, comme Chabbat, les bénédictions alimentaires, ou autre. Elles doivent en particulier se montrer méticuleuses dans les Mitsvot propres à la femme, comme les lois de pureté familiale (Nidda), le prélèvement de la H’ala, ou l’allumage des Nérott du Chabbat. S’il s’agit d’une femme mariée, elle doit aussi motiver son mari à étudier la Torah, car c’est grâce à cela qu’elle lie son âme à l’immense mérite de l’étude de la Torah. Même si son mari montre de la paraisse dans son étude, la femme n’en a pas moins un grand mérite. De même, la femme doit aussi éduquer ses enfants dans la Torah et les Mitsvot.

Il ne s’agit pas d’une distinction entre l’homme et la femme, car selon l’esprit de notre sainte Torah, la femme est très honorée, comme l’enseignent nos maitres, l’homme doit aimer son épouse comme sa propre personne, et doit l’honorer plus que sa propre personne. Le cantique du Echett H’aïl qui a été dédiée à la femme qui craint Hachem, n’a pas son pareil dans le monde pour vanter les mérites de la femme. Le fait que la Torah a exempté la femme de différentes Mitsvott auxquelles l’homme est soumis, relève d’une raison précise que seul Hachem connait. Chacun se doit d’accepter les Mitsvot d’Hachem comme elles lui ont été données, et de remplir sa fonction dans le monde de façon correcte. Puisque personne au sein du peuple d’Israël ne peut se plaindre de ne pas être Cohen ou Lévy, de même, le fait que les femmes n’ont pas été soumises à toutes les Mitsvott comme les hommes, relève de façon certaine d’une raison qui n’appartient qu’à Hachem comme nous l’avons expliqué. Selon un esprit droit et juste, il n’est donc pas concevable d’exprimer un mécontentement sur ce point.
Toute personne qui exprimerait son mécontentement sur ce point ne parle pas avec intelligence.
En réalité, ceux qui tentent généralement de mettre l’homme et la femme à égalité dans le domaine de l’accomplissement des devoirs religieux, n’ont pas la crainte d’Hachem dans leur cœur, se trompent eux même et trompent la société, leur fin n’en sera que perte.

C’est pour cela qu’au lieu de « CHELO ‘ASSANI ICHA », les femmes disent « CHE’ASSANI KIRTSONO » (qui m’a faite selon sa volonté), et en veillant à ne pas prononcer Chem Oumalh’out (Elles diront BAROUH’ CHE’ASSANI KIRTSONO, et non pas BAROUH’ ATA A-D-O-N-A-Ï ELOHENOU MELEH’ HA’OLAM CHE’ASSANI KIRTSONO).
Par contre, elles récitent tout à fait normalement et avec Chem Oumalh’out (le nom d’Hachem), la Bénédiction de CHELO ‘ASSANI GOÎ, sous la formule féminine de CHELO ‘ASSANI GOYA, comme pour la Bénédiction de CHELO ‘ASSANI ‘AVED, qu’elles changeront en CHELO ‘ASSANI CHIFH’A. Telle est la tradition.

Les bénédictions de la Torah sont différentes des bénédictions du matin dont nous avons parlé plus haut.
En effet, les bénédictions du matin ne sont pas dirigées vers une Mitsva particulière, mais viennent seulement exprimer une glorification et un remerciement à Hachem pour la création du monde et son entretient. De ce fait, on comprend facilement le fait que les femmes soient soumises à l’obligation des bénédictions du matin puisqu’elles doivent elles-aussi glorifier Hachem, tout comme un homme. 
Ce qui n’est pas le cas des bénédictions de la Torah, puisque nos maitres les ont instaurées pour l’obligation d’étudier la Torah. Or, les femmes ne sont pas soumises à l’obligation d’étudier la Torah, elles devraient être exemptes de réciter ces bénédictions, puisque nous savons que selon MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’, une femme n’a pas le droit de réciter une bénédiction liée à une obligation de laquelle elle est exempte.

Cependant, notre grand maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que les femmes doivent réciter les bénédictions de la Torah, car elles sont soumises à l’étude des lois qui les concernent, comme les règles relatives aux bénédictions, les règles relatives au Chabbat ou autre. C’est pour cela qu’elles récitent elles aussi les bénédictions de la Torah, et elles peuvent dire le terme « Vétsivanou » (il nous a ordonné d’étudier les paroles de la Torah), car elles doivent elles aussi étudier comme nous l’avons expliqué.
Dans la prochaine Halacha, nous expliquerons, avec l’aide d’Hachem, un autre point qui découle de ce sujet: Le moment où l’on doit réciter les bénédictions du matin.

Questionner Le Rav


ספר אביר הרועים - בית מידות
ספר אביר הרועים
לפרטים לחץ כאן

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

דין ברכת שפטרנו מעונשו של זה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha


La règle de l’aliment principal et l’aliment secondaire

La semaine prochaine, dimanche soir et lundi, tombe Tou Bichvat (15 Chévat), date à laquelle nous avons l’usage de multiplier les bénédictions alimentaires. C’est pourquoi, nous allons ces jours-ci étudier les règles relatives aux bén&eac......

Lire la Halacha

La règle de « ‘Ikar et Tafel » dans les bénédictions (Aliment principal et aliment accessoire)

Question: Une personne qui consomme un morceau de pain avec du poisson, doit-elle réciter la bénédiction uniquement sur le poisson, étant donné que le pain ne lui est qu’accessoire? Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expli......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en position assise

Question: Y a-t-il une obligation de s’assoir lorsqu’on récite le Birkat Ha-Mazon, ou bien est-il permis de le réciter même en marchant? Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Bérah’ot (51b) qu’il y a une obligation de s&rs......

Lire la Halacha

Les préparatifs en l’honneur de Chabbat – Rabbi Yossef YEDID Ha-Lévy

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (25b): Il est une Mitsva de se laver à l’eau chaude la veille de Chabbat. Les décisionnaires écrivent que même celui dont la Torah est la seule occupation, doit légèrement diminuer son étude......

Lire la Halacha