Halacha pour mercredi 20 Elul 5780 9 septembre 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

« L’homme doit toujours se considérer à moitié coupable et à moitié innocent »

Nos maîtres enseignent dans la Guémara Kiddouchin (40b):
L’homme doit toujours se considérer à moitié coupable et à moitié innocent. S’il réalise une Mitsva, heureux soit-il car il s’est fait basculer vers le plateau du mérite. S’il commet une transgression, malheur à lui car il s’est fait basculer vers le plateau de la condamnation. Fin de citation.

Cet enseignement signifie que l’homme doit tout au long de sa vie se considérer comme un individu « moyen », car il est certain que l’on ne doit pas se considérer Tsaddik (juste), comme l’enseignent nos maîtres dans la Guémara Nidda (30b) :
« Même si le monde entier te qualifie de Tsaddik, considère-toi comme Racha’ (impie) ».
En effet, si l’individu se considère comme Tsaddik, il s’arrête de pratiquer les Mitsvot et les bonnes actions, car il va penser : « Quel devoir ais-je encore à accomplir dans ce monde ? »
C’est pourquoi, chacun doit se considérer comme n’étant pas Tsaddik, afin de poursuivre les efforts dans le service d’Hachem, pour gravir des niveaux selon ses possibilités et selon la source de son âme.

De même, il est interdit à un individu de se considérer comme Racha’, car il se découragerait d’accomplir les Mitsvot et les bonnes actions. Comme Elicha’ Ben Avouya en a fait l’erreur en disant qu’étant donné qu’il avait fauté de façon démesurée et qu’il n’avait plus droit au monde futur, qu’il puisse au moins tirer satisfaction de ce monde ci.
Il est certain que ce raisonnement était une grave erreur de sa part, et en conséquence à cette erreur, il perdit le bien éternel, car s’il avait fait des efforts et s’était repenti, on l’aurait immédiatement accepté. Il aurait atteint le niveau qu’il n’a jamais atteint.

C’est pourquoi, chacun doit se considérer de niveau moyen, ni Racha’, ni Tsaddik.
En comparaison à cela, un homme se présenta devant un H’ah’am et lui demanda de lui indiquer son niveau.
Le H’ah’am lui répondit : « Tu es un moyen. »
L’homme demanda : « Que dois-je faire pour être un Tsaddik ? »
Le H’ah’am lui répondit : «  Va accomplir une seule Mitsva, tu te feras basculer vers le plateau du mérite, et tu seras un Tsaddik. »
L’homme alla accomplir l’importante Mitsva de la Tsédaka.
Il se représenta devant le H’ah’am et lui demanda de nouveau : « Suis-je un Tsaddik ? »
Le H’ah’am lui répondit : « Non, tu es encore un moyen. »
L’homme demanda : « Alors pourquoi m’as-tu dis auparavant que j’étais moyen ? »
Le H’ah’am répondit : « Je t’ai répondu la première fois par respect afin de ne pas te vexer, mais en réalité il te manquait encore la Mitsva de Tsedaka pour être réellement qualifiable de moyen. Maintenant, tu es réellement moyen. »

L’homme alla à la maison d’étude et étudia durant plusieurs heures consécutives avec beaucoup d’engouement. Il se présenta de nouveau devant le H’ah’am et lui demanda : « A présent, suis-je un Tsaddik ? »
Le H’ah’am lui répondit : « Non, tu es toujours moyen. »
L’homme demanda : « Mais pourtant j’ai accomplis une Mitsva supplémentaire ! »
Le H’ah’am lui répondit : « Auparavant, il te manquait 2 Mitsvot afin d’être moyen, maintenant tu es réellement moyen. Et ainsi de suite. »

C’est pour cette raison que nos maîtres enseignent que l’homme doit toujours se considérer à moitié coupable et à moitié innocent, car en pensant ainsi, il ne fera qu’augmenter ses Mitsvot et ses bonnes actions, pour devenir en définitif un réel Tsaddik.

Nous nous trouvons au seuil de la période de la Téchouva, ce si grand cadeau dont nous a gratifié Hachem, les jours de miséricorde et des supplications. Que chacun médite avec lui-même, afin de définir sa situation du point de vue de son service d’Hachem, car nous n’avons pas la possibilité de connaitre réellement notre situation. Même une personne qui craint véritablement Hachem, qui accomplit des Mitsvot à chaque instant, ignore le sort qui l’attend. Est-il un Tsaddik convié au monde futur, ou bien se verra-t-il examiné sur différentes actions reprochables qu’il a réalisées, et sera-t-il jugé de façon très sévère ?
Chacun doit donc prendre conscience, afin de se renforcer au maximum, et ne pas laisser les jours du mois d’Eloul passer de façon indifférente.Seul celui qui se souviendra de la signification de ces jours, et qui prendra différents bons engagements de façon générale dans le domaine de la crainte d’Hachem, méritera d’être inscrit pour une bonne vie et pour la paix, pour mériter une année bonne et bénit, avec une vie de Torah et de crainte du Ciel.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah. La mesure d’un « repas r&e......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha