Halacha pourvendredi 15 Shevat 5781 janvier 28 2021

Sucer un fruit

Question: Lorsqu’on suce une orange ou un pamplemousse, sans mâcher avec les dents, doit-on réciter la bénédiction de Boré Péri Ha-‘Ets au même titre que la bénédiction que l’on doit réciter lorsqu’on mange un fruit, ou bien Chéhakol Nihya Bidvaro, comme lorsqu’on boit le jus d’un fruit?

Réponse: Il est vrai que même si lorsqu’on mange un fruit, nous devons réciter Boré Péri Ha-‘Ets, malgré tout si l’on prend le fruit et qu’on le presse, on récite Chéhakol Nihya Bidvaro.
Cependant, les décisionnaires débattent au sujet d’un jus provenant du corps du fruit lui-même, comme un jus d’orange par exemple, où toute la chair du fruit est pressée et devient liquide, le statut de ce jus est-il le même que les autres jus de fruits dont la bénédiction est Chéhakol Nihya Bidvaro, ou bien Boré Péri Ha-‘Ets, au même titre qu’un fruit écrasé?

Le Gaon H’azon Ich z.ts.l écrit qu’un jus fait à partir d’agrumes ou autres, puisque toute la chair du fruit est pressée à l’intérieur de l’ustensile, on doit réciter Boré Péri Ha-‘Ets sur un tel jus. Le ‘Hazon Ich a été devancé sur ce raisonnement par d’autres décisionnaires, et parmi eux, le Gaon auteur du Lekett (Halah’ott Kétanott), et d’autres grands décisionnaires. Leurs propos prennent leurs sources dans les enseignements des Richonim (décisionnaires médiévaux).

Cependant, plusieurs de nos maitres les Ah’aronim (décisionnaires des générations récentes et contemporaines) réfutent cet argument, et selon eux, on doit réciter Chéhakol Nihya Bidvaro même sur un jus d’orange, car il n’y a aucune différence entre les différents jus de fruits, même si toute l’essence du fruit se trouve dans le jus, sa bénédiction reste Chéhakol Nihya Bidvaro.
C’est ainsi que tranchait sur le plan pratique notre saint maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l.

Nous devons à présent débattre du cas où une personne désire sucer le jus qui se trouve dans le fruit, sans introduire le corps du fruit dans sa bouche pour le mâcher, mais seulement en le suçant. Est-ce comparable au cas de celui qui boit un jus et doit donc réciter Chéhakol, ou bien au cas de celui mange un fruit et qui doit donc réciter Boré Péri Ha-‘Ets ?
Les grands décisionnaires discutent sur ce point.
Le Gaon auteur du Péri H’adach prouve à partir des propos du RAMBAM que le cas de celui qui suce le fruit est le même que celui qui mange le fruit, puisque le RAMBAM écrit au nom des Guéonim que lorsqu’on suce la canne à sucre, on doit réciter Boré Péri Ha-Adama. Le fait de sucer le fruit n’est donc pas comparable au fait de boire le jus du fruit. C’est ainsi que tranche également le Gaon Rabbi Yéhouda ‘AYACH, et d’autres décisionnaires.

Mais d’autres décisionnaires, comme le Gaon Rabbi ‘Akiva IGUER, ou le Gaon Rabbi Yossef YEDID, prouvent des propos des Tossafott que le fait de sucer un fruit est totalement comparable au fait de boire le jus du fruit, et il faut donc réciter Chéhakol.

Du point de vue de la Halah’a, après avoir longuement traité les propos des décisionnaires sur ce point, notre maitre la Rav z.ts.l tranche que le fait de sucer le fruit sans le mâcher est identique au fait de boire le jus du fruit, et il faut donc réciter la bénédiction de Chéhakol. Après avoir sucé le fruit, on ne récite aucune bénédiction finale, car pour réciter la bénédiction finale sur une boisson, il faut avoir bu la quantité d’un Révi’itt (8.1 cl) en une seule fois, ce qui n’est pas réalisable sur le plan pratique lorsqu’on suce un fruit. (Chou’t Yabiya’ Omer vol.8 chap.25).

En conclusion: Lorsqu’on suce un fruit sans le mâcher avec les dents, on doit réciter Chéhakol Nihya Bidvaro, au même titre que lorsqu’on boit le jus du fruit.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Eating and Washing One’s Self Yom Kippur

Some Laws of Yom Kippur All are obligated to fast on Yom Kippur, including pregnant and nursing women. Any woman whose health is at risk due to the fast should consult a prominent Torah scholar who is well-versed in these laws and he should render his ruling whether or not she must fast. One whose ......

Lire la Halacha

Motza’ei Yom Kippur

Adding From the Mundane Onto the Holiness One must add some of the mundane weekday onto the holiness of Yom Kippur upon its exit, i.e. one should not end this holy day immediately with nightfall; rather, one should wait another few minutes. Thus, it is prohibited to eat or perform work on Motza&rsq......

Lire la Halacha

The Obligation to Eat in the Sukkah

Since there is not so much time left to discuss the laws of Sukkot, let us now spend the next few Halachot discussing some pertinent Halachot for the upcoming Sukkot holiday. A Meal of an Established Character Throughout the entire Sukkot holiday, both during the night and day, it is prohibited ......

Lire la Halacha

Reciting Selichot Alone, Without a Minyan

Question: If one is unable to recite Selichot with a Minyan (quorum of at least ten Jewish men) for whatever reason or if a woman wishes to recite Selichot and she cannot do so with a Minyan, may one recite the Selichot texts alone or should one abstain from doing so? Answer: If one wishes to rec......

Lire la Halacha


The Laws of Eating a Kezayit of Bread in the Sukkah on the First Night of Sukkot and One who is Uncomfortable in the Sukkah

In the previous Halacha we have discussed that one may not eat an established meal outside of the Sukkah anytime during the Sukkot holiday. One must be aware that the reward for the Mitzvah of Sukkah is that it protects one during turbulent times (see Zohar, Parashat Tetzaveh). The Mitzvah of......

Lire la Halacha

The Custom of “Tashlich”

Following Mincha services of the first day of Rosh Hashanah, it is customary to go to a seashore, river, well, or pit in order to recite the order of “Tashlich.” If there is no river, lake, or pond in close proximity of one’s vicinity, it is likewise perfectly acceptable to recite ......

Lire la Halacha

The Proper Behavior for the Days of Rosh Hashanah-The Custom of Maran zt”l

It is customary to eat red meat and sweet foods on the days of Rosh Hashanah, as the verse in Nechemia states, “Go eat fatty foods and drink sweet beverages and sent gifts of food to those who do not have, for the day is sanctified to our Lord.” One may not fast at all on Rosh Hashana......

Lire la Halacha

Blowing the Shofar on Rosh Hashanah

It is a positive Torah commandment to hear the Shofar blasts on the day of Rosh Hashanah, as the verse states, “It shall be a day of [Shofar] blasts for you.” One may not speak between the various sets of Shofar blasts and certainly not during the blasts themselves. The Poskim disagree r......

Lire la Halacha