Halacha pour mardi 24 Tevet 5779 1 janvier 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Ribbite (prêter avec intérêt)

Une erreur s’est produite lors de l’envoi la Halacha du mardi 1er janvier, nous la diffusons de nouveau après correction.
Toutes nos excuses.  
-------------------------------

Il est interdit de prêter (entre juifs) avec intérêt.
Il s’agit là d’un interdit de la Torah, comme il est dit : « Si tu prête de l’argent à quelqu’un de mon peuple, à un nécessiteux qui vit avec toi… Vous ne placerez pas sur lui l’intérêt … ». Par exemple, une personne prête une certaine somme d’argent à son ami pour une durée d’un mois, à la condition que son ami lui rembourse cette somme, augmentée de quelques pourcentages. Ceci est l’interdit de Ribbite.
Comme le font les escrocs en prêtant 1000 dollars à une personne en l’obligeant à leur rembourser 1200 dollars. Il s’agit là du Ribbite interdit par la Torah.
Les gens qui agissent ainsi, leur faute sera trop lourde à porter, et ils ne se relèveront pas lors de la Résurrection des morts.

Une sépulture éternelle
On raconte que dans la ville du Gaon Rabbi ‘Akiva EIGUER z.ts.l, vivait un homme de mauvaise réputation, avare et qui pratiquait le prêt avec intérêt. Lorsqu’on venait le trouver pour de la Tsédaka, il refusait toujours de donner. Même lorsque des gens de la ‘Hévra Kaddicha (le dernier devoir) - qui étaient responsables de plusieurs causes de Tsédaka – venaient le solliciter, il les renvoyait les mains vides.
Au bout de quelques années, lorsque cet impie mourut, ses enfants se tournèrent vesr la’Hévra Kaddicha afin qu’ils entèrent leur père. Les gens de la ‘Hévra Kaddicha virent l’occasion de se « rembourser » de cet avare. Ils dirent aux enfants:
« Une tombe coûte 1000 pièces d’or. »
Les enfants furent stupéfaits de ce prix exagéré, qui dépassait de beaucoup le prix ordinaire. C’est pourquoi, ils adressèrent une plainte urgente auprès du gouverneur non-juif de la ville en lui demandant d’obliger la ‘Hévra Kaddicha à enterrer leur père.
Le gouverneur entendit ce qui s’était passé, et en raison de l’urgence de la question, il convoqua le Rav de la ville, le Gaon Rabbi ‘Akiva EIGUER z.ts.l.
Il lui demanda:
« Pourquoi le prix est-il ci élevé ?! »
Rabbi ‘Akiva EIGUER lui répondit:
« Excellence ! En général, le prix d’une tombe chez les juifs s’élève à environ 100 pièces d’or. Mais ceci en raison du fait que nous croyons en la Résurrection des morts, et c’est pour cela que nous demandons un prix symbolique, pour une utilisation de quelques années seulement. Mais cet homme prêtait avec intérêt, il ne se relèvera donc pas lors de la Résurrection des morts, et ses enfants veulent lui acheter une sépulture éternelle, ce qui explique le prix élevé … »

La gravité de la faute du Ribbite
Notre maître le TOUR écrit : L’homme doit être très vigilant vis-à-vis de l’interdit de Ribbite, car de nombreux interdits de la Torah sont cités à propos de cette faute. Même si l’emprunteur donne de lui-même en plus de son emprunt, une quantité de Ribbit au préteur, sans que celui-ci ne lui ait exigée, il transgresse malgré tout l’interdit de Ribbite. Ceux qui sont témoins ou garants d’un emprunt avec intérêt, transgressent eux aussi l’interdit de Ribbite.
Toute personne qui prête avec intérêt, verra ses biens disparaître, et renie par son acte la Sortie d’Egypte ainsi que le D.ieu d’Israël.

Les banques
Dans la plupart des banques en Israël, toutes les opérations réalisées entre la banque et ses clients juifs se font par le « Héter ‘Iska », sur lequel nous ne nous étendrons pas dans l’immédiat. Cependant, selon les décisionnaires, ce moyen annule l’interdit de Ribbite sous certaines conditions.
Par contre, lorsque des affaires sont traitées entre particuliers, ceux-ci doivent vérifier s’il y a le moindre risque de Ribbite, et dans le doute, se tourner vers une autorité rabbinique compétente dans les lois de Ribbite, afin qu’il leur rédige un protocole qui fonctionnera selon le « Héter ‘Iska ».

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles de la prière de rattrapage

Lors des dernières Halachot, nous avons traité du cas de la personne qui a oublié l’une des prières journalières, et nous avons établi que cette personne est tenue de rattraper la prière manquée, en priant 2 fois la ‘Amida lors de l......

Lire la Halacha

Prier ‘Arvit en guise de « ‘Amida offerte » (Téfilatt Nédava)

Dans les précédente Halacha, nous avons fait mention du cas de celui qui prie la ‘Amida et se souvient soudainement qu’il a déjà prié cet office. Nous avons établit qu’il doit immédiatement interrompre la ‘Amida puisque ses b&e......

Lire la Halacha

Shavou’ot - Le Don de le Torah : Israël et les Anges

Guémara Shabbat (88): Rabbi Yéhoshou’a Ben Levi dit : Lorsque Moshé Rabbenou monta dans les hauteurs (pour aller recevoir la Torah), les Anges du Service Divin s’exclamèrent devant Hashem en disant : « Maître du Monde ! Que vi......

Lire la Halacha

Cas pratiques sur la « prière de rattrapage » – Statut des femmes sur ce sujet

Dans les précédentes Halachot diffusées avant Chavou’ot, nous avons expliqué de façon générale le principe de rattraper une prière manquée, principe selon lequel, lorsqu’on a oublié de prier l’une de prièr......

Lire la Halacha


Une personne est en train de prier la ‘Amida et se rappelle qu’elle a déjà prié cet office

Question: Comment faire lorsqu’on est en train de prier la ‘Amida et que l’on se souvient subitement que l’on a déjà prié cet office? Réponse: Nous avons déjà expliqué que selon le strict Din une personne peut prier une &lsq......

Lire la Halacha

La veillée de Chavou’ot

La tradition est répandue au sein de toutes les communautés d’Israël de rester éveillés durant la nuit de Chavou’ot et d’étudier la Torah jusqu’à l’aube, comme il est écrit dans le Zohar Ha-Kadoch : Les premier......

Lire la Halacha

Questions/Réponses Halacha Yomit - ‘Hanoukatt Ha-Baït (inauguration de la maison) – L’étude du Moussar (morale) – L’influence de l’étude du Moussar

Recueil de réponses données ces derniers temps Question: Est-ce que le repas de ‘Hanoukatt Ha-Baït (inauguration d’un appartement ou d’une maison) est considéré comme « Sé’oudatt Mitsva »? Réponse: Si l’o......

Lire la Halacha

Une pâte à pâtisserie ou du chocolat à base de lait

Lors des dernières Halachot, nous avons expliqué que nos maitres ont interdit de pétrir et de cuire une pâte à pain faite à base de lait (ou inversement, avec de la graisse de viande), par crainte que l’on consomme cette pâte avec de la viande (ou......

Lire la Halacha