Halacha pour mercredi 20 Kislev 5782 24 novembre 2021

Lois relatives au voyageur et à l’invité pendant H’anouka, ainsi qu’aux soldats juifs de Tsahal

Question: Comment doit agir une personne qui est invitée ou qui est à l’armée pendant H’anoukka?

Réponse: Ce cas mérite d’en débattre car il existe une différence sur ce point entre une personne qui voyage seule mais dont les membres de la famille allument chez elle, et une personne qui voyage accompagnée de tous les membres de son foyer. 

Si la personne laisse des membres de sa famille à son foyer qui allumeront les Nérot
Si une personne voyage seule, et que sa femme ou ses enfants (religieusement majeurs) allument à la maison, cette personne est quitte de son devoir par l’allumage effectué à son foyer, et n’est pas tenue d’allumer là où elle se trouve, car la Mitsva de l’allumage de H’anouka incombe « l’individu et son foyer ». Ce qui veut dire que la Mitsva de l’allumage des lumières de H’anouka acquitte tous les membres du foyer par le seul allumage du foyer. C’est pour cette raison que selon notre usage, seul le père de famille allume les lumières à son foyer, car son allumage acquitte tous les membres du foyer de leur obligation.

Cependant, selon la tradition des Ashkénazim, chaque membre de la famille allume ses propres bougies. De ce fait, selon certains décisionnaires, cette personne invitée est tenue d’allumer là où elle se trouve.
Selon d’autres, elle n’est pas tenue d’allumer.

Sur le plan Halachique, notre maitre le Richon Lé-Tsion le Gaon Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita écrit dans son livre Yalkout Yossef (page 486) que dès lors où l’on allume à son foyer, la personne qui voyage ou qui est invitée est quitte du devoir de l’allumage par celui effectué chez elle, et n’est pas autorisée à avoir la pensée de ne pas s’acquitter de l’allumage de son foyer et ainsi allumer elle-même là où elle se trouve, étant donné qu’elle est déjà acquittée par l’allumage de son foyer, elle ne peut donc pas s’extraire à ce devoir et allumer elle-même.   

Si la personne ne laisse personne à son foyer
Lorsqu’une personne est en voyage, et qu’elle sait que personne n’allumera les lumières de H’anouka à son foyer, par exemple lorsqu’elle voyage avec son conjoint et ses enfants et qu’ils sont hébergés chez des amis, si cette personne paye une participation aux frais d’hébergement (nourriture, gîte, etc …), la règle exige dans ce cas de participer également aux frais d’allumage des lumières de H’anouka, en ajoutant une petite somme d’argent pour acquérir une part dans l’huile et les mèches ou dans les bougies de H’anouka. Ou bien que le maître de la maison offre une part de l’huile et des mèches des lumières de H’anouka (en ajoutant un peu plus d’huile pour l’invité), et dans ces conditions, l’invité s’acquitte de son devoir par l’allumage du maître de la maison.

Le Gaon et Richon Lé-Tsion Chlita écrit (page 475) que la règle est la même lorsque la personne a le doute si l’on allume à son foyer ou pas, même dans ce cas elle doit allumer là où elle se trouve en récitant les bénédictions. Il prouve ce point à partir des propos du Maharchal et d’autres décisionnaires. Par conséquent, même en cas de doute si l’on allume à son foyer ou pas, la personne doit allumer en récitant les bénédictions là où elle se trouve.

Le cas des soldats
Des soldats d’origine Séfarade servant dans Tsahal, s’acquittent de leur devoir par l’allumage effectué par leur père à leur foyer, et ne doivent absolument pas allumer les lumières de H’anouka. S’ils sont d’origine Achkénaze et qu’ils possèdent des chambres indépendantes à l’armée, ils doivent y allumer les lumières de H’anouka avec bénédictions, comme dans le cas de l’invité (Achkénaze), tel que nous l’avons expliqué.

Cependant, il faut ajouter les propos de MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap. 677) au sujet d’une personne qui se trouve dans un village de non-juifs où il n’y a absolument pas de lumières de H’anouka, même si les membres de son foyer allument, cette personne est tenue dans ce cas d’allumer là où elle se trouve avec bénédictions, en souvenir du miracle de H’anouka. C’est pourquoi, même des soldats d’origine Séfarade se trouvant sur le front et qui ne voient absolument pas les lumières de H’anouka là où ils se trouvent, doivent allumer avec bénédictions dans leurs chambres. S’ils n’ont pas de chambre à l’armée, par exemple lorsqu’ils campent dans un champ ou autre, ils devront s’efforcer d’allumer la lumière de H’anouka dans une boite en verre protégée du vent mais sans réciter de bénédictions. (H’azon Ovadia-H’anouka à partir de la page 152).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

MOTZI – MATZA

La matza con la que es apropiado cumplir el precepto la noche de Pesaj es la denominada “matza shemura” o sea controlada desde el mismo momento en que se segó el trigo que no tome contacto con el agua. Asimismo, esta matza debe ser realizada a mano para que la misma se realice con......

Lire la Halacha

EL CUIDADO EN TODO LO RELACIONADO AL HAMETZ

Está escrito en la Tora (Shemot 13): Durante siete días comerás matzá y no se verás leudos y no verás leudantes en todas tus moradas. Y en el Talmud (Pesajim 21ª) estudian nuestros sabios que el hametz –producto leudo- no sólo está......

Lire la Halacha

PARASHAT ZAJOR

El Shabbat anterior a Purim es denominado Shabbat Zajor, pues en el mismo se da lectura en la Torá no sólo a la porción semanal, este año parashat Tetzaveh, sino también se lee la porción de zajor:Recuerda lo que te hizo Amalek cuando saliste de Egipto, en o......

Lire la Halacha

BESAR LA MANO DEL PADRE

Pregunta: Es preciso besar la mano de los padres la noche de Shabbat cuando se recibe la bendición de boca de losmismos? Respuesta: El Talmud (Avodá Zará 17ª) relata que el amorá –sabio del Talmud- Ulá, besaba la mano de su padre cuando regr......

Lire la Halacha


KIDUSH LA NOCHE DE PESAJ

El orden ritual que seguimos la noche de Pesaj Kadesh –kidush, santificación sobre el vino-,Urhatz –lavado de manos sin bendecir-, Carpas–apio untado-, Yahatz –división de las Matzot-, Maguid –relato de Pesaj-, Rohtza –lavado ritual de manos con bend......

Lire la Halacha

REZAR DESCALZO

Pregunta: Está permitido rezar con pantuflas? Respuesta: La persona que se dispone a orar debe preparar el lugar en que lo hará, su propia persona su ropa y su higiene personal ya que va a presentarse ante el Rey de reyes, el Todopoderoso. El Talmud (Shabbat 9ª) ci......

Lire la Halacha

PRODUCTOS LEUDOS Y LEGUMBRES EN PESAJ

Está escrito en la Torá referente a Peaj: Pan ácimo comeréis los siete días, y no se hallará para ti producto leudo y no se hallará para ti levadura en todos tus límites(Shemot 13). Con respecto al producto leudo prohibido en Pesaj, se ref......

Lire la Halacha

CORTAR EL CABELLO LA NOCHE DEL 34 DEL OMER

Como hemos visto, durante los días del Omer no se debe cortar el cabello, y así se acostumbre actualmente, asimismo se llevan  cabo ciertas costumbres de luto debido a la muerte de los 24000 alumnos de Rabí Akiva que fallecieron durante este período. Hemos explica......

Lire la Halacha