Halacha pour jeudi 25 Tishrei 5779 4 octobre 2018

Pour l'élévation de l'âme de  Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala

Pour l'élévation de l'âme de  Rivka Bat Rachel Léa

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Les cas pratiques de « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum »

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’essentiel du Din de la lecture de la Paracha chaque semaine, deux fois chaque verset et une fois sa traduction araméenne. Ce qui signifie qu’il incombe chaque juif l’obligation de lire la Paracha de la semaine 2 fois le texte hébreu, c'est-à-dire, les versets de la Paracha, et 1 fois le Targoum, la traduction araméenne d’Onkeloss.

La Mitsva de « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum » fait partie de la Mitsva d’étudier la Torah. Or, les femmes sont exemptes d’étudier la Torah (excepté les Halah’ott et les sujets de la Torah qui les concernent).
Par conséquent, les femmes sont exemptes de la Mitsva de « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum ».
Cependant, une femme qui désire malgré tout lire la Paracha « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum », est digne de la Bénédiction, et elle en recevra une récompense.
De même, une femme qui dispose de temps et qui désire étudier la Paracha avec le commentaire de Rachi, accomplie ainsi la Mitsva d’étudier la Torah, comme quelqu’un qui n’est pas soumis à une obligation et qui l’accomplie malgré tout.
Mais une femme n’a pas de réelle obligation de le faire.

Lors de la lecture de la Torah à la synagogue, il est interdit de parler de quoi que ce soit.
Cependant, il est permis selon le Din de lire la Paracha « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum » pendant la lecture de la Paracha à la synagogue, même si en faisant ainsi on ne se trouve pas forcément au même endroit de la Paracha que l’officiant, car on peut se trouver au début ou à la fin de la Paracha alors que l’officiant est en train de lire d’autres versets, malgré cela, puisque l’on est occupé par le même sujet  que l’officiant (la lecture de la même Paracha), il est permis de le faire.
C’est ainsi qu’agissait Rabbénou Yéhouda Hé-H’assid, chaque Chabbat, lors de la lecture de la Torah, il lisait au même moment toute la Paracha « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum ». C’est ainsi que tranche MARANN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.285).

L’auteur du Hagahot Maïmoniyott écrit que le MAHARAM avait l’usage de lire la Paracha deux fois chaque verset lorsque l’officiant se taisait, c'est-à-dire, entre les montées.
Les décisionnaires écrivent aussi que l’on est autorisé à lire la Paracha une première fois pendant que l’officiant lit dans le Sefer Torah, en lisant mot à mot avec l’officiant l’intégralité de la Paracha, et ensuite une fois supplémentaire, puis une fois le Targoum. C’est ainsi qu’agissent de nombreuses personnes.

Nous avons déjà écrit que lorsqu’on veut accomplir la Mitsva dans sa plus grande qualité, il faut lire toute la Paracha en dehors du moment de la lecture de la Torah, 2 fois chaque verset et 1 fois le Targoum, jusqu’à la fin de la Paracha.

En conclusion:
Les femmes sont exemptes de la lecture de « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum ».
Cependant, une femme qui tient absolument à cette lecture, accomplit ainsi la Mitsva d’étudier la Torah, et cette étude lui sera très bénéfique.
Selon le strict Din, il est permis de lire l’intégralité de la Paracha « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum » lorsque l’officiant lit la Torah à la synagogue. Mais il est juste de s’imposer la H’oumra (rigueur) de ne lire qu’une seule fois la Paracha en même temps que l’officiant, et en lisant mot à mot avec lui (et la deuxième fois, ainsi que le Targoum à un autre moment).
Lorsqu’on veut accomplir la Mitsva dans sa plus grande qualité, on garde le silence lorsque l’officiant lit la Torah, et on consacre un autre moment pour la lecture de « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum ».

Nous apprenons de là de façon évidente qu’il est sévèrement interdit de bavarder de futilités pendant la lecture de la Torah, et une telle chose représente une lourde faute. Si une personne bavarde pendant la lecture de la Torah, il faut lui en faire la remontrance et la faire taire, car cette personne transgresse une lourde faute, profane la sainteté de la synagogue et entraîne les autres à imiter son comportement.
Le mérite de garder le silence à la synagogue protège du malheur.
Même le roi David veillait à pénétrer dans la synagogue calmement, sans tout le tumulte qui accompagne un roi, comme il est dit dans Téhilim : « …Nous pénétrons dans la maison d’Hachem avec émotion. »

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

זמן ברית המילה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La confiance en Hachem – le mariage du MAHARAL de Prague

Question: Est-ce que la confiance en Hachem aidera même une personne qui ne mérite pas sa bonté? Réponse: On a demandé dans la Guémara Ménah’ot (29b) : Quel est le sens du verset (Yécha’ya 26) : « Mettez votre......

Lire la Halacha

Refus d’aller devant un tribunal rabbinique

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué la grave interdiction de se faire juger devant des tribunaux civils ou non-juifs. La question souvent posée est: Puisque de notre époque, les tribunaux rabbiniques ne bénéficient d’aucun poids......

Lire la Halacha

Statut Halachique des tribunaux civils en Israël – Les propos de notre maitre le Rav z.ts.l concernant les juges

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la gravité de l’interdiction d’aller se faire juger auprès des tribunaux non-juifs. Même lorsque les juges non-juifs rendent une décision de justice conforme aux lois de la Torah, et mêm......

Lire la Halacha

Les tribunaux non-juifs

Il est enseigné dans la Guémara Guittin (88b) : Rabbi Tarfon dit : Tout endroit où l’on trouve des tribunaux non-juifs, même s’ils jugent selon les lois d’Israël, il est interdit de se faire juger par eux, car il est dit dans la Torah (Ch......

Lire la Halacha


Bénédiction finale sur les gaufrettes, le Baklawa, le « Napoléon » (Millefeuilles) ou le Borékas

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’une pâtisserie contenant un peu de farine, et dont on a consommé Kazaït (environ 27 g), il faudra réciter ensuite la bénédiction finale « ‘Al Ha-Mi’hya &ra......

Lire la Halacha

Bénédiction finale sur des pâtisseries contenant aussi de la farine

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot que tout aliment ou plat constitué de plusieurs ingrédients, et parmi eux une des 5 céréales du « Dagan » (en général, de la farine de blé), et que cette c&ea......

Lire la Halacha

Les cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud)

Question: Quelqu’un qui assiste chaque jour à un cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud), s’acquitte-t-il du devoir d’étudier la Torah chaque jour? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Kiddouchin (30a) sur......

Lire la Halacha

La quantité alimentaire à consommer pour être tenu de réciter la bénédiction finale

Avant de consommer quoi que ce soit, nous avons le devoir de réciter la bénédiction initiale propre à l’aliment, par exemple « Chéhakol » ou « Boré Péri Ha’Ets », même si l’on n&rsquo......

Lire la Halacha