Halacha pour lundi 3 Tishrei 5781 21 septembre 2020

Pour la guérison totale de Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN) parmi tous les malades d'Israël

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

Pour la guérison totale et rapide de:
Ethan Chlomo Ben Yoni parmi tous les malades d'Israël Amen
Jacques Jacky Yaakov Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Les 10 jours de pénitence

« Réclamez Hachem là où il se trouve »
Nos maîtres enseignent (traité Roch Ha-Chana 18a) que les propos du verset « Réclamez Hachem là où il se trouve, implorez le lorsqu’il est proche » concernent la période dans laquelle nous nous trouvons, entre Roch Ha-Chana et Yom Kippour, où les prières sont davantage acceptées devant Hachem qui est - d’une certaine manière – plus proche de ses créatures.
Le RIKANTI (sur Béréchit 22) écrit qu’en l’absence de ces jours, il est certain que nos prières seraient très difficilement acceptées, car les anges crées par nos fautes tenteraient en permanence d’empêcher nos prières d’être acceptées devant Hachem. Ce qui n’est pas le cas durant cette période où les prières arrivent plus facilement devant Hachem. C’est donc grâce à ces jours-ci que l’on mérite l’acceptation de nos prières devant Hachem. Il faut donc prendre la grande responsabilité de veiller à ce que chacune des prières des Yamim Noraïm ne se perde pas, car son bénéfice est très grand.

« Ha-Méle’h Ha-Kadoch » ; « Ha-Méle’h Ha-Michpatt »
Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ot (12b):
Rabba Bar H’inana dit au nom de Rav:
Durant toute l’année, nous disons dans la prière « Ha-El Ha-Kadoch », et « Meleh’ Ohev Tsedaka Oumichpat », mais durant les 10 jours, depuis Roch Ha-Chana jusqu’à Yom Kippour, nous disons « Hameleh’ Ha-Kadoch », et « Ha-Meleh’ Ha-Michpat ».
Explication: Durant toute l’année, nous terminons la 3ème Berah’a de la ‘Amida quotidienne, par les termes « Ha-El Ha-Kadoch » (« le D. Saint »), ainsi que la 11ème bénédiction de la ‘Amida des jours de semaine par les termes, « Meleh’ Ohev Tsédaka Ou-Michpat » (« le Roi qui aime la justice et le jugement »).
Mais durant les 10 jours, depuis Roch Ha-Chana jusqu’à Yom Kippour, nous modifions ces 2 terminaisons par les termes « Ha-Meleh’ Ha-Kadoch » (« le Roi Saint »), et « Ha-Meleh’ Ha-Michpat » (« le Roi du jugement »).
Rachi explique que durant cette période, Hachem montre sa royauté en jugeant le monde. C’est donc ainsi que nous devons Le qualifier.

Si une personne prie la ‘Amida durant les 10 jours de Téchouva, et qu’au milieu de sa prière, ou même si elle a terminé la ‘Amida, cette personne a le doute si elle a dit « Ha-El Ha-Kadoch » ou « Ha-Meleh’ Ha-Kadoch », dans ce cas là, l’opinion de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l est qu’il faut recommencer la ‘Amida depuis le début, puisqu’il est plus que probable que cette personne a dit « Ha-El Ha-Kadoch », selon son habitude de toute l’année, et dans ce cas, la Halah’a considère que cette personne n’a pas prié la ‘Amida, puisqu’elle a omis de citer les termes exacts de la prière.

Si l’on a dit par erreur « Ha-El Ha-Kadoch », au lieu de « Ha-Meleh’ Ha-Kadoch », on doit recommencer depuis le début de la ‘Amida.
Mais cependant, si l’on a immédiatement corrigé en disant « Ha-Meleh’ Ha-Kadoch », c'est-à-dire, avant que ne s’écoule le laps de temps que l’on appelle « TOH’ KEDE DIBOUR » qui représente le temps qu’il faut pour dire « CHALOM ‘ALEH’A RABBI », environ 2 secondes, on est quitte et on doit poursuivre la ‘Amida sans recommencer depuis le début.

De même pour la Bénédiction de « Hachiva Chofetenou », si l’on a dit par erreur « Meleh’ Ohev Tsédaka Ou-Michpat » au lieu de « Ha-Meleh’ Ha-Michpat », on doit reprendre mais seulement du depuis de la bénédiction de « Hachivenou ».
Par contre, si elle s’est corrigée immédiatement en disant « Ha-Meleh’ Ha-Michpat », c'est-à-dire avant que ne s’écoule le laps de temps que l’on appelle « TO’H KEDE DIBOUR » (Voir plus haut), cette personne est quitte, et ne doit pas reprendre, mais simplement poursuivre jusqu’à la fin.
Si elle ne se rend compte de son erreur qu’en terminant la ‘Amida (après avoir dit le dernier « Ihyou Lé-Ratson »), elle doit reprendre depuis le début de la ‘Amida.

La différence entre « Meleh’ Ohev Tsédaka Ou-Michpat » (« le Roi qui aime la justice et le jugement »), et « Ha-Meleh’ Ha-Michpat » (« le Roi du jugement »), est que « Meleh’ Ohev Tsédaka Ou-Michpat » veut dire qu’Hachem aime le fait que nous nous comportons dans le chemin de la justice et du jugement, alors que « Ha-Meleh’ Ha-Michpat » veut dire qu’Hachem lui-même rend le jugement dans le monde.

Les Achkenazim n’ont pas l’usage de reprendre la ‘Amida en cas d’erreur sur Ha-Meleh’ Ha-Michpat, aussi bien quand on s’en rend compte au milieu de la ‘Amida, aussi bien quand on s’en rend compte après avoir terminé la ‘Amida.
La raison réside dans le fait que même si on a dit la formule habituelle « Meleh’ Ohev Tsédaka Ou-Michpat », nous avons mentionné la Royauté (Mele’h) et le jugement (Michpat).

Même pour un Juif Séfarade, qui doit reprendre la ‘Amida même dans le cas d’une erreur sur « Ha-Meleh’ Ha-Michpat » comme nous l’avons expliqué plus haut, il est bon qu’avant de reprendre sa ‘Amida du début, il émette la condition suivante:
« Si je suis réellement tenu de reprendre la ‘Amida, je prie en tant qu’obligation, mais si je ne suis pas tenu de reprendre la ‘Amida, qu’elle soit considérée comme NEDAVA (une prière offerte à Hachem) ».

« Zo’hrénou Lé‘haïm »
Durant les 10 jours de Téchouva, nous avons l’usage d’ajouter dans la ‘Amida les phrases « Zo’hrénou Lé’haïm », « Mi ‘Hamo’ha », Ou’htov Lé’haïm Tovim », et « Ouvséfer ‘Haïm Béra’ha Véchalom », comme imprimé dans les rituels de prières. Si l’on a omis d’ajouter la phrase « Zo’hrénou Lé’haïm » et que l’on s’en rend compte au milieu de la bénédiction de « Chéma’ Kolénou », on est autorisé à l’incérer dans cette bénédiction avant de conclure par « Ki Ata Choméya’ Téfilatt Kol Pé, Barou’h … », car dans cette bénédiction précise on est autorisé à exprimer des demandes personnelles, et « Zo’hrénou Lé’haïm » est aussi considéré comme une demande pour la personne. Par contre, si l’on a omis la phrase « Mi ‘Hamo’ha », on n’est pas autorisé à l’incérer dans la bénédiction de Chéma’ Kolénou car cette phrase n’est qu’une glorification d’Hachem et non une demande.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles de priorité dans les bénédictions alimentaires

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que dans certaines situations il faut donner priorité à un certain aliment du fait de son importance, par exemple un des sept fruits d’Israël. A présent, nous allons expliquer qu’il y a des cas......

Lire la Halacha

Sucer un fruit

Question: Lorsqu’on suce une orange ou un pamplemousse, sans mâcher avec les dents, doit-on réciter la bénédiction de Boré Péri Ha-‘Ets au même titre que la bénédiction que l’on doit réciter lorsqu’on mange u......

Lire la Halacha

Faire des biscottes ou des croûtons le Chabbat

Question: est-il permis le jour de Chabbat de mettre des tranches de pain ou une pita sur la plaque chauffante afin qu’ils durcissent et deviennent grillés comme des biscottes ou des croûtons? Réponse : concernant cette question, deux problèmes sont à ......

Lire la Halacha

Suite des règles de l’ordre de priorité dans les bénédictions alimentaires

Conclusions des règles déjà apprises Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un certain ordre dans la récitation des bénédictions alimentaires. Parfois, cet ordre dépend de l’importance de l&r......

Lire la Halacha


Règles relatives à la bénédiction des fruits

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un ordre de priorité aux bénédictions alimentaires. Par exemple, lorsqu’on s’apprête à consommer des dattes et des pommes, on doit réciter la bén&eac......

Lire la Halacha

Les règles de priorité dans les bénédictions alimentaires - Réciter les bénédictions lentement – Attitude de notre maitre le Rav z.ts.l

Le soir du 15 Chévat (Tou Bichvat) – qui tombera avec l’aide d’Hachem mercredi soir cette semaine – nous avons l’usage de consommer plusieurs sortes de fruits et légumes. Il faut donc étudier ces jours-ci l’ordre prioritaire des bén&eac......

Lire la Halacha

Saler des concombres pendant Chabbat

Question: Est-il interdit de diffuser du sel sur des concombres pendant Chabbat? Réponse : La question prend sa source dans le fait que pour toutes les lois de la Torah nous tranchons un principe selon lequel « conserver équivaut à cuire » (&la......

Lire la Halacha

Lorsqu’on a oublié de réciter les bénédictions du matin

Les bénédictions du matin – depuis la bénédiction de Elo-haï Néchama jusqu’à la fin des bénédictions sur la Torah – sont une obligation pour tous, les hommes comme les femmes, comme nous l’avons déjà e......

Lire la Halacha