Halacha pour mercredi 20 Elul 5780 9 septembre 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Mi'haël Ben Ra'hel (Michaël Saura de Lyon)
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Desiré Yaakov Ben Sa'ida (Bensoussan)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon,
parmi tous les malades d'Israël Amen.

« L’homme doit toujours se considérer à moitié coupable et à moitié innocent »

Nos maîtres enseignent dans la Guémara Kiddouchin (40b):
L’homme doit toujours se considérer à moitié coupable et à moitié innocent. S’il réalise une Mitsva, heureux soit-il car il s’est fait basculer vers le plateau du mérite. S’il commet une transgression, malheur à lui car il s’est fait basculer vers le plateau de la condamnation. Fin de citation.

Cet enseignement signifie que l’homme doit tout au long de sa vie se considérer comme un individu « moyen », car il est certain que l’on ne doit pas se considérer Tsaddik (juste), comme l’enseignent nos maîtres dans la Guémara Nidda (30b) :
« Même si le monde entier te qualifie de Tsaddik, considère-toi comme Racha’ (impie) ».
En effet, si l’individu se considère comme Tsaddik, il s’arrête de pratiquer les Mitsvot et les bonnes actions, car il va penser : « Quel devoir ais-je encore à accomplir dans ce monde ? »
C’est pourquoi, chacun doit se considérer comme n’étant pas Tsaddik, afin de poursuivre les efforts dans le service d’Hachem, pour gravir des niveaux selon ses possibilités et selon la source de son âme.

De même, il est interdit à un individu de se considérer comme Racha’, car il se découragerait d’accomplir les Mitsvot et les bonnes actions. Comme Elicha’ Ben Avouya en a fait l’erreur en disant qu’étant donné qu’il avait fauté de façon démesurée et qu’il n’avait plus droit au monde futur, qu’il puisse au moins tirer satisfaction de ce monde ci.
Il est certain que ce raisonnement était une grave erreur de sa part, et en conséquence à cette erreur, il perdit le bien éternel, car s’il avait fait des efforts et s’était repenti, on l’aurait immédiatement accepté. Il aurait atteint le niveau qu’il n’a jamais atteint.

C’est pourquoi, chacun doit se considérer de niveau moyen, ni Racha’, ni Tsaddik.
En comparaison à cela, un homme se présenta devant un H’ah’am et lui demanda de lui indiquer son niveau.
Le H’ah’am lui répondit : « Tu es un moyen. »
L’homme demanda : « Que dois-je faire pour être un Tsaddik ? »
Le H’ah’am lui répondit : «  Va accomplir une seule Mitsva, tu te feras basculer vers le plateau du mérite, et tu seras un Tsaddik. »
L’homme alla accomplir l’importante Mitsva de la Tsédaka.
Il se représenta devant le H’ah’am et lui demanda de nouveau : « Suis-je un Tsaddik ? »
Le H’ah’am lui répondit : « Non, tu es encore un moyen. »
L’homme demanda : « Alors pourquoi m’as-tu dis auparavant que j’étais moyen ? »
Le H’ah’am répondit : « Je t’ai répondu la première fois par respect afin de ne pas te vexer, mais en réalité il te manquait encore la Mitsva de Tsedaka pour être réellement qualifiable de moyen. Maintenant, tu es réellement moyen. »

L’homme alla à la maison d’étude et étudia durant plusieurs heures consécutives avec beaucoup d’engouement. Il se présenta de nouveau devant le H’ah’am et lui demanda : « A présent, suis-je un Tsaddik ? »
Le H’ah’am lui répondit : « Non, tu es toujours moyen. »
L’homme demanda : « Mais pourtant j’ai accomplis une Mitsva supplémentaire ! »
Le H’ah’am lui répondit : « Auparavant, il te manquait 2 Mitsvot afin d’être moyen, maintenant tu es réellement moyen. Et ainsi de suite. »

C’est pour cette raison que nos maîtres enseignent que l’homme doit toujours se considérer à moitié coupable et à moitié innocent, car en pensant ainsi, il ne fera qu’augmenter ses Mitsvot et ses bonnes actions, pour devenir en définitif un réel Tsaddik.

Nous nous trouvons au seuil de la période de la Téchouva, ce si grand cadeau dont nous a gratifié Hachem, les jours de miséricorde et des supplications. Que chacun médite avec lui-même, afin de définir sa situation du point de vue de son service d’Hachem, car nous n’avons pas la possibilité de connaitre réellement notre situation. Même une personne qui craint véritablement Hachem, qui accomplit des Mitsvot à chaque instant, ignore le sort qui l’attend. Est-il un Tsaddik convié au monde futur, ou bien se verra-t-il examiné sur différentes actions reprochables qu’il a réalisées, et sera-t-il jugé de façon très sévère ?
Chacun doit donc prendre conscience, afin de se renforcer au maximum, et ne pas laisser les jours du mois d’Eloul passer de façon indifférente.Seul celui qui se souviendra de la signification de ces jours, et qui prendra différents bons engagements de façon générale dans le domaine de la crainte d’Hachem, méritera d’être inscrit pour une bonne vie et pour la paix, pour mériter une année bonne et bénit, avec une vie de Torah et de crainte du Ciel.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Chabbat Zah’or – Le corona

« Souviens-toi de ce que t’as fait ‘Amalek » Le Chabbat qui précède Pourim (ce Chabbat 20 février), lors de l’ouverture du Héh’al à la synagogue, nous sortons 2 Sifré Torah. Dans le 1er nous lirons la Paracha de la semain......

Lire la Halacha

La fête de Pessa’h 5781

Nos maitres enseignent dans la Tossefta (Pessa’him chap.3): « On questionne et on commentent les règles relatives à Pessa’h 30 jours avant Pessa’h. » Selon cela, les Rabbanim du peuple d’Israël ont l’usage à toutes les gén&......

Lire la Halacha

Le devoir de Matanot La-Evyonim – Le Corona

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

L’obligation du repas de Pourim cette année (5781)

Le repas de Pourim la nuit La fête de Pourim diffère des autres fêtes que nous possédons car pour toutes les fêtes, la Mitsva de se réjouir par un repas, est en vigueur aussi bien la journée que la nuit, alors que pour la fête de Pourim, le devoir......

Lire la Halacha


Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott » - 5781

Les jours de Pourim Dans environ 15 jours, tomberont les jours de Pourim. Cette année, nous devons expliquer quelques règles spécifiques. D’abord, parce que le 14 Adar (jour de Pourim) tombe un vendredi. Ensuite, parce que les habitants de Jérusalem devront cett......

Lire la Halacha

Michloa’h Manott envoyé conjointement par une épouse et son mari

Question: Je suis chez moi pour Pourim, et je n’envois pas moi-même le Michloa’h Manott. Puis-je m’acquitter de mon obligation en me joignant au Michloa’h Manott envoyé par mon mari? Réponse: Nous devons d’abord expliquer le statut des femmes vis-......

Lire la Halacha

La Mitsva de se réjouir et d’étudier la Torah le jour de Pourim

Il est un devoir de faire un grand repas le jour de pourim. Léh’atéh’ila (selon le Din à priori), il faut consommer du pain lors de ce repas. Le RAMBAM écrit (chap.2 des règles relatives à la Méguila, règle 15): Comment devons-......

Lire la Halacha

Le prénom du père ou le prénom de la mère? – Hachkava et prière pour un malade

Question: Lorsque l’on prie pour une personne malade afin qu’elle guérisse, faut-il mentionner son nom dans la prière ou non ? Si l’on doit mentionner le nom du malade, doit-on mentionner son prénom ainsi que celui de sa mère ou bien celui de son p&egrav......

Lire la Halacha