Halacha pour mardi 9 Iyar 5779 14 mai 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Demandes personnelles dans la ‘Amida – L’attitude de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-ce que tout le monde est autorisé à ajouter des demandes personnelles dans la ‘Amida ? Comment faut-il se comporter sur ce point?

Réponse: Dans la Guémara Bérah’ot (34a), nos maitres ont débattu au sujet du fait d’ajouter des demandes personnelles dans la ‘Amida, voici leur enseignement:

« On ne doit jamais adresser des demandes personnelles, ni dans les 3 premières bénédictions, ni dans les 3 dernières. »
Cela signifie qu’il est interdit de formuler des demandes personnelles dans les 3 premières bénédictions (du début de la ‘Amida jusqu’à « Ha-E-l Ha-Kadoch »), ainsi que dans les 3 dernières bénédictions de la ‘Amida (depuis « Rétsé » jusqu’à Ha-Mévareh’ Ett ‘Amo Israël Ba-Chalom Amen »).
Mais dans les bénédictions intermédiaires de la ‘Amida de semaine (depuis « Ata ‘Honen » jusqu’à « Choméya’ Téfila »), il est permis d’ajouter des demandes personnelles dans chaque bénédiction, selon le sujet de la bénédiction.
C’est ainsi que tranchent le TOUR, ainsi que MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.112).

Nous constatons de là que l’on ne peut demander quoi que ce soit, ni dans les 3 premières, ni dans les 3 dernières bénédictions de la ‘Amida.
En effet, le contenu essentiel de ces bénédictions représente la louange d’Hachem, ou des demandes pour l’ensemble du peuple d’Israël qui est aussi une forme de louange à Hachem, puisqu’on se tourne vers lui pour lui demander les besoins de la collectivité. C’est ainsi que l’on agit lorsque l’on désire réclamer au roi une chose précise. On exprime d’abord la louange du Roi. C’est pour cette raison que nous glorifions d’abord Hachem par les 3 premières bénédictions dans lesquelles il est certain qu’il n’est pas concevable d’introduire des demandes personnelles.
De même pour les 3 dernières bénédictions qui représentent des louanges à Hachem par des demandes pour tout le peuple d’Israël, afin qu’Hachem accepte leurs prières et leur culte, qu’il leur donne la paix, et qu’il accepte notre reconnaissance envers lui. Il n’est pas non plus concevable d’y introduire des demandes personnelles.

Ce n’est que dans les autres bénédictions du milieu de la prière que l’on est autorisé selon le strict Din à formuler des demandes personnelles, chaque bénédiction selon son sujet.
Par exemple: dans la bénédiction de « Hachivénou », on peut demander à Hachem de nous aider à faire un réel repentir.
Dans la bénédiction de « Réfaénou », on peut demander la guérison d’un malade précis. Dans la bénédiction de « Barh’énou », on peut demander la Parnassa.
Dans la bénédiction de « Chéma’ Kolénou », on peut adresser toute demande, puisqu’il s’agit d’une bénédiction générique, qui inclus toutes les prières et demandes. De même, après le 1er « Yihyou Lé-Ratson », on peut formuler tout ce que l’on désire.

Comment ajoutons-nous des demandes personnelles?
Nous devons d’abord dire le texte de la bénédiction jusqu’à sa conclusion, et là, avant de dire la conclusion, on ajoute ce que l’on désire demander. Ensuite, on conclut la bénédiction.
Par exemple: on entame la bénédiction de « Réfaenou » jusqu’à ce que l’on arrive à « Véha’alé Arouh’a Ou-Marpé Léh’ol Tah’alouénou Ouleh’ol Mah’ovénou Ou- leh’ol Makoténou », et là, on dit la demande personnelle pour la guérison d’un malade, puis on conclut « Ki El Rofé Rah’man Vénéeman Ata, Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï Rofé H’olé ‘Amo Israël ».

Cependant, il faut veiller à ne pas s’étendre en supplications lors de la prière, car les bénédictions de la prière n’ont pas pour vocation de contenir des propos futiles.
On doit veiller à être précis dans son langage et adresser des demandes personnelles avec des termes propres, précis et de façon concise.

A ce sujet, il faut préciser que notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l conseillait aux personnes malades qui venaient le consulter, de prier pour leur guérison dans la bénédiction de « Réfaénou », car la prière pour une guérison est préférable à cet endroit de la ‘Amida, plutôt que dans la bénédiction de « Chéma’ Kolénou ».

Un jour, une des filles de la famille de notre maitre le Rav z.ts.l se trouvait dans un état de santé complexe. Notre maitre le Rav z.ts.l nous indiqua de prier pour elle dans la bénédiction de « Réfaenou ».
Cependant, chacun de nous pria pour elle mais dans la bénédiction de « Chéma’ Kolénou ». Quelques jours plus tard, notre maitre le Rav z.ts.l nous appela et nous demanda:
« Pourquoi tu ne pries pas dans « Réfaenou » ?? »
Je lui répondis:
« Je prie correctement. »
Il me dit:
« Ce n’est pas vrai ! Tu ne pries pas dans « Réfaenou » mais dans « Chéma’ Kolénou ! »
Par peur, je répondis à notre maitre le Rav z.ts.l que je priais dans « Réfaenou ».
A cet instant, un véritable esprit prophétique illumina notre maitre le Rav z.ts.l, et il dit:
« Ce n’est pas vrai ! Tu ne pries pas dans « Réfaenou » mais dans « Chéma’ Kolénou » ! Si tu pries dans « Réfaenou », la prière sera exaucée ! »

Nous avons également constaté par nous même lorsque notre maitre le Rav z.ts.l fut informé au sujet d’un jeune garçon qui se détériora spirituellement.
Nous nous trouvions à proximité de notre maitre le Rav z.ts.l au moment de la prière, et nous l’avons entendu prier sur ce garçon après le 2ème « Yhiou Lératson » dans la ‘Amida. Durant environ 1/h notre maitre le Rav z.ts.l supplia Hachem avec des larmes, afin qu’il éveille l’esprit de ce jeune homme pour qu’il se repenti de manière sincère.
C’est ainsi que notre maitre le Rav z.ts.l agissait au sujet de noms de gens pour lesquels il était sollicité pour prier en leur faveur. Il adressait ses prières sur eux après le 2ème « Yhiou Lératson ».
Un jour, nous lui avons par hasard cité le cas d’un homme qui était dans un état dépressif. Notre maitre le Rav z.ts.l nous a immédiatement répondu:
« Je prie chaque jour pour lui. Son nom est untel fils d’untelle. »
Ce jeune homme n’était pas un proche parent de notre maitre le Rav z.ts.l, mais son état de santé toucha particulièrement son cœur, au point de prier pour lui chaque jour.

8 Halachot Les plus populaires

Bérah’a de Léshev Ba-Souccah

Question: Quel est l’usage le plus juste selon la Halah’a concernant la Bérah’a de « Léshev Ba-Souccah » : Faut-il la réciter debout, avant de s’asseoir pour prendre le repas dans la Souccah, ou bien faut-il réciter cette Bérah&r......

Lire la Halacha

Le devoir d’habiter dans la Souccah

Le devoir de siéger dans la Souccah Il est dit dans notre sainte Torah  (Vayikra 23):  « Vous habiterez dans des Souccot pendant 7 jours. Chaque membre d’Israël devra habiter dans les Souccot. Afin que les générations futures sachent que j&rsquo......

Lire la Halacha

La veille de Yom Kippour – Les propos de notre maitre le Rav z.ts.l en 5768 : « Je pardonne à tout le monde ! »

Le devoir de consommer la veille de Yom Kippour Il est écrit dans la Torah (Vaykra 23): « …Vous jeûnerez le 9 du mois, au soir… » Ce qui veut dire que, dès le soir qui précède le 10 Tichré, entre en vigueur l’obligation de j......

Lire la Halacha

« Hocha’ana Rabba »

La tradition des prières le soir de Hocha’ana Rabba Le 7ème jour de la fête de Soukkot – qui tombera cette année ce dimanche (depuis samedi soir) – est appelé le jour de « Hocha’ana Rabba », et l’on augmente ce jour l&agrav......

Lire la Halacha


La sortie de Yom Kippour

Augmenter le temps réel de la journée de Yom Kippour (ajouter du ‘Hol sur le Kodech) Il faut retarder la fin de la fête à la sortie de Yom Kippour, en augmentant le temps Kodesh. Cela signifie qu’il ne faut pas faire sortir cette sainte journée à......

Lire la Halacha

Le statut de celui qui oublie « Ya’ale Veyavo » dans le Birkat Hamazon de Soukkot

Dans une précédente Hala’ha, nous avons développé l’obligation de manger sous la Soukka pendant la fête de Soukkot, ainsi que l’exemption des femmes de la Mitsva de Soukka, et qu’elles sont donc autorisées à manger à l&rs......

Lire la Halacha

La sonnerie du Chofar

Il est un commandement positif (une Mitsvat ‘Assé) ordonné par la Torah d’écouter la sonnerie du Chofar le jour de Rosh Ha-Chana, comme il est dit : « Ce sera pour vous un jour de sonnerie ». Il est interdit de parler entre les diffé......

Lire la Halacha

Soukkot – La fête de tout le peuple d’Israël

Notre maitre le ‘HYDA explique dans son livre « Dévach Léfi » que le mot « Soukka » contient une allusion aux règles de la Soukka. En effet, certains construisent une Soukka de 4 murs, ce qui représente le meilleur de la Mitsva, et une telle......

Lire la Halacha