Halacha pour dimanche 6 Tammuz 5780 28 juin 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

La bénédiction de « Chéhé’héyanou »

Il est enseigné dans la Guémara ‘Erouvinn (40b) que l’on récite la bénédiction de « Chéhé’héyanou » à la vue d’un fruit nouveau qui se renouvelle d’année en année. On récite cette bénédiction même si l’on voit le fruit dans la main de son ami, ou bien même lorsqu’il est encore sur l’arbre.

Mais les décisionnaires, ainsi que MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.225) écrivent que de notre temps, nous avons l’usage de ne réciter cette bénédiction que lorsqu’on s’apprête à consommer le fruit nouveau, et non à sa simple vue.
Différentes raisons ont été données à ce changement:
Le Maguen Avraham écrit que selon l’opinion de nos maitres les décisionnaires médiévaux (le Samak et d’autres), tout fruit nouveau que l’on voit et que l’on a l’intention de consommer, nous devons réciter la bénédiction de « Chéhé’héyanou » au moment de la consommation, car la principale satisfaction du fruit se produit au moment de sa consommation. C’est pourquoi, on a l’usage de réciter cette bénédiction uniquement lors de la consommation.

Malgré tout, si l’on a – pour une quelconque raison – récité la bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur le fruit au moment où on l’a vu, on ne récitera pas de nouveau cette bénédiction au moment de sa consommation, car il aura été acquitté de cette bénédiction au moment où on l’a vu.
Mais à priori, il n’est pas juste de modifier l’usage instauré sur l’instruction des grands des générations et tel qu’il est mentionné dans le Chou’lhan ‘Arou’h, de ne réciter cette bénédiction qu’au moment de la consommation.

Quoi qu’il en soit, nous avons appris que la bénédiction de « Chéhé’héyanou » a été essentiellement instaurée sur la satisfaction que l’homme tire du fruit, soit lors de sa vision, soit lors de sa consommation.
Par conséquent, quelqu’un qui ne tire aucune satisfaction du fruit, par exemple, lorsqu’on apporte un fruit nouveau qu’il n’aime absolument pas, et qu’il ne désire que goûter pour en ressentir le goût, ou bien si le fruit nouveau n’est pas assez mûr et dont le goût est acide, dans tous ces cas, on ne doit pas réciter la bénédiction de « Chéhé’héyanou ». C’est ainsi que tranche le Gaon Rabbi Chémouel (Ha-Lévy) WOZNER z.ts.l (Chévett Ha-Lévy vol.4 chap.25), au sujet d’une personne qui sait qu’elle n’aime pas le fruit, elle ne doit pas réciter la bénédiction de « Chéhé’héyanou ». Ses propos sont cités dans le livre Halacha Béroura (chap.225).

De même, nous avons appris qu’étant donné que cette bénédiction a été essentiellement instaurée sur la vision du fruit et sur la satisfaction que son renouveau procure, il est donc évident que même si l’on ne fait que goûter une petite partie du fruit, on peut également réciter la bénédiction de « Chéhé’héyanou », puisqu’on est satisfait et que l’on est heureux de la consommation du fruit qui se renouvelle d’année en année.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah. La mesure d’un « repas r&e......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha