Halacha pour mercredi 23 Sivan 5779 26 juin 2019

Cette Halacha est dédiée pour l'élévation de l'âme de mon vénéré père Henri Ishoua Ben Réphaël (PITOUN) z''l dont c'est aujourd'hui 9 'Heshvan la 28ème Azkara.

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Suites des règles pour les moments où l’on doit se courber dans la ‘Amida

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué les principales règles des moments précis où l’on doit se courber dans la ‘Amida. Nous avons indiqué qu’il faut se courber au début et à la fin de la bénédiction des ancêtres, ainsi qu’au début et à la fin de la bénédiction de « Modim ».

Nous aussi expliqué de quelle façon il faut se courber.

À présent, nous allons traiter du fait de fléchir les genoux lorsqu’on se courbe dans la ‘Amida, comme le font certains. Nous allons déterminer si cet usage est obligatoire ou non.
Nous allons aussi décrire de façon précise les moments où l’on doit se courber.

MARAN écrit dans le Choulh’an ‘Arouh’ (O.H chap.113):
Lorsqu’on se courbe, il faut le faire avec rapidité et en une seule fois. Lorsqu’on se redresse, il faut le faire lentement, en redressant d’abord la tête et ensuite le corps. Fin de citation.
On constate de ses propos que lorsqu’on se courbe, il faut courber le corps et la tête en même temps, mais lorsqu’on se redresse, on redresse d’abord la tête.
Cependant, selon de nombreux décisionnaires, et notre maître le ARI Zal à leur tête, on ne doit pas se courber en une seule fois. Selon leur opinion, lorsqu’on dit le mot « Barouh’ », il faut courber d’abord le corps, et lorsqu’on dit le mot « Ata », on abaisse la tête. Toujours selon cette opinion, lorsqu’on se redresse, on redresse d’abord le corps et ensuite la tête.
Sur ce point, certains adoptent l’usage du Choulh’an ‘Arouh’, et d’autres adoptent celui du ARI Zal.

Les raisons sont assez longues à expliquer, et nous ne pourrons les détailler dans le cadre de cette rubrique.

De façon unanime, lorsqu’on prononce le Nom d’Hachem, il faut être redressé, comme il est dit : « Hachem redresse ceux qui sont courbés ».
Les Richonim (décisionnaires médiévaux) expliquent ce verset en disant qu’il s’agit d’une indication pour le fait d’être redressé lorsqu’on prononce le Nom d’Hachem, et ne pas se redresser en le prononçant.

Nous constatons à travers tout ceci qu’il n’y a pas de nécessité de fléchir les genoux lorsqu’on se courbe, et qu’il est suffisant d’abaisser la tête et le corps.
Cependant, selon l’usage Achkénaze, lorsqu’on dit le mot « Barouh’ », on fléchit les genoux, et lorsqu’on dit le mot « Ata », on se courbe jusqu’à ce que les vertèbres de la colonne vertébrale se déploient (comme nous l’avons expliqué dans la Halacha précédente).
Mais selon l’usage de la plupart des Séfaradim, on ne fléchit absolument pas les genoux, et on se contente de courber le corps en disant « Barouh’ », jusqu’au déploiement des vertèbres de la colonne vertébrale.

Lorsqu’on arrive à la bénédiction de « Modim », on se courbe en disant le mot « Modim », et on se redresse avant de prononcer le nom d’Hachem (« Modim Anah’nou Lah’ Ché-Ata Hou Hachem… »).

En conclusion: Dans les bénédictions où l’on doit se courber, il faut le faire de façon rapide en inclinant le corps et la tête (selon notre maître le ARI Zal, il faut d’abord incliner le corps et ensuite la tête en disant le mot « Ata »).
Selon l’usage Achkénaze, lorsqu’on dit le mot « Barouh’ », on fléchit les genoux, et lorsqu’on dit le mot « Ata », on incline le corps et la tête, en se redressant immédiatement avant de prononcer le Nom d’Hachem, en redressant d’abord la tête et ensuite le corps. Selon notre maître le ARI Zal, il faut redresser d’abord le corps et ensuite la tête, aussi bien pour l’usage Séfarade que pour l’usage Achkénaze.

8 Halachot Les plus populaires

SUCOT UNA FESTIVIDAD NACIONAL

El Hid”a escribe (Bebash Lefi) que en la palabra “suca” -en hebreo- hallamos indicios para las leyes de esta festividad. La palabra se compone en hebreo de las letras “samaj” “jaf” y “he”. La primera es cerrada en todos sus lados, así quie......

Lire la Halacha

EL SHOFAR

Es un precepto de la Torá oír los sonidos del Shofar el día de Rosh Hashana, como está escrito: Día de Teruá será para ustedes. A partir de que se oyen las bendiciones correspondientes está absolutamente prohibido hablar hasta que finalicen ......

Lire la Halacha

TRAMPAS CAZARATONES EN SHABBAT

Pregunta: Se puede colocar trampas para cazar ratones en Shabbat? Respuesta: Como vimos en las entregas anteriores, una de las 39 prohibiciones de Shabbat es la de cazar. Esta prohibición según la Torá afecta sólo a las especies que en general se cazan como l......

Lire la Halacha

COLOCACIÓN DE TRAMPAS EN SHABBAT

Pregunta: Está prohibido colocar trampas para cazar animales en shabbat? Respuesta: Como vimos en la entrega anterior, existe una prohibición de la Torá en Shabbat de cazar animales, así como existe una prohibición, independiente de la anterior de mata......

Lire la Halacha


PASTILLAS PARA ALIVIAR EL DOLOR EN SHABBAT

Pregunta: Se puede tomar Akamol, Advil u otro medicamento para la relajación muscular y lograr el sueño? Se le puede dar Akamol a un niño en Shabbat para bajar la temperatura corporal? Respuesta: Como vimos anteriormente, existe una prohibición rabínica, para la......

Lire la Halacha

CURITAS EN SHABBAT

Pregunta: Se puede utilizar una curita en Shabbat? Respuesta: Con respecto a la curita o banda plástica debemos analizar tres aspectos diferentes. Primero, si se considera una medicación, que como vimos en entregas anteriores está prohibido realizar en Shabbat a ......

Lire la Halacha

LA BENDICIÓN “LISHEB BASUCÁ”

Pregunta: Cuál es la costumbre correcta con respecto a esta bendición. Es preferible pronunciarla parados previo a sentarse a comer, o al sentarse después de haber pronunciado la bendición de “hamotzí” –sobre el pan-? Respuesta: Las d......

Lire la Halacha

EL MÉRITO DE LA TORA

Pregunta: Se pueden convenir con un erudito, por medio de una suma de dinero adquirir o compartir el mérito del estudio de Torá al que se dedica? Respuesta: Es un hecho, que como parte del precepto de estudiar Torá y de la caridad se halla el apoyar a los estudiosos de Tor&aa......

Lire la Halacha