Halacha pour jeudi 19 Nissan 5781 1 avril 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Messa’ouda Bat ‘Aïsha (STEBOUN) de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Charles Chalom Ben Sultana
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Lorsqu’on a le doute si l’on a compté le ‘Omer ou non

Nous avons déjà eu l’occasion d’expliquer le cas de celui qui a oublié de compter un jour du ‘Omer, et nous avions précisé que cette personne n’est pas autorisée à poursuivre son compte avec la bénédiction pendant les jours suivants. Ceci en raison de la divergence d’opinions parmi les décisionnaires médiévaux sur le fait de considérer la Mitsva de compter le ‘Omer comme une seule Mitsva qui se déroule sur 49 jours, ou bien comme plusieurs Mitsvot indépendantes qui s’accomplissent pendant les 49 jours du compte.

En effet, si l’on considère le compte de chaque jour comme une Mitsva indépendante, dans ce cas, celui qui a oublié de compter un jour peut poursuivre son compte, puisque le compte de chaque jour est une Mitsva indépendante qui n’a aucun lien avec le compte de la veille. Au même titre que celui qui n’a pas mis les Téfilines un jour (qu’à D. ne plaise !), doit de façon certaine continuer à les mettre le lendemain, puisqu’il n’y a aucun lien entre l’omission de la Mitsva de Téfilines durant un jour et la poursuite de l’accomplissement de cette Mitsva durant les jours suivants.

Par contre, si l’on considère la Mitsva du compte du ‘Omer comme une seule Mitsva qui s’étend sur plusieurs jours, dans ce cas, celui qui a oublié de compter un jour ne peut plus poursuivre son compte, car en perdant le compte durant un seul jour, il a en même temps perdu l’accomplissement de la Mitsva dans son intégralité, et de ce fait, il ne peut plus compter. Telle est l’opinion du Ba’al Halah’ot Guédolot, selon qui celui qui n’a pas compté le ‘Omer durant un seul jour, ne peut plus poursuivre son compte durant les jours suivants.

Du point de vue de la Halah’a, puisque les décisionnaires médiévaux réfutent majoritairement l’opinion du Ba’al Halah’ot Guédolot sur ce point, par conséquent, celui qui a oublié de compter le ‘Omer durant un jour, doit continuer à compter durant les jours suivants. Cependant, puisque l’interdiction de prononcer une bénédiction en vain est un grave interdit, car il contient la mention du Nom d’Hachem en vain, nous préférons opter pour une attitude qui protège le risque de prononcer une bénédiction en vain, et de ce fait, celui qui a oublié de compter le ‘Omer durant un jour, doit poursuivre son compte les jours suivants, mais sans réciter la bénédiction de « ‘Al Séfirat Ha-‘Omer », afin de prendre en considération l’opinion du Ba’al Halah’ot Guédolot, et en application du principe de « Safek Bérah’ot Lé-Hakel ».

À présent, concernant notre sujet, puisqu’il a été expliqué que nous prenons en considération l’opinion du Ba’al Halah’ot Guédolot au moins vis-à-vis de la bénédiction, il semblerai apparemment qu’un homme qui a le doute s’il a oui ou non compté le ‘Omer (ou bien qui doute s’il a oui ou non compté correctement, par exemple, dans le cas où il a prié seul et qu’il doute à présent s’il a oui ou non compté le compte juste), même s’il doit poursuivre son compte chaque jour, malgré tout, il n’est pas autorisé à réciter la bénédiction sur son compte, car nous devons prendre en considération l’opinion du Ba’al Halah’ot Guédolot selon qui, lorsqu’un homme a oublié de compter un jour, il ne peut plus poursuivre son compte du ‘Omer.

Mais du point de vue de la Halah’a, le Din n’est pas tranché ainsi, car c’est seulement lorsqu’on sait de façon certaine que l’on n’a pas compté le ‘Omer, que l’on doit poursuivre le compte sans réciter la bénédiction, afin de prendre en considération l’opinion du Ba’al Hala’hot Guédolot.
Mais lorsqu’on n’est pas certain de cet oubli et qu’on n’en a seulement le doute, il n’y a pas à prendre en considération l’opinion du Ba’al Halah’ot Guédolot dans ce cas, car de toute façon, la majorité des décisionnaires médiévaux ne tranche pas selon son opinion sur ce point.
Par conséquent, de façon essentielle selon la Halah’a, lorsqu’on a le doute si l’on a oui ou non compté le ‘Omer la veille, on poursuit le compte de façon ordinaire en récitant la bénédiction.

En conclusion:
Lorsqu’on a le doute si l’on a oui ou non compté le ‘Omer la veille, on poursuit le compte de façon ordinaire les jours suivants en récitant la bénédiction. Par contre, si l’on est certain de ne pas avoir compté la nuit précédente, ou que l’on a compté de façon incorrecte, on ne peut plus réciter la bénédiction sur le compte.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Se couper les cheveux et se raser pendant le ‘Omer

Ne pas se couper les cheveux pendant les jours du ‘Omer La tradition est répandue de ne pas se couper les cheveux pendant le ‘Omer. Selon la tradition Ashkénaze, jusqu’au 33ème jour du ‘Omer, mais selon la tradition Séfarade, jusqu’au 34&eg......

Lire la Halacha

Taper des mains ou taper sur une table pendant Chabbat et Yom Tov

Il est enseigné dans la Guémara Bétsa (30a): Pendant Chabbat, on ne tape pas des mains et on ne danse pas … Par crainte d’en arriver à réparer un instrument de musique (ibid.36b). Comme nous l’avons expliqué dans les préc&eacut......

Lire la Halacha

Jouets émettant des sons – Jouets fonctionnant avec un ressort

Question: Est-il permis de laisser des enfants jouer pendant Chabbat avec des jouets émettant des sons, comme une poupée qui produit un bruit lorsqu’on la secoue, ou autre? Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est int......

Lire la Halacha

Emettre un son et siffler pendant Chabbat

Dans la Guémara ‘Erouvin (104a), on explique le décret de nos maîtres selon lequel il est interdit d’émettre un son pendant Chabbat et les jours de Yom Tov. Par exemple, il est interdit un jour de Chabbat ou de Yom Tov de jouer d’un instrument de musiqu......

Lire la Halacha


Prier en pyjama

Question: Est-il permis de prier en pyjama? Réponse: Il y a environ une semaine, nous avons expliqué que celui qui prie doit au préalable prévoir un endroit digne pour sa prière. Il doit aussi s’apprêter correctement au niveau de sa tenue vestimentai......

Lire la Halacha

Le « ’Erouv Tavchiline » - 7ème jour de Pessa’h 5782

Qu’est ce que le ‘Erouv Tavchiline? Cette année (5782), le 7ème jour de Pessa’h tombera un vendredi veille de Chabbat. Nous savons que pendant chaque Yom Tov (jour de fête comme Chavou’ot, Pessa’h, Soukkot, Shémini ‘Atseret Roch Ha-Cha......

Lire la Halacha

Se couper les cheveux la nuit du 34ème jour du ‘Omer cette année (5782)

Ce jeudi (depuis mercredi soir) tombe le 33ème jour du ‘Omer (Lag Baomer), et le lendemain vendredi, tombe le 34ème jour du ‘Omer. Jusqu’à quand dure l’interdit de se couper les cheveux? Nous avons déjà expliqué qu’il est i......

Lire la Halacha

Le H’amets pendant Pessah’ – année 5782 – L’institution de notre maitre le Rav z.ts.

Nos maitres enseignent dans la Tossefta (Pessa’him chap.3): « On questionne et on enseigne les règles relatives à Pessa’h 30 jours avant Pessa’h. » En se basant sur cet enseignement, les Rabbanim du peuple d’Israël ont toujours eu l’usag......

Lire la Halacha