Halacha pour lundi 4 Adar II 5779 11 mars 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22):
« Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. »

Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a):
Echange de mets (Michloah’ Manott) : 2 mets à au moins 1 personne. 
Cadeaux aux nécessiteux (Matanot Laévionim) : 2 cadeaux à au moins 2 personnes.
(En effet, le minimum de la forme pluriel du terme « mets » correspond à 2, un met et encore un met. Le minimum de la forme pluriel du terme « cadeaux » correspond à 2, un cadeau et encore un cadeau. De même, le minimum de la forme pluriel du terme « nécessiteux » correspond à 2, car il n’est pas écrit « d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux à un nécessiteux. ») 

Que faut-il donner?
Le devoir de « Matanott La-Evyonim » ne se fait pas exclusivement avec des cadeaux. On peut aussi offrir de l’argent aux nécessiteux, afin qu’ils achètent le nécessaire pour le repas de Pourim.

Combien faut-il donner?
Celui qui possède la Ir’at Chamaïm (la Crainte du Ciel) donnera Matanot La-Evyonim avec générosité et avec un visage souriant. Sa récompense et son geste le devanceront au ‘Olam Haba.
Il n’y a pas de somme fixe à la Mitsva de Matanot La-Evyonim, car selon le Din, il est suffisant de donner une Perouta, ce qui correspond à la plus petite pièce de monnaie en vigueur dans le pays.
Cependant, comme nous l’avons déjà précisé, il est préférable d’augmenter les Matanot La-Evyonim plutôt que d’augmenter le contenu du repas de Pourim ou du Michloah’ Manot (dans tous les cas, il faut au moins veiller à ce que le nécessiteux puisse accomplir le repas de Pourim avec ce qu’on lui donne).

La différence entre « Michloa’h Manott » et « Matanot La-Evyonim »
Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot que le devoir de Michloa’h Manott doit se faire de sorte que le bénéficiaire sache de qui il le reçoit, et que le bienfaiteur sache à qui il envoi, car la Mitsva de Michloa’h Manott a pour but d’augmenter les liens d’amour et de fraternité entre les gens. Cependant, concernant le devoir de Matanott La-Evyonim la règle est différente. On peut donner l’argent ou les cadeaux aux nécessiteux de sorte que le bénéficiaire ne sache pas qui est son bienfaiteur, et de même, que le bienfaiteur ne connaisse pas l’identité du bénéficiaire.

De plus, dans le devoir de Michloa’h Manott, il faut offrir de véritables aliments, alors que pour Matanott La-Evyonim, on peut offrir de l’argent aux nécessiteux, afin qu’ils puissent s’acheter le nécessaire pour le repas de Pourim. 

L’importance du devoir de Matanott La-Evyonim
Le RAMBAM écrit (règles relatives à la Méguila chap.2):
On a le devoir d’envoyer à son ami 2 sortes de viandes ou 2 plats différents, ou bien 2 sortes de nourritures comme il est dit : « … d’échange de mets mutuels… » 2 mets à au moins 1 personne. Celui qui multiplie les Michloah’ Manot à plusieurs personnes est digne de Louanges. On est aussi tenu de distribuer de l’argent ou de la nourriture aux nécessiteux, le jour de Pourim, pas moins de 2 nécessiteux, en leur donnant à chacun 2 cadeaux, comme il est dit : « …ainsi que de cadeaux aux nécessiteux ». Il est préférable d’augmenter les cadeaux aux nécessiteux que d’augmenter le contenu du repas de Pourim ou le Michloah’ Manot. En effet, il n’y a pas de joie aussi grande et aussi prestigieuse que de réjouir le cœur des nécessiteux, des orphelins, et des veuves, car lorsqu’on réjouit le cœur de ces opprimés, on prend exemple sur le comportement de la Cheh’ina, comme il est dit : « Afin de redonner vie à l’esprit de ceux qui sont rabaissés, et faire revivre l’âme de ceux qui sont oppressés ».

Donner l’argent à des administrateurs de Tsédakka
On peut aussi donner l’argent de Matanot La-Evyonim à une personne responsable de distribuer l’argent aux nécessiteux le jour de Pourim, car le délégué d’un homme équivaut à l’homme lui-même (Chelouh’o Chel Adam Kémoto). C’est d’ailleurs ainsi qu’agissent de nombreuses personnes aujourd’hui, elles donnent leur argent à une personne responsable et fiable, qui va le distribuer le jour de Pourim à des nécessiteux. Il vaut mieux agir ainsi, plutôt que de donner nous-mêmes cet argent à des nécessiteux, car il n’est pas toujours facile de savoir avec certitude que la personne est réellement dans le besoin.

Nous avons déjà mis en garde dans le passé sur la vigilance dont il faut faire preuve lorsqu’on confie de l’argent à des organismes de Tsédaka, en vérifiant s’ils sont tenus par des gens qui craignent Hachem, et ne pas se fier les yeux fermés à tout organisme qui se présente.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le moment à partir duquel on peut prier Chah’aritt (la prière du matin)

A la demande de nombreuses personnes: A partir de quand est-il permis de prier l’office du matin? De nombreuses personnes sont tenues de se présenter sur leur lieu de travail très tôt le matin, et nous devons savoir quand leur est-il permis de commencer la prière d......

Lire la Halacha

Demandes personnelles de façon régulière

Question: Il a été expliqué dans la Halacha Yomit qu’il est permis d’ajouter des demandes personnelles dans les bénédictions de la ‘Amida. Est-il permis de le faire de façon régulière, en ajoutant constamment chaque jour un......

Lire la Halacha

Demandes personnelles dans la ‘Amida – L’attitude de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-ce que tout le monde est autorisé à ajouter des demandes personnelles dans la ‘Amida ? Comment faut-il se comporter sur ce point? Réponse: Dans la Guémara Bérah’ot (34a), nos maitres ont débattu au sujet du fait d’ajouter d......

Lire la Halacha

Prier pour des sujets spirituels – Rabbénou Moché AL CHEIKH

Nous avons expliqué dans le passé, au nom de notre grand maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l au sujet du texte de « Ha-Ra’haman » que nous disons à la fin du Birkat Ha-Mazon « Ha-Ra’haman Hou Yéfarnessénou Bé-Héter V&eacut......

Lire la Halacha


La Mitsva de compter le ‘Omer

Il est écrit dans la Torah (Vayikra 21 – 15): « Vous compterez pour vous, dès le lendemain du Chabbat, depuis le jour où vous apporterez le ‘Omer du balancement, 7 semaines pleines. » Selon l’explication transmise à nos maitres ......

Lire la Halacha

Le moyen pour un agreement des prières

Question: Quel est le sens de l’enseignement : « Ne fais pas de ta prière un poids »? Les prières ne sont-elles pas fixées 3 fois par jour? Y a-t-il un moyen particulier pour l’acceptation des prières?  Réponse: Conce......

Lire la Halacha

Se servir d’un livre Kodech (saint)

Question: Est-il permis de se servir d’un livre Kodech comme support pour y poser un autre livre que l’on désire consulter plus confortablement? Réponse: Certains ont l’usage de prendre un livre Kodech, par exemple un livre de Michanyot, afin d’y poser un aut......

Lire la Halacha

Lorsqu’on a le doute si l’on a compté le ‘Omer ou non

Nous avons déjà eu l’occasion d’expliquer le cas de celui qui a oublié de compter un jour du ‘Omer, et nous avions précisé que cette personne n’est pas autorisée à poursuivre son compte avec la bénédiction pendant......

Lire la Halacha