Halacha pour mardi 5 Kislev 5782 9 novembre 2021

Les femmes et l’interdiction de consommer avant le Kiddouch du Chabbat matin

Question: A la lueur de ce qui a été diffusé dans la « Halacha Yomit », qu’il est interdit de consommer quoi que ce soit après l’office du Chabbat matin tant que l’on n’a pas procédé au Kiddouch sur le vin, et qu’il est permis de boire un Thé ou un Café avant la prière du matin.
En est-il de même pour les femmes? Sont-elles interdites de consommer quoi que ce soit après la prière du Chabbat matin tant qu’elles n’ont pas procédé (ou écouté) au Kiddouch, et ont-elles le droit de boire avant la prière, ou bien y a-t-il une différence sur ce point?

Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est interdit de goûter quoi que ce soit avant le Kiddouch. Nous avons écrit que cette règle n’entre en vigueur que lorsqu’on est déjà soumis à l’obligation du Kiddouch, c'est-à-dire lorsqu’on a déjà prié. Mais avant la prière, où l’on n’est pas encore soumis à l’obligation du Kiddouch sur le vin, il est permis de boire un Café ou un Thé comme on le fait en semaine, car on n’est soumis à l’obligation du Kiddouch que lorsqu’on a prié l’office du matin.

A présent, nous allons débattre au sujet des femmes sur ce point, et le problème se divise en deux parties.

Nous avons déjà expliqué à une autre occasion que la femme n’est pas tenue de prier 3 prières par jour, mais seulement une seule, et qu’elle peut choisir celle qu’elle désire, Chah’arit, Minh’a ou ‘Arvit.
Selon cela, il semble évident qu’il est interdit à une femme qui prie l’office de Chah’arit de goûter quoi que ce soit après la prière, car elle est soumise à l’obligation de Kiddouch, et il lui est interdit de goûter quoi que ce soit avant le Kiddouch. Le statut de cette femme qui prie Chah’arit et Moussaf est donc identique à celui d’un homme, et il lui est donc permis de boire un Café ou un Thé avant la prière, mais dès qu’elle a prié, il lui est interdit de goûter quoi que ce soit avant le Kiddouch sur le vin.

Mais lorsque la femme n’a pas l’usage de prier l’office du matin, ainsi que celui de Moussaf, il faut s’interroger sur son statut, car il y a matière à dire qu’étant donné qu’elle ne prie pas Chah’arit, elle est soumise à l’obligation de Kiddouch dès son réveil, car l’obligation de Kiddouch pour cette femme ne dépend pas de la prière puisqu’elle ne prie pas. Par conséquent, il serait interdit à cette femme de goûter quoi que ce soit avant de procéder au Kiddouch sur le vin.

Cependant, notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit dans son livre H’azon Ovadia que les femmes qui ne prient pas Chah’arit et Moussaf et qui ressentent une certaine faiblesse physique, sont autorisées à boire un Café ou un Thé le Chabbat matin, même si elles n’ont pas encore procédé au Kiddouch. Il explique cette autorisation en disant que même si selon l’opinion du RAMBAM et de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ il est interdit de goûter quoi que ce soit avant le Kiddouch du matin, malgré tout, étant donné que selon l’opinion du RAAVAD, il est permis de manger ou de boire avant le Kiddouch du matin, puisque selon son opinion, le Kiddouch empêche de consommer que lorsqu’il s’agit de celui du vendredi soir et non pour celui du matin, il est donc - permis selon le RAAVAD - de consommer avant le Kiddouch.

Même si du point de vue de la Halacha nous adoptons l’opinion du RAMBAM selon qui il est interdit de consommer avant le Kiddouch, malgré tout, on peut au moins associer à l’opinion du RAAVAD celle du Méïri selon qui les femmes ne sont pas soumises à l’obligation de Kiddouch du Chabbat matin. En associant les deux opinions, nous avons matière à autoriser aux femmes qui ressentent une faiblesse physique, de boire quelque chose à leur réveil le Chabbat matin, même si elles n’ont pas encore procédé au Kiddouch sur le vin.

En conclusion: Les femmes qui prient l’office de Chah’arit et celui de Moussaf le Chabbat matin, sont autorisées à boire un Café ou un Thé avant la prière.
Après la prière, elles sont soumises à l’obligation de Kiddouch, et sont interdites de goûter quoi que ce soit avant le Kiddouch, comme les hommes. Une femme qui ne prie pas le Chabbat matin, parce qu’elle est occupée par ses enfants ou autre, est autorisée à boire un Café ou un Thé dès son réveil afin de prendre quelques forces, même si elle n’a pas encore procédé au Kiddouch sur le vin.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

SI LAVA SUS MANOS Y DECIDE NO COMER

Pregunta: si realizó el lavado ritual de manos –netilat yadaim- y ya en medio de la comida decide no continuar comiendo pan ¿qué debe hacer? Respuesta: Como vimos anteriormente, la persona que se dispone a comer sólo un trozo de pan menor a “cabet......

Lire la Halacha

EL ENCENDIDO DE LAS LUMINARIAS DE JANUCÁ

PRECEPTO DEL ENCENDIDO. Todos los ocho días de Janucá  -siendo para el año 5782, comenzará el domingo 28 de noviembre por la noche, es decir víspera del lunes- es una mitzvá encender luminarias. Los sefaradim acostumbran a encender un candelabro por fa......

Lire la Halacha

BIRKAT HAMAZON CAMINANDO

Pregunta: Si come mientras está caminando ¿puede pronunciar el Birkat Hamazon asimismo caminando? Respuesta: Como vimos en la entrega anterior, el Birkat Hamazon debe pronunciarse sentado. Esto se concluye del Talmud (Berajot 51ª) donde se estudia que incluso si la pe......

Lire la Halacha

ALIMENTOS PRINCIPALES Y SECUNDARIOS

El Talmud (Berajot 44ª) enseña: Si le ofrecen –al hombre- un alimento sumamente salado- o dulce por demás- (ver tosafot  Ib) como comida principal y la  acompañan con un trozo de pan, pronunciará la bendición correspondiente al a......

Lire la Halacha


BENDICION FINAL BORE NEFASHOT

Como hemos visto oportunamente, existen alimentos cuya bendición final es “nefashot”, se trata de alimentos como por ej. Verduras frescas, una zanahoria o frutos que no pertenecen a las especies con que fue bendita la tierra de Israel o bebidas. El texto de esta bendició......

Lire la Halacha

ALIMENTOS MEZCLADOS 1

En la entrega anterior, hablamos sobre la legislación de dos alimentos cuyas bendiciones son diferentes y uno de ellos se considera principal y otro secundario a éste, en cuyo caso bendice sólo por el alimento principal y exime al secundario. Por lo tanto, si consume un alimento......

Lire la Halacha

BIRKAT HAMAZON SENTADO

Pregunta:  Está permitido pronunciar Birkat Hamazon mientra se camina o es necesario sentarse? Respuesta: Del Talmud (Berajot 51ª) se concluye que el Birkat Hamazon se debe pronunciar sentado, y así lo dictamina Maran (Sh. Aruj cap. 183). El motivo por el cual Birk......

Lire la Halacha

ALIMENTOS PRINCIPALES Y SECUNDARIOS –CONTINUACIÓN-

Pregunta: La persona que come un trozo de pescado acompañado de pan ¿exime la bendición del pescado al pan por ser secundario a éste? Respuesta: como vimos anteriormente, existen alimentos importantes y los secundarios a estos. Tafel veikar, como en el caso d......

Lire la Halacha