Halacha pour mercredi 28 Cheshvan 5782 3 novembre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Pour la guérison totale et rapide de Jean Luc Shelomo Ben Eliyahou (Azoulay) parmi tous les malades d'Israël Amen.

La règle du Kiddouch de Chabbat – Notre maitre le Rav z.ts.l dans sa jeunesse

Il est enseigné dans la Guémara Péssah’im (106a):
Nos maîtres enseignent: « Souviens-toi du jour du Chabbat afin de le sanctifier »(Chémot 20). Mentionne-le en l’accompagnant de vin à son entrée.
Il s’agit du commandement positif ordonné par la Torah de sanctifier le Chabbat à son entrée par des paroles. Ces propos de rappel doivent être des paroles de louange et de sanctification. Les Membres de la Kénésset Ha-Guédola (la Grande Assemblée) ont composé le texte du Kiddouch que l’on dit sur le verre de vin (Bérah’ot 33a).

Par institution de nos maîtres, ce rappel du Chabbat doit être réalisé sur un verre de vin. Nos maîtres ont pris appui sur un verset dans lequel nous constatons un rappel réalisé sur du vin, comme il est dit: « Son souvenir est comme le vin du Liban », et il est dit également: « Nous te préférons au vin ».
C’est pourquoi nos maîtres ont instauré le Kiddouch sur du vin.

Après avoir récité le KIddouch, il faut boire la quantité minimale d’une majorité de Révi’it (un Révi’it correspond à 81 g ou 8,1 cl) en une seule fois. Si l’on n’a pas de vin, ou que l’on ne supporte pas le vin, on peut réciter le KIddouch sur le pain, en se lavant d’abord les mains (Nétilat Yadaïm), puis on dit tout le texte du Kiddouch (comme c’est édité dans les Siddourim), mais au lieu de dire la bénédiction de « Boré Péri Ha-Guéfèn », on dira la bénédiction de « Ha-Mosti Léh’em Min Ha-Arets ».

Si l’on a du vin, mais que l’on n’a pas la capacité de boire la quantité d’une majorité de Révi’it (Révi’it = 8,1 cl) et qu’une autre personne présente peut boire cette quantité, on peut réciter le Kiddouch et goûter un peu de vin, puis le donner à boire à la personne qui a la capacité de boire la quantité requise.

Les décisionnaires écrivent qu’il est très juste de procéder au Kiddouch immédiatement lorsqu’on arrive à la maison le vendredi soir, comme nos maîtres ont enseigné: « Souviens-toi du jour du Shabbat afin de le sanctifier ». Mentionne-le en l’accompagnant de vin « à son entrée », ce qui signifie de façon la plus rapprochée de l’entrée du Chabbat. Il y a d’autres raisons au fait de s’empresser de procéder au Kiddouch le vendredi soir et de ne pas le repousser.
C’est pourquoi il est juste de demander aux membres du foyer de se dépêcher de dresser la table le vendredi soir, de sorte que dès le retour de la synagogue on puisse procéder au Kiddouch de façon immédiate. Cependant, si les membres du foyer – pour une quelconque raison – ne font pas attention à ce genre de choses, on doit se préserver de toute sorte de querelle et dispute à cause de cela, mais on doit plutôt faire preuve de calme et d’intelligence, car le fait de se mettre en colère inutilement est une grave faute, en particulier pendant le Chabbat où il faut veiller à ne pas se mettre en colère du tout.
Nous avons l’usage de dire avant le Kiddouch le texte de « Chalom ‘Aleh’em ». Il faut dire « Meleh’ Malh’é Ha-Mélah’im » et non pas « Mi-Méleh’ Malh’é Ha-Mélah’im ». Ensuite, on dit les versets du « Echet Ha’ïl », et ensuite on dit le texte du Kiddouch comme il est imprimé dans les Siddourim.

Lorsque notre maitre le Rav z.ts.l était très jeune, au foyer de son père, on avait l’habitude le vendredi soir de ne pas procéder au Kiddouch immédiatement au retour de la synagogue, car – comme c’est le cas dans beaucoup de foyers – la maitresse de maison et les membres du foyer arrangent encore plusieurs choses relatives au repas, achèvent de préparer les salades ou autre …
Dans le livre Avir Ha-Ro’im (vol.2), nous avons rapporté ce qu’a raconté notre maitre le Rav z.ts.l lui-même:
Dans sa jeunesse, notre maitre le Rav z.ts.l avait un usage régulier selon lequel lorsque lui-même, son père ainsi que ses frères revenaient de la synagogue le vendredi soir, et que les membres du foyer étaient encore occupés à préparer la table et le Kiddouch pour le repas, plusieurs minutes s’écoulaient jusqu’à ce que tout soit prêt. Durant ces quelques minutes d’attente du Kiddouch, notre maitre le Rav z.ts.l s’était fixé un programme d’étude, et il étudiait tout ce qu’il pouvait, un colonne ou deux de Guémara, jusqu’à ce que l’on dise « Chalom ‘Ale’hem ». Ainsi, il acheva l’étude de plusieurs traités du Talmud en étudiant de cette manière chaque vendredi soir durant quelques minutes. (voir le livre Maor Israël – Drachott, page 255).
Similairement, le Gaon Rabbi Ben Tsion MOUTSAPI Chlita rapporta que son illustre père (le Gaon et Kabbaliste Rabbi Salman MOUTSAPI z.ts.l) lui raconta que chaque année à la veille de Péssa’h après le milieu de la journée, il avait l’habitude de cuire les Matsot en groupe, sous la direction du Gaon Rabbi Tsaddka ‘HOUTSIN z.ts.l. Rabbi Salman surveillait la cuisson des Matsot.
En l’année 5705 (1945), au moment de préparer les Matsot, notre maitre le Rav z.ts.l – qui était alors un jeune étudiant en Torah (il avait 25 ans) – rentra avec un petit sac de farine pour les Matsot du soir de Péssa’h. Mais celui qui était préposé à enfourner les Matsot ne se conduisit pas de manière correcte avec notre maitre le Rav z.ts.l, qui préféra – dans sa grande humilité - se mettre à l’écart dans un coin. Il sorti un Choul’han ‘Arou’h (section Ora’h ‘Haïm) et se mit à étudier un paragraphe après l’autre.
Lorsque Rabbi Salman constata les faits, il s’approcha de celui qui était préposé à la cuisson des Matsot et lui demanda d’inviter immédiatement notre maitre le Rav z.ts.l à cuire sa part, afin qu’il puisse rapidement retourner à son étude. Rabbi Salman dit en ces termes:
« J’ai été impressionné et véritablement stupéfait par 3 qualités que j’ai constaté chez lui:
Malgré toute sa grandeur et ses connaissances, il répète des dizaines de fois les propos du Choul’han ‘Arou’h.
Même la veille de Péssa’h, il prend le Choul’han ‘Arou’h avec lui en tout endroit.
Malgré toute la panique et l’effervescence, le charbon et la fumée, il s’écarte des autres et se plonge dans son étude de manière imperturbable. Il est certain qu’un tel homme deviendra un Grand de la génération! »

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’interdiction de « Dach » (battre le blé) et de Séh’ita (presser) pendant Chabbat

Nous avons déjà expliqué à plusieurs reprises qu’il existe 39 activités sources (« Avott Mélah’ott ») interdites pendant Chabbat. Chacune de ses activités sources possède des activités dérivées (&laq......

Lire la Halacha

Faire du thé pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons écrit qu’il est permis de presser des citrons pendant Chabbat à la main – et non au moyen d’un ustensile – car la règle du pressage du citron n’est pas la même que celle du pressage des autr......

Lire la Halacha

Presser un citron pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est interdit de presser des fruits pendant Chabbat, lorsqu’il s’agit de fruits qu’il est d’usage de presser pour leur jus. De même, nous avons aussi expliqué qu’il est permis d......

Lire la Halacha

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha


Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Presser des oranges sur une salade de fruits pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons fait mention de l’interdiction de la Torah de presser des olives pendant Chabbat pour obtenir de l’huile, ou bien des raisins pour en extraire le jus. Mais pour tous les autres fruits, leur pressage n’a pas été int......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha