Halacha pour lundi 15 Iyar 5779 20 mai 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

L’ordre dans lequel doivent prier des employés (le matin)

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est interdit Léh’atéh’ila (à priori) de prier l’office du matin avant le 1er rayon de soleil. Cependant, nous avons également précisé que les personnes qui sont employés et qui de ce fait, doivent se présenter le matin sur leur lieu de travail à une heure avancée, de sorte qu’ils n’ont pas la possibilité de prier après le 1er rayon de soleil, ces personnes sont exceptionnellement autorisées à prier dès l’aube qui intervient très exactement 72 minutes « saisonnières » avant le 1er rayon de soleil, comme nous l’avons expliqué.

Puisque de nombreuses personnes nous consultent sur cette question, nous allons expliquer de façon précise comment on doit procéder lorsqu’on est contraint par le temps de prier avant le 1er rayon de soleil.

Il est évident que d’un point de vue réelle, il est impossible de se lever et de prier directement la ‘Amida du matin immédiatement après l’aube, car nous devons d’abord mettre les Téfilines, lire les Péssouké Dé-Zimra (psaumes entre Barouh’ Chéamar et Yichtabah’), ainsi que lire le Chém’a avant de prier la ‘Amida, et le moment de la Mitsva du Chém’a et des Téfilines n’est pas encore arrivée même avec l’aube. La personne qui va prier dès l’aube ne pourra réellement arriver à la ‘Amida que 1/2 heure après l’aube. Pour certaines personnes, une telle chose est impossible, en particulier en hiver où l’aube est tardive.
C’est pourquoi notre maître le Rav z.ts.l écrit de quelle manière doivent agir ces personnes contraintes de prier à une heure avancée.

Ces personnes doivent arriver à la synagogue 90 minutes avant le 1er rayon de soleil, et commencer à lire les passages des sacrifices et celui de la ‘Akéda (sacrifice d’Itsh’ak) selon l’usage, de sorte qu’ils entameront Barouh’ Chéamar dès l’aube (puisqu’il est interdit de dire Barouh’ Chéamar avant l’aube). Lorsqu’ils termineront la bénédiction de Yichtabah’ (en veillant à ce que s’écoulent au moins 6 minutes depuis l’aube), ils s’envelopperont du Talitt et mettront les Téfilines avec leurs bénédictions respectives. Puis, l’officiant dira le Kaddich et Baréh’ou, et ils entameront ensuite le Yotser et poursuivront la prière jusqu’à la ‘Amida.

Lorsqu’ils arriveront à la ‘Amida, l’officiant entamera directement la ‘Amida en disant seulement les 3 premières bénédictions à haute voix en incluant la Kédoucha, et l’assemblée dira la prière mot à mot en même temps que l’officiant. Puis chacun poursuivra à voix basse. L’officiant ne dira pas de répétition de la ‘Amida puisque leur temps est limité, car ils doivent se présenter sur leur lieu de travail. S’il leur reste un peu de temps, ils diront aussi le Vidouï et les supplications ainsi que les 13 Attributs de la Miséricorde Divine (Vaya’avor) et la Néfilatt Apaïm (Lé-David Eléh’a Hachem …). S’ils n’ont plus le temps, ils omettront de dire le Vidouï et la Néfilatt Apaïm, et dans ce cas l’officiant dira directement le demi-Kaddich et on poursuivra avec Achré, Ouva Lé-Tsionn et le Kaddich Titkabal. Puis, on retirera le Talitt et les Téfilines tout en disant le psaume du jour et ‘Alénou, et ils iront ensuite au travail.
Les lundis et jeudis où le temps est très limité, il est préférable de donner priorité à la lecture de la Torah plutôt  que de dire le Vidouï et les supplications que nous ajoutons les lundis et les jeudis.
Il est évident que s’ils possèdent un peu plus de temps, comme c’est généralement le cas, ils devront prier comme le fait tout le monde, en disant la répétition de la ‘Amida par l’officiant, et ils devront aussi compléter dans la mesure du possible le reste de la prière.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

באמצע "שמונה עשרה" הופעלה אזעקה, מה יעשה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha

Lorsque le père renonce à son respect et à sa crainte

Les sujets que nous allons traiter aujourd’hui sont des plus fondamentaux dans les règles relatives au devoir du respect des parents.  Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué plusieurs principes relatifs au respect du père et de la mè......

Lire la Halacha


Les boissons alcoolisées (Cognac ; Brandy ; Champagne) – Les juifs naufragés

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué la règle selon laquelle nos maîtres ont décrété une sévère interdiction sur le vin des non-juifs, qui inclus non seulement un interdit de le consommer, mais aussi un interdit d&......

Lire la Halacha

Introduction aux lois de respect des parents – La relation de notre maitre le Rav z.ts.l avec sa mère z’’l

Il y a plusieurs années, nous avions traité des lois de respect des parents, mais puisque nombreux de nos lecteurs nous demandent souvent de clarifier plusieurs points concernant ces règles, nous avons décidé de consacrer les jours à venir à apporter ......

Lire la Halacha

Le statut d’un juif qui profane Chabbat, vis-à-vis du vin

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué le principe de l’interdiction de « Stam Yénam » (un simple vin des non-juifs), sur lequel nos maîtres ont décrété une interdiction à la consommation et au profit. De m&e......

Lire la Halacha

Le vin « Mévouchal » vis-à-vis de celui qui profane Chabbat

Nous avons expliqué dernièrement qu’une personne qui profane Chabbat en public, interdit le vin par le touché, comme un non-juif. Ceci, malgré le fait qu’il est juif et qu’il préserve sa sainteté de juif, comme nous l’avons expliqu&ea......

Lire la Halacha