Halacha pour dimanche 14 Iyar 5779 19 mai 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen

 

Le moment à partir duquel on peut prier Chah’aritt (la prière du matin)

A la demande de nombreuses personnes:
A partir de quand est-il permis de prier l’office du matin?
De nombreuses personnes sont tenues de se présenter sur leur lieu de travail très tôt le matin, et nous devons savoir quand leur est-il permis de commencer la prière du matin.

Réponse: Le moment de la prière du matin commence Léh’atéh’ila (à priori) après le 1er rayon de soleil (« Nets »), qui correspond à l’horaire de la « Zérih’a » (rayonnement du soleil) indiqué dans les calendriers.
Il est une Mitsva de grande qualité de prier immédiatement lorsque le rayon du soleil apparaît, comme il est dit dans le Téhilim: « Ils te craindront en même temps que le soleil… ».

Lé’hatéh’ila (à priori), on ne doit pas prier, jusqu’au 1er rayon de soleil. Cependant, si une personne a prié avant le 1er rayon de soleil, mais après l’aube qui intervient 72 minutes (en minutes saisonnières) avant le 1er rayon de soleil, cette personne est quitte Bédi’avad (a posteriori).
Si par contre cette personne a prié avant l’aube, elle n’est absolument pas quitte puisque ce moment est encore celui de la prière de ‘Arvitt (prière du soir).

Lorsque nous parlons de la notion de prier, nous désignons par ce terme la ‘Amida, car les parties préliminaires de la prière peuvent être dites même avant le 1er rayon de soleil, même sur un point de vue Léh’atéh’ila (à priori), à la condition que l’aube soit arrivée.

C’est pourquoi les décisionnaires ont écrit que des employés dont le temps est limité puisqu’ils doivent se présenter sur leur lieu de travail très tôt le matin, sont autorisés Léh’atéh’ila à prier avant le 1er rayon de soleil, dès que l’aube arrive. En particulier en hiver où l’heure du 1er rayon de soleil est assez tardive, et beaucoup de personnes n’ont pas le temps de se rendre à la synagogue le matin à cette période de l’année si on ne leur procure pas la facilité de prier à partir de l’aube en se fondant sur l’avis des décisionnaires qui l’autorisent.

C’est pourquoi, il existe dans de nombreuses synagogues un « Minyan pour les employés » avant l’heure du 1er rayon de soleil.
Cependant, il faut savoir que toute personne qui a la possibilité de prier après le 1er rayon de soleil, n’est absolument pas autorisée à prier dans un Minyann d’employés qui prient avant le 1er rayon de soleil, car cette autorisation de prier à un tel horaire n’a été donnée qu’exceptionnellement aux employés, car ils se trouvent dans un cas de force majeure. Or, chaque cas de force majeur autorise à faire Léh’atéh’ila (à priori) une chose qui n’était permise que Bédi’avad (a posteriori).
Par conséquent, une simple personne qui n’est pas pressée par le temps n’est absolument pas autorisée à s’appuyer Léh’atéh’ila (à priori) sur une chose qui n’est valable que Bédi’avad (a posteriori). Cette personne doit donc attendre de prier dans un Minyann ordinaire qui prie après le 1er rayon de soleil.

Notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit qu’une personne qui n’a pas d’autre Minyann excepté un Minyann d’employé, il est préférable pour cette personne d’attendre et de prier seul après le 1er rayon de soleil, plutôt que de prier avec Minyann avant le 1er rayon de soleil. Si la chose risque d’occasionner à la personne de se priver de façon permanente de prier avec Minyann, elle devra consulter une autorité Halachique compétente qui lui indiquera ce qu’elle doit faire.

Nous avons écrit que le moment de l’aube intervient 72 minutes avant le 1er rayon de soleil, mais il faut préciser qu’il s’agit ici de minutes  Zémaniyott » (saisonnières).
C'est-à-dire : on divise la journée depuis le 1er rayon de soleil jusqu’à son coucher en 12 parties, et chaque partie devient une heure « Zémanite ». Chaque heure de ce type se divise en 6O minutes « Zémaniyott ». De sorte qu’en hiver où les journées sont courtes, une minute « Zémanite » sera plus courte qu’une minute ordinaire, alors qu’en été où les journées sont plus longues, chaque minute « Zémanite » sera plus longue qu’une minute ordinaire. C’est selon cette méthode qu’il faut calculer les 72 minutes avant le 1er rayon de soleil où intervient l’aube.

De notre époque, il existe des calendriers qui calculent l’aube de cette façon.
Mais il y en a aussi qui la calcule différemment de sorte que selon ces calendriers, l’aube intervient 96 minutes avant le 1er rayon de soleil.
Ces calendriers ne sont pas conformes à la Halacha.
Il est impératif de se procurer exclusivement des calendriers qui calculent le moment de l’aube 72 minutes (saisonnières) avant le 1er rayon de soleil, ou bien calculer soi-même le moment précis de l’aube, comme mentionné plus haut.

En conclusion: Il ne faut pas prier l’office de Chah’aritt (du matin) avant le 1er rayon de soleil. Des employés qui n’ont d’autre choix que de prier à une heure très avancée le matin, puisqu’ils sont tenus de se présenter sur leur lieu de travail à une heure précise, sont autorisés à prier dès l’aube, qui intervient très exactement 72 minutes « saisonnières » avant le 1er rayon de soleil.
Dans la prochaine Halacha, nous expliquerons – avec l’aide d’Hachem – l’ordre dans lequel doivent prier des employés ou toute autre personne qui est dans l’obligation de prier tôt en cas de force majeure.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha