Halacha pourlundi 14 Iyar 5779 mai 19 2019

Le moment à partir duquel on peut prier Chah’aritt (la prière du matin)

A la demande de nombreuses personnes:
A partir de quand est-il permis de prier l’office du matin?
De nombreuses personnes sont tenues de se présenter sur leur lieu de travail très tôt le matin, et nous devons savoir quand leur est-il permis de commencer la prière du matin.

Réponse: Le moment de la prière du matin commence Léh’atéh’ila (à priori) après le 1er rayon de soleil (« Nets »), qui correspond à l’horaire de la « Zérih’a » (rayonnement du soleil) indiqué dans les calendriers.
Il est une Mitsva de grande qualité de prier immédiatement lorsque le rayon du soleil apparaît, comme il est dit dans le Téhilim: « Ils te craindront en même temps que le soleil… ».

Lé’hatéh’ila (à priori), on ne doit pas prier, jusqu’au 1er rayon de soleil. Cependant, si une personne a prié avant le 1er rayon de soleil, mais après l’aube qui intervient 72 minutes (en minutes saisonnières) avant le 1er rayon de soleil, cette personne est quitte Bédi’avad (a posteriori).
Si par contre cette personne a prié avant l’aube, elle n’est absolument pas quitte puisque ce moment est encore celui de la prière de ‘Arvitt (prière du soir).

Lorsque nous parlons de la notion de prier, nous désignons par ce terme la ‘Amida, car les parties préliminaires de la prière peuvent être dites même avant le 1er rayon de soleil, même sur un point de vue Léh’atéh’ila (à priori), à la condition que l’aube soit arrivée.

C’est pourquoi les décisionnaires ont écrit que des employés dont le temps est limité puisqu’ils doivent se présenter sur leur lieu de travail très tôt le matin, sont autorisés Léh’atéh’ila à prier avant le 1er rayon de soleil, dès que l’aube arrive. En particulier en hiver où l’heure du 1er rayon de soleil est assez tardive, et beaucoup de personnes n’ont pas le temps de se rendre à la synagogue le matin à cette période de l’année si on ne leur procure pas la facilité de prier à partir de l’aube en se fondant sur l’avis des décisionnaires qui l’autorisent.

C’est pourquoi, il existe dans de nombreuses synagogues un « Minyan pour les employés » avant l’heure du 1er rayon de soleil.
Cependant, il faut savoir que toute personne qui a la possibilité de prier après le 1er rayon de soleil, n’est absolument pas autorisée à prier dans un Minyann d’employés qui prient avant le 1er rayon de soleil, car cette autorisation de prier à un tel horaire n’a été donnée qu’exceptionnellement aux employés, car ils se trouvent dans un cas de force majeure. Or, chaque cas de force majeur autorise à faire Léh’atéh’ila (à priori) une chose qui n’était permise que Bédi’avad (a posteriori).
Par conséquent, une simple personne qui n’est pas pressée par le temps n’est absolument pas autorisée à s’appuyer Léh’atéh’ila (à priori) sur une chose qui n’est valable que Bédi’avad (a posteriori). Cette personne doit donc attendre de prier dans un Minyann ordinaire qui prie après le 1er rayon de soleil.

Notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit qu’une personne qui n’a pas d’autre Minyann excepté un Minyann d’employé, il est préférable pour cette personne d’attendre et de prier seul après le 1er rayon de soleil, plutôt que de prier avec Minyann avant le 1er rayon de soleil. Si la chose risque d’occasionner à la personne de se priver de façon permanente de prier avec Minyann, elle devra consulter une autorité Halachique compétente qui lui indiquera ce qu’elle doit faire.

Nous avons écrit que le moment de l’aube intervient 72 minutes avant le 1er rayon de soleil, mais il faut préciser qu’il s’agit ici de minutes  Zémaniyott » (saisonnières).
C'est-à-dire : on divise la journée depuis le 1er rayon de soleil jusqu’à son coucher en 12 parties, et chaque partie devient une heure « Zémanite ». Chaque heure de ce type se divise en 6O minutes « Zémaniyott ». De sorte qu’en hiver où les journées sont courtes, une minute « Zémanite » sera plus courte qu’une minute ordinaire, alors qu’en été où les journées sont plus longues, chaque minute « Zémanite » sera plus longue qu’une minute ordinaire. C’est selon cette méthode qu’il faut calculer les 72 minutes avant le 1er rayon de soleil où intervient l’aube.

De notre époque, il existe des calendriers qui calculent l’aube de cette façon.
Mais il y en a aussi qui la calcule différemment de sorte que selon ces calendriers, l’aube intervient 96 minutes avant le 1er rayon de soleil.
Ces calendriers ne sont pas conformes à la Halacha.
Il est impératif de se procurer exclusivement des calendriers qui calculent le moment de l’aube 72 minutes (saisonnières) avant le 1er rayon de soleil, ou bien calculer soi-même le moment précis de l’aube, comme mentionné plus haut.

En conclusion: Il ne faut pas prier l’office de Chah’aritt (du matin) avant le 1er rayon de soleil. Des employés qui n’ont d’autre choix que de prier à une heure très avancée le matin, puisqu’ils sont tenus de se présenter sur leur lieu de travail à une heure précise, sont autorisés à prier dès l’aube, qui intervient très exactement 72 minutes « saisonnières » avant le 1er rayon de soleil.
Dans la prochaine Halacha, nous expliquerons – avec l’aide d’Hachem – l’ordre dans lequel doivent prier des employés ou toute autre personne qui est dans l’obligation de prier tôt en cas de force majeure.

8 Halachot Les plus populaires

The Laws of the Holiday of Sukkot

As per the request of many of our members and as a public service, we shall now list a synopsis of some laws which are essential for the upcoming Sukkot holiday: The Sukkah must be made of three walls and Sechach (the roof). The walls may be made of any material which can withstand a normal wi......

Lire la Halacha

Honoring One’s Father-in-Law and Mother-in-Law

The Yalkut Shimoni states: “David told Shaul, ‘My father, you shall surely see the corner of your coat in my hand’” (which means that David called Shaul his father). Our Sages derived from here that one is obligated to honor one’s father-in-law just as one is obligated ......

Lire la Halacha

Reciting Kaddish

When an individual departs from this world, his surviving children must make a concerted effort to pray with a Minyan three times a day in order to be able to recite Kaddish for their father or mother. Similarly, if one, G-d-forbid, loses a son, daughter, brother, or sister, one should recite Kaddis......

Lire la Halacha

The Laws of Honoring Parents After Their Passing

Just as one is obligated to honor one’s parents during their lifetime, one is likewise obligated to honor one’s parents after their passing. One may certainly not disrespect one’s parents after their death. The Baraita (Kiddushin 31b) states: “Whenever one mentions a Torah......

Lire la Halacha


Who Must Bear the Financial Burden of Caring for One’s Parents?

We have discussed previously that part of the Mitzvah of honoring one’s parents is serving one’s parents food and drink as they wish. Included in this is that when one’s parents are elderly and can no longer care for themselves, their sons and daughters must care for their physical......

Lire la Halacha

The Laws of Rising Before One’s Father or Rabbi- Maran zt”l’s Response to his Grandson

All of the laws of honoring and revering one’s parents apply equally to both a son and daughter. When we sometimes focus on a father and son or a mother and daughter, this is meant as a mere example and illustration. When one sees one’s parents passing in front of him, one must rise b......

Lire la Halacha

A Father Who Absolves His Son from Honoring and Revering Him

The following discussion is crucial to understanding important laws regarding honoring one’s parents. In the previous Halachot, we have discussed some laws pertaining to honoring and revering one’s parents. There are certain laws that relate to a child’s obligation to honor his ......

Lire la Halacha

Calling One’s Father or Mother by Name

Question: May one call one’s father by his first name? Also, may one call a friend with the same name as one’s father by his first name? Answer: A child may not call his father or mother by their first name. For instance, if one’s father’s name is “Shmuel,” the......

Lire la Halacha