Halacha pourlundi 14 Iyar 5779 mai 19 2019

Le moment à partir duquel on peut prier Chah’aritt (la prière du matin)

A la demande de nombreuses personnes:
A partir de quand est-il permis de prier l’office du matin?
De nombreuses personnes sont tenues de se présenter sur leur lieu de travail très tôt le matin, et nous devons savoir quand leur est-il permis de commencer la prière du matin.

Réponse: Le moment de la prière du matin commence Léh’atéh’ila (à priori) après le 1er rayon de soleil (« Nets »), qui correspond à l’horaire de la « Zérih’a » (rayonnement du soleil) indiqué dans les calendriers.
Il est une Mitsva de grande qualité de prier immédiatement lorsque le rayon du soleil apparaît, comme il est dit dans le Téhilim: « Ils te craindront en même temps que le soleil… ».

Lé’hatéh’ila (à priori), on ne doit pas prier, jusqu’au 1er rayon de soleil. Cependant, si une personne a prié avant le 1er rayon de soleil, mais après l’aube qui intervient 72 minutes (en minutes saisonnières) avant le 1er rayon de soleil, cette personne est quitte Bédi’avad (a posteriori).
Si par contre cette personne a prié avant l’aube, elle n’est absolument pas quitte puisque ce moment est encore celui de la prière de ‘Arvitt (prière du soir).

Lorsque nous parlons de la notion de prier, nous désignons par ce terme la ‘Amida, car les parties préliminaires de la prière peuvent être dites même avant le 1er rayon de soleil, même sur un point de vue Léh’atéh’ila (à priori), à la condition que l’aube soit arrivée.

C’est pourquoi les décisionnaires ont écrit que des employés dont le temps est limité puisqu’ils doivent se présenter sur leur lieu de travail très tôt le matin, sont autorisés Léh’atéh’ila à prier avant le 1er rayon de soleil, dès que l’aube arrive. En particulier en hiver où l’heure du 1er rayon de soleil est assez tardive, et beaucoup de personnes n’ont pas le temps de se rendre à la synagogue le matin à cette période de l’année si on ne leur procure pas la facilité de prier à partir de l’aube en se fondant sur l’avis des décisionnaires qui l’autorisent.

C’est pourquoi, il existe dans de nombreuses synagogues un « Minyan pour les employés » avant l’heure du 1er rayon de soleil.
Cependant, il faut savoir que toute personne qui a la possibilité de prier après le 1er rayon de soleil, n’est absolument pas autorisée à prier dans un Minyann d’employés qui prient avant le 1er rayon de soleil, car cette autorisation de prier à un tel horaire n’a été donnée qu’exceptionnellement aux employés, car ils se trouvent dans un cas de force majeure. Or, chaque cas de force majeur autorise à faire Léh’atéh’ila (à priori) une chose qui n’était permise que Bédi’avad (a posteriori).
Par conséquent, une simple personne qui n’est pas pressée par le temps n’est absolument pas autorisée à s’appuyer Léh’atéh’ila (à priori) sur une chose qui n’est valable que Bédi’avad (a posteriori). Cette personne doit donc attendre de prier dans un Minyann ordinaire qui prie après le 1er rayon de soleil.

Notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit qu’une personne qui n’a pas d’autre Minyann excepté un Minyann d’employé, il est préférable pour cette personne d’attendre et de prier seul après le 1er rayon de soleil, plutôt que de prier avec Minyann avant le 1er rayon de soleil. Si la chose risque d’occasionner à la personne de se priver de façon permanente de prier avec Minyann, elle devra consulter une autorité Halachique compétente qui lui indiquera ce qu’elle doit faire.

Nous avons écrit que le moment de l’aube intervient 72 minutes avant le 1er rayon de soleil, mais il faut préciser qu’il s’agit ici de minutes  Zémaniyott » (saisonnières).
C'est-à-dire : on divise la journée depuis le 1er rayon de soleil jusqu’à son coucher en 12 parties, et chaque partie devient une heure « Zémanite ». Chaque heure de ce type se divise en 6O minutes « Zémaniyott ». De sorte qu’en hiver où les journées sont courtes, une minute « Zémanite » sera plus courte qu’une minute ordinaire, alors qu’en été où les journées sont plus longues, chaque minute « Zémanite » sera plus longue qu’une minute ordinaire. C’est selon cette méthode qu’il faut calculer les 72 minutes avant le 1er rayon de soleil où intervient l’aube.

De notre époque, il existe des calendriers qui calculent l’aube de cette façon.
Mais il y en a aussi qui la calcule différemment de sorte que selon ces calendriers, l’aube intervient 96 minutes avant le 1er rayon de soleil.
Ces calendriers ne sont pas conformes à la Halacha.
Il est impératif de se procurer exclusivement des calendriers qui calculent le moment de l’aube 72 minutes (saisonnières) avant le 1er rayon de soleil, ou bien calculer soi-même le moment précis de l’aube, comme mentionné plus haut.

En conclusion: Il ne faut pas prier l’office de Chah’aritt (du matin) avant le 1er rayon de soleil. Des employés qui n’ont d’autre choix que de prier à une heure très avancée le matin, puisqu’ils sont tenus de se présenter sur leur lieu de travail à une heure précise, sont autorisés à prier dès l’aube, qui intervient très exactement 72 minutes « saisonnières » avant le 1er rayon de soleil.
Dans la prochaine Halacha, nous expliquerons – avec l’aide d’Hachem – l’ordre dans lequel doivent prier des employés ou toute autre personne qui est dans l’obligation de prier tôt en cas de force majeure.

8 Halachot Les plus populaires

The Holiday of Shavuot- Teachings of Kindness

The Torah introduces the momentous event of the giving of the Torah to the Jewish nation with the verse (Shemot 19), “On the third month from when the children of Israel left Egypt, on this day they arrived at the Sinai desert.” Our Sages in the Pesikta ask: Why is it that the Torah w......

Lire la Halacha

The Laws of Fire on Yom Tov

In previous Halachot we have explained that Yom Tov and Shabbat are equal regarding all prohibitions besides for certain works associated with food preparation, such as cooking, which are permitted on Yom Tov. Igniting a Flame One may not produce a new fire on Yom Tov, for instance by strik......

Lire la Halacha

The Laws of Cooking on Yom Tov

In the previous Halachot we have explained that although Shabbat and Yom Tov are equal in their prohibition to perform work on them and it is therefore a Torah prohibition to drive a car on Yom Tov, nevertheless, certain works associated with food preparation, such as cooking and frying, are permitt......

Lire la Halacha

The Holiday of Shavuot- Coronavirus

The holiday of Shavuot will be celebrated, G-d willing, at the conclusion of the period of the counting of the Omer this coming Friday (beginning from Thursday night), the 6th of Sivan (and outside of Israel on Shabbat, the 7th of Sivan as well). Let us, therefore, begin to discuss some of the perti......

Lire la Halacha


Reciting Kaddish

Question: What is the significance of reciting Kaddish for a deceased individual? Answer: When an individual departs from this world, his surviving children must make a concerted effort to pray with a Minyan three times a day in order to be able to recite Kaddish for their father or mother. Simil......

Lire la Halacha

Using an Electric Hotplate (Plata) For Both Meat and Dairy

If one uses an electric hotplate to warm meat pots and the like, it is quite common that some of the meat food inside these pots will sometime fall onto the hotplate thus causing the hotplate to absorb this meat flavor. As such, if one then wishes to place dairy foods onto the hotplate, if one does ......

Lire la Halacha

An After-Blessing After Drinking Tea or Coffee-An Incident Involving Hagaon Harav Shlomo Zalman Auerbach zt”l

In the previous Halacha we have discussed the basic laws of reciting an after-blessing after drinking a beverage in that as long as has drunk a Revi’it (approximately 81 cc or 2.8 fluid ounces) of the beverage in one shot (in a continuous manner without interruption between gulps), one recites......

Lire la Halacha

Question: Must one recite the “Boreh Nefashot Rabbot” blessing after drinking hot tea or coffee?

Answer: We have already discussed on several occasions that after drinking any beverage, one must recite the “Boreh Nefashot” after-blessing. The amount one must drink in order to become obligated to recite this blessing is a Revi’it in one shot, i.e. approximately 81 cc or 2.8 flu......

Lire la Halacha