Halacha pour jeudi 18 Elul 5781 26 août 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Pour la guérison totale et rapide de Jean Luc Shelomo Ben Eliyahou (Azoulay) parmi tous les malades d'Israël Amen.

La règle pour la personne qui a terminé sa ‘Amida et derrière laquelle se trouve quelqu’un qui ne la pas encore terminé.

Dans les précédentes Halah’ott, nous avons expliqué l’interdiction de passer ou de se tenir debout face à une personne qui prie la ‘Amida.

Nous allons à présent expliquer le cas d’une personne qui prie la ‘Amida et derrière laquelle se trouve une autre personne qui prie elle aussi.
Il arrive parfois qu’une personne termine sa ‘Amida, mais que la personne qui se trouve derrière elle ne la pas encore terminé, et lorsque la personne va reculer de 3 pas en arrière, elle se trouvera dans les 4 coudées (2 m) de la personne qui se trouve derrière elle et qui prie encore.

Par conséquent, lorsqu’on termine la ‘Amida et que l’on sent que la personne qui se trouve derrière n’a pas encore terminé sa ‘Amida, il est interdit de reculer de 3 pas en arrière, et l’on doit attendre que la personne termine sa ‘Amida pour reculer.
Cette règle est valable même pour les femmes.
En effet, ce cas se produit fréquemment lors des Yamim Noraïm où certaines femmes s’étendent dans leur ‘Amida alors que la femme qui se trouve devant elles a déjà terminé la sienne. Il est interdit à cette femme de reculer tant que celle qui se trouve derrière elle n’a pas encore terminé sa ‘Amida.

Comme expliqué précédemment, toute l’interdiction n’existe que lorsqu’en reculant, la personne va pénétrer dans le périmètre des 4 coudées (2m) de la personne se trouvant derrière et qui n’a pas encore achevé sa ‘Amida, ou bien lorsqu’on se tient debout précisément face à la personne qui se trouve derrière et qui n’a pas encore achevé sa ‘Amida. Par conséquent, si le fait de reculer n’entraîne pas de pénétrer dans le périmètre des 4 coudées de la personne qui se trouve derrière et qui prie encore, il est permis de reculer dans ce cas là, puisque nous avons expliqué que cette interdiction n’existe que lorsque l’on pénètre dans les 4 coudées de la personne qui prie. De même, si l’on ne se trouve pas véritablement face à la personne derrière mais sur ses côtés, il est permis selon le Din de reculer en disant « ‘Ossé Chalom ». 

La règle pour l’officiant 
Un officiant qui termine sa ‘Amida à voix basse et qui ne peut pas reculer puisque se trouve derrière lui une personne qui n’a pas encore terminé sa ‘Amida, puisqu’il ne peut pas attendre que la personne termine pour reculer, car cela engendrera une incommodité pour l’assemblée, dans ce cas, l’officiant ne recule pas et entame directement la répétition de la ‘Amida à la fin de laquelle il dira « Ossé Chalom… » à voix basse en reculant de 3 pas.
Si toutefois cet officiant a reculé malgré la personne qui se trouvait derrière lui et qui n’avait pas encore terminé sa ‘Amida, cet officiant a sur qui s’appuyer.

En conclusion: Lorsqu’on termine la ‘Amida et que derrière se trouve une autre personne qui n’a pas encore terminé sa ‘Amida, il est interdit de reculer jusqu’à ce que l’autre personne termine sa ‘Amida, car il est interdit de se tenir debout devant une personne qui prie lorsqu’on se trouve dans son périmètre de 4 coudées (2 m).
Si la personne qui prie ne se trouve pas véritablement derrière, mais seulement sur les côtés, ou bien qu’elle se trouve au-delà d’une distance de 4 coudées, si en reculant on ne pénètre pas dans son périmètre de 4 coudées, il est permis de reculer sans attendre.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’interdiction de « Dach » (battre le blé) et de Séh’ita (presser) pendant Chabbat

Nous avons déjà expliqué à plusieurs reprises qu’il existe 39 activités sources (« Avott Mélah’ott ») interdites pendant Chabbat. Chacune de ses activités sources possède des activités dérivées (&laq......

Lire la Halacha

Faire du thé pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons écrit qu’il est permis de presser des citrons pendant Chabbat à la main – et non au moyen d’un ustensile – car la règle du pressage du citron n’est pas la même que celle du pressage des autr......

Lire la Halacha

Presser un citron pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est interdit de presser des fruits pendant Chabbat, lorsqu’il s’agit de fruits qu’il est d’usage de presser pour leur jus. De même, nous avons aussi expliqué qu’il est permis d......

Lire la Halacha

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha


Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Presser des oranges sur une salade de fruits pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons fait mention de l’interdiction de la Torah de presser des olives pendant Chabbat pour obtenir de l’huile, ou bien des raisins pour en extraire le jus. Mais pour tous les autres fruits, leur pressage n’a pas été int......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha