Halacha pour jeudi 10 Sivan 5778 24 mai 2018

Pour l’élévation de la Néshama de mon vénéré père Henri Ishoua ben Réphaël (PITOUN) z’’l

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

« Baréh’ou Ete Hachem Ha-Mévorah’ »

Question: Une personne qui prie sans Minyann et qui ne répond donc pas « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed » à l’officiant, peut-elle malgré tout dire elle-même « Baréh’ou Ete Hachem Ha-Mévorah’ » ou non?

Réponse: Il est évident que « Baréh’ou Ete Hachem Ha-Mévorah’ » fait partie des choses que nos maîtres ont instaurées de dire seulement en présence d’un Minyann (10 hommes juifs). Sans cette condition, il est strictement interdit de dire ce texte. Celui qui le dit malgré tout, transgresse donc la gravissime interdiction de prononcer le Nom d’Hachem en vain.

Les propos du Midrach
Cependant, dans le Midrach sur Ruth, nos maîtres commentent un verset:
Écartez-vous de l’homme qui possède une âme en lui, et qui reste malgré tout insignifiant (Icha’ya 2-22).
Le Midrach commente:
Lorsqu’une personne a dormi sur son lit d’un sommeil régulier pendant la nuit, son âme (qui est un élément spirituel qui se trouve en l’être humain avec l’esprit et les différentes parties propres à l’être humain) ne revient dans son corps que lorsqu’il répond « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed ». S’il n’a pas le mérite de répondre ce texte, l’âme s’en va sans revenir.
Il s’agit d’une chose très grave comme on peut le constater à travers les explications sur ce verset.

Par conséquent, il est donc souhaitable et juste que chacun s’efforce de veiller à toujours prier avec Minyann, afin de pouvoir dire « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed ».
De même pour une femme qui a le mérite de répondre « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed », heureuse soit-elle, même s’il n’est pas toujours facile pour une femme de le faire.

Que peut-on dire en remplacement de « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed »?
L’auteur du Sefer Ha-Rokéah’ fait différentes citations de paroles de nos maîtres dans lesquelles figurent les mots « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed ». Celui qui prononcerait ces enseignements pourrait être considéré comme ayant répondu « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed ».

Notre maître le H’YDA -  dans son livre Tsiporène Chamir – écrit qu’il faut dire la Baraïta suivante:
Rabbi ‘Akiva dit : il y a un ange dans le ciel dont le nom est Israël, et sur son front est gravé « Israël ».  Cet ange se tient au milieu du ciel et dit : « Baréh’ou Ete Hachem Ha-Mévorah’ » et toutes les armées célestes répondent : « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed ».
En disant cette Baraïta, on peut considérer avoir répondu « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed », et l’âme de la personne peut résider en elle correctement.

Les propos de notre maître le Rav z.ts.l
Notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que si l’on doit dire cette Baraïta, il ne faut surtout pas prononcer le Nom d’Hachem, car il ne s’agit pas réellement de répondre « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed » comme nous le faisons avec le Nom d’Hachem. Il faut donc dire dans cette Baraïta « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed » (et non pas « A.D.O.N.A.Ï »), et ainsi on ne prononce pas le Nom d’Hachem en vain.

Notre maître le Rav z.ts.l ajoute qu’étant donné que l’on ne prononce pas le Nom d’Hachem en disant cette Baraïta, son efficacité n’équivaut pas à répondre réellement « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed » avec le Minyann. De ce fait, il ne faut pas la dire entre Yichtabah’ et le Yotser (qui est normalement l’emplacement de « Baréh’ou Ete Hachem Ha-Mévorah’ » lorsqu’on prie avec le Minyann), et il faudra la dire seulement après la prière, avant de dire « ‘Alénou Léchabéah’ ».

En conclusion: Il est très important de répondre « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed » à la synagogue.
Si quelqu’un ne peut pas se rendre à la synagogue pour prier avec la communauté pour des raisons de santé, ou bien s’il s’agit d’une femme qui n’a pas l’usage de prier à la synagogue, on peut combler d’une certaine façon le fait de ne pas avoir répondu « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed » en disant le texte de la Baraïta suivante:
Rabbi ‘Akiva dit : il y a un ange dans le ciel dont le nom est Israël, et sur son front est gravé Israël. Cet ange se tient au milieu du ciel et dit : « Baréh’ou Ete Hachem Ha-Mévorah’ » et toutes les armées célestes répondent : « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed ».
Il faut dire ce texte sans la mention du Nom d’Hachem (en disant seulement « Hachem » et non « A.D.O.N.A.Ï »), et il faut le dire après la prière, juste avant de dire « ‘Alénou Léchabéah’ ». (Voir Chou’t Yabiya’ Omer vol.2 sect. O.H chap.4 parag.7).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Lorsqu’on a le doute si l’on a dit Barèh’ ‘Alénou dans la prière

Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le Din selon lequel nous devons demander la pluie dans la prière, dans la Birkat Ha-Chanim (Barèh’ ‘Alénou). Nous avons également fait mention dans nos propos du cas de la personne......

Lire la Halacha

Donner un surnom humiliant à une personne

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot, qu’il y a une interdiction d’offenser quelqu’un par la parole. Il est enseigné dans la Guémara Bava Métsi’a (58b): Rabbi H’anina dit : Toutes les personnes qui descende......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels

Hier soir, lundi 15 octobre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous avons commencé (en Erets Israël) à demander les pluies dans la ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts. L&r......

Lire la Halacha

Lorsqu’on oublie de dire Barèh’ ‘Alénou

Dans la une précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale le Din selon lequel nos maîtres ont instauré de demander les pluies dans la bénédiction de Birkatt Ha-Chanim de la prière quotidienne, depuis le 7 Mar- H&......

Lire la Halacha


L’interdiction de maudire un juif

Il est écrit dans notre Sainte Torah (Chémott 22 – 27) : « Tu ne maudiras pas Elokim (D.) » Le Targoum Onkeloss (traduction araméenne de la Torah) traduit : « Tu ne maudiras pas le Dayann (le juge rabbinique) ». La ......

Lire la Halacha

Règles relatives à l’interdiction d’offenser par la parole

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué l’interdiction d’offenser par la parole une personne ou même sa propre épouse, et nous allons détailler plus loin différents cas pratiques sur ce sujet, tel que les a tranché MARAN dans......

Lire la Halacha

L’offense par la parole

Il est enseigné dans une Michna du traité Bava Métsi’a (58b): L’offense et la supercherie peuvent s’exprimer autant dans le domaine du commerce que dans la parole. (Ce qui signifie qu’au même titre qu’il est interdit d’escroquer et de t......

Lire la Halacha

Les cas pratiques de « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum »

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’essentiel du Din de la lecture de la Paracha chaque semaine, deux fois chaque verset et une fois sa traduction araméenne. Ce qui signifie qu’il incombe chaque juif l’obligation de lire la Paracha de......

Lire la Halacha