Halacha pour mercredi 30 Sivan 5778 13 juin 2018

Pour l'élévation de l'âme de  Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala

Pour l'élévation de l'âme de  Rivka Bat Rachel Léa

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Y a-t-il une obligation de se lever lors du Kaddich ou de « Baréh’ou » ?

Question: Lorsque l’officiant ou celui qui monte à la Torah dit « Baréh’ou Ete Hachem Ha-Mévorah’ », et que l’assemblée répond « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed », doit-on se lever à ce moment-là, ou est-il suffisant de se lever légèrement ? A-t-on le droit de ne pas se lever du tout?

Réponse: Dans son livre Darké Moshé, notre maître le RAMA fait mention d’une tradition selon laquelle on se lève lors de « Baréh’ou ». Cette tradition est aussi mentionnée dans le commentaire du Mordéh’i au nom du Yérouchalmi sur un verset au sujet de ‘Eglon roi de Moav où il est écrit : « Lève-toi, car la parole d’Hachem s’adresse à toi. » A partir de là, Rabbi Eli’ezer apprend que lorsque l’assemblée répond Amen « Yéhé Chémé Rabba » ou toute autre chose sacrée, on doit se lever.

On déduit de tout cela qu’il est obligatoire de se lever lors de « Baréh’ou » car même ‘Eglon roi de Moav se leva lorsque la parole d’Hachem s’adressa à lui.
C’est pourquoi il serait une obligation pour nous de nous lever lors du Kaddich ou de « Baréh’ou ».
Cette opinion du RAMA est partagée par d’autres décisionnaires, et parmi eux le Kabbaliste Rabbénou Ménah’em ‘Azarya de PANNO zatsal.

Cependant, Rabbénou H’aïm VITTAL, l’élève de notre maître le ARI, atteste que notre maître le ARI ne se levait absolument pas lors du Kaddich. Il lui confia que les propos du Yérouchalmi cités par le RAMA ne sont pas justes, car en réalité il ne s’agit pas d’un extrait du Yérouchalmi, mais seulement un vieux texte erroné imprimé par erreur à ‘intérieur du Yérouchalmi. Si le ARI était déjà debout lorsque l’officiant entamait le Kaddich, il attendait la fin du Kaddich pour s’asseoir.
Le RAMA fait lui aussi mention d’un usage similaire au début de ses propos dans Darké Moché, au nom du MAHARYL qui ne se levait pas lors du Kaddich ou de « Baréh’ou ».
S’il se trouvait debout lorsque l’officiant entamait le Kaddich, il attendait la fin du Kaddich pour s’asseoir.

Il en ressort que selon l’opinion de notre maître le ARI, il n’y a pas d’obligation de se lever lors du Kaddich ou de « Baréh’ou ».
Notre maître le ‘HYDA écrit que si Rabbénou Ménah’em ‘Azarya de PANNO avait eu connaissance des propos de notre maître le ARI, il aurait lui aussi admis qui il est permis de rester assis lors du Kaddich, car Rabbénou Ménah’em ‘Azarya de PANNO se réfère aux enseignements de notre maître le ARI dans la plupart de ses propos.

Notre maître Rabbénou Yossef H’AÏM de Bavel écrit dans son livre ‘Od Yossef H’aï qu’il a constaté l’usage en vigueur à Bagdad où les gens avaient l’habitude de se lever légèrement lors de « Baréh’ou ». il chercha une source à cet usage sans en trouver aucune. Cet usage est répandu dans quelques communautés où l’on se lève légèrement lors de « Baréh’ou ». Cet usage n’a pas de fondement, car selon l’usage Achkénaze conforme au RAMA, il faut se lever véritablement lors de « Baréh’ou », alors que selon l’usage Séfarade, il n’y a absolument pas de nécessité à se lever lors de « Baréh’ou ». Telle est l’opinion de tous les décisionnaires Séfarades récents, selon qui l’avis Halah’ique essentiel sur ce point est celui de notre maître le ARI selon qui, il n’y a pas d’obligation de se lever lors du Kaddich ou de « Baréh’ou ».

En conclusion: Selon l’usage Achkénaze, il faut se lever lors du Kaddich ou de « Baréh’ou ».
Selon l’usage Séfarade, il n’y a pas d’obligation de se lever lors du Kaddich ou de Baréh’ou.
Cependant, même selon l’usage Séfarade, si l’on est déjà debout lorsque l‘officiant entame le Kaddich, il faut attendre la fin du Kaddich pour s’asseoir.
Si un Séfarade prie avec des Achkénazes, il est bon qu’il se lève lui aussi lors du Kaddich ou de Baréh’ou afin de ne pas être assis parmi ceux qui se tiennent debout.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

זמן ברית המילה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Bénédiction sur le Pop-Corn israélien (« Chalva ») et sur les « Corn Flakes »

Question: Pour Tou Bichvatt, nous désirons consommer des « 7 espèces ». Pour le blé, nous envisageons de prendre de la « Chalva » - du blé gonflé, quelle bénédiction doit-on réciter? Réponse: Lorsqu’une c......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les galettes de riz et sur le riz soufflé

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que sur toute céréale du Dagan (blé ; orge ; épeautre ; avoine ; seigle) - comme du blé par exemple - qui est consommée à l’état crut sans la moindre......

Lire la Halacha

Douleurs dans les yeux pendant Chabbat

Nos maitres enseignent dans la Guémara Avoda Zara (28b): « La vision est reliée au diaphragme du cœur. » Cela signifie que selon les connaissances de nos maitres du Talmud, les yeux humains sont reliés au cœur, et par conséquent, si l&r......

Lire la Halacha

Citation de versets et du Nom d’Hachem sur des faire-part

Question: Est-il permis d’écrire les initiales ב''ה (initiales de « בעזרת ה' » - « Avec l’aide d’Hachem ») en entête de courrier et de lettres diverses ? De même, est-il permis d’écrire des versets sur des faire-pa......

Lire la Halacha


Le malade qui est en danger

Le malade qui est en danger, c’est une Mitsva de transgresser Chabbat pour faire le nécessaire pour le sauver comme le conduire en voiture à l’hôpital ainsi que faire tous les travaux interdits  Chabbat il existe une Mitsva de les transgresser pour sauver la vie ......

Lire la Halacha

Cas pratiques concernant un malade en danger pendant Chabbat

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que lorsqu’une personne est en danger pendant Chabbat, il est une obligation de transgresser Chabbat pour la sauver, en la transportant à l’hôpital en voiture, ou en allumant l’électricit&ea......

Lire la Halacha

La bénédiction du Pop-corn

Avant de traiter de la bénédiction sur le Pop-corn, nous devons introduire un autre sujet: La bénédiction sur des plantes odoriférantes mélangées à du sucre Il est expliqué à travers les propos du RAMBAM et des décision......

Lire la Halacha

Une petite quantité de pain avec des salades – Le problème qui se pose lors de réceptions

Nous avons expliqué dans la précédente Halacha que tous les aliments qui constituent un repas dans lequel on consomme du pain, sont acquittés de bénédiction par celle que l’on récite sur le pain. Nous avons cité l’explication du ......

Lire la Halacha