Halacha pour mardi 7 Cheshvan 5780 5 novembre 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Prendre des médicaments pendant Chabbat

Règles relatives à la prise de médicaments pendant Chabbat
Il est expliqué à plusieurs endroits de la Guémara Chabbat qu’il est interdit de prendre toutes formes de remèdes pendant Chabbat, comme prendre un médicament destiné à guérir une quelconque maladie par exemple.
Cette interdiction a pour raison un décret de nos maîtres interdisant le fait d’écraser des plantes médicinales.
En effet, nos maîtres du Talmud ont constaté la panique qui s’empare des gens lorsque la maladie les frappe - eux-mêmes ou leurs proches – et les pousse parfois à enfreindre de véritables interdictions de la Torah pendant Chabbat, afin de préparer les médicaments du malade, par exemple le fait d’écraser des plantes pour en faire des médicaments (c'est-à-dire moudre certaines herbes aux propriétés guérisseuses comme on en avait l’usage en ces temps là), c’est pourquoi nos maîtres interdirent d’utiliser toutes sortes de médicaments pendant Chabbat. (Mais selon ce que nous allons expliquer, il existe des manières avec lesquelles il est permis de se soigner pendant Chabbat).
Selon certains avis Halah’iques, puisque de notre époque il n’est plus d’usage de fabriquer des médicaments à la maison, ce décret n’a plus lieu d’être. Selon notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, il faut joindre cette opinion pour autoriser dans certains cas. 

Un médicament destiné à sauver des vies
MARAN écrit dans le Beit Yossef (chap.328) au nom de nos maîtres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) que de façon évidente le décret de nos maîtres ne s’applique aucunement à une situation de véritable danger de mort, ce qui signifie que lorsqu’il y a le moindre risque que les conséquences de la maladie puissent mettre la vie du malade en danger – puisque rien ne se dresse devant une situation de danger de mort – et même s’il ne s’agit que d’un doute de danger de mort, dans toutes ces situations il est un devoir de profaner Chabbat.
Même lorsqu’il y a plusieurs doutes qui peuvent laisser penser qu’il ne s’agit pas réellement d’un danger de mort, dans toutes situations à risque, nous devons transgresser Chabbat pour porter secours au malade, dès lors où il y a la moindre possibilité qu’il en vienne à un état de danger.
Même s’il faut enfreindre de véritables interdits de la Torah comme circuler en voiture ou autre, nous avons l’obligation de réaliser ces infractions pour une situation de danger.
Nos maîtres ont érigé le décret interdisant de prendre des médicaments pendant Chabbat seulement pour un malade souffrant d’une quelconque douleur (douleur ou indisposition physique), mais cette personne peut encore se déplacer comme toute personne en bonne santé, dans ce cas précis, il lui est interdit de prendre des médicaments pendant Chabbat.

A qui est-il permis de prendre des médicaments pendant Chabbat?
Une personne qui souffre d’une indisposition dans son ventre pendant Chabbat, il lui est interdit de prendre un médicament pour soigner son indisposition.
De même, une personne qui a attrapé froid ou bien qui tousse pendant Chabbat, il lui est interdit de prendre un médicament pour soigner sa toux ou son refroidissement.
Par contre, si son état lui indispose l’intégralité du corps, ou bien qu’il doit s’aliter du fait de son état, même si sa vie n’est pas en danger, il lui est malgré tout permis de prendre un médicament pour se soigner, car pour cette catégorie de malades, nos maîtres n’ont pas érigé le décret interdisant de se soigner par crainte d’écraser des plantes médicinales.
A fortiori dans une véritable situation de danger, dans ce cas il est permis de réaliser pour le malade tout ce qui est nécessaire pour le guérir.

La règle pour un enfant
Les enfants jusqu’à l’âge de 9 ans ne sont pas concernés par le décret de nos maîtres au sujet de la médication pendant Chabbat. Par conséquent, il est permis de leur donner des médicaments ou de leur pratiquer toute forme de médication. (Hazon Ovadia Chabbat vol.3 page 361).

En conclusion: Une personne qui n’est pas véritablement malade, mais qui souffre seulement d’un mal quelconque, comme la toux ou un mal de ventre par exemple, mais la personne peut marcher comme toute personne en bonne santé, il lui est interdit de prendre des médicaments pendant Chabbat pour soigner son mal.
Mais si la personne est tellement malade que tout son corps souffre de son mal, ou bien si la personne est forcée de s’aliter, il lui est permis de prendre des médicaments pour se soigner. De même, il est permis de donner des médicaments à un enfant pendant Chabbat jusqu’à l’âge de 9 ans.

Ce sujet contient de nombreux autres détails, comme la définition des médicaments qui n’ont pas la fonction de soigner, mais qui atténuent seulement la douleur, ou bien le statut des antibiotiques pendant Chabbat, comme l’expliquera la prochaine Halah’a avec l’aide d’Hachem.

8 Halachot Les plus populaires

Les traditions de la période de « Ben Hamétsarim »

Même si nous avons expliqué que l’on ne doit pas réciter la bénédiction de Chéheh’eyanou sur un fruit nouveau ou sur un vêtement nouveau, pendant la période de Ben Ha-Métsarim, depuis le soir du 17 Tamouz jusqu’à a......

Lire la Halacha

Se couper les cheveux pendant Ben Ha-Métsarim - (du 17 Tamouz au 9 Av) cette année (5780)

L’usage de s’interdire la coupe de cheveux En conséquence à la gravité du deuil en vigueur pendant la période de Ben Ha-Métsarim, les Achkénazim ont pour tradition de ne pas se couper les cheveux, ni de se raser, depuis le 17 Tamouz jusqu’......

Lire la Halacha

Le poisson et la viande

Après avoir appris ces derniers jours plusieurs règles concernant la consommation de la viande et des laitages, nous allons traiter de plusieurs règles concernant la consommation du poisson avec la viande, ainsi que d’autres sujets liés à cette interdiction. ......

Lire la Halacha

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha


L’interdiction de consommer de la viande et des laitages sur la même table

Raisons et définitions de la Halacha Une personne qui consomme des laitages, n’a pas le droit de placer de la viande sur la même table. Ou bien le contraire, une personne qui consomme de la viande, n’a pas le droit de placer des laitages sur la même table. Ceci par d&......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha