Halacha pour dimanche 5 Cheshvan 5780 3 novembre 2019

Pour la guérison totale de Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN) parmi tous les malades d'Israël

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

Pour la guérison totale et rapide de:
Ethan Chlomo Ben Yoni parmi tous les malades d'Israël Amen
Jacques Jacky Yaakov Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

L’emballage de gélules

Question: Est-il permis de déchirer pendant Chabbat l’emballage aluminium qui enveloppe une gélule ou un comprimé?

Réponse: Les gélules ou comprimés fabriqués de notre époque sont enveloppés à l’usine sur un de leurs côtés d’une matière plastique, et sur l’autre côté d’une matière aluminium sur laquelle il est écrit le nom du médicament.

Or, lorsqu’on désire extraire la gélule, il faut déchirer l’emballage aluminium qui l’entoure.
L’une des activités interdites pendant Chabbat (enseignées dans le traité Chabbat chapitre 7) est celle d’effacer (« Moh’ek »), et puisque le nom du médicament est inscrit sur l’emballage aluminium, si l’on déchire cet emballage, cela entrainera l’impossibilité de lire ce qui était écrit. Il y a là une crainte de l’interdiction d’effacer pendant Chabbat.        
C’est pourquoi, nous devons définir s’il est oui ou non permis de déchirer pendant Chabbat l’emballage qui entoure la gélule.

En réalité, l’interdiction d’effacer une écriture pendant Chabbat est un interdit de la Torah, mais ceci à la condition que l’on efface afin de réécrire, comme quelqu’un qui efface une écriture écrite sur un cahier par exemple, l’effacement permet de réécrire sur le papier. Mais lorsque l’on n’efface sans intention de réécrire, cela ne représente qu’un interdit érigé par nos maîtres qui ont décrété qu’un tel effacement est également interdit pendant Chabbat.
Il est certain que l’effacement d’une écriture se trouvant derrière l’emballage de gélules n’est pas considéré comme un effacement dans l’intention de réécrire.
Le sujet de notre question ne concerne donc que l’interdit d’effacer pendant Chabbat érigé par nos maîtres, mais il n’y a absolument pas le moindre risque de transgression du véritable interdit d’effacer selon la Torah.

Nous devons donc débattre à partir d’un principe cité de nombreuses fois par notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l à travers ses nombreux ouvrages, principe selon lequel lorsqu’une personne enfreint pendant Chabbat un interdit érigé par nos maîtres sans avoir de pensée particulière vers cet interdit (dans le langage de décisionnaires « Lo Mitkavène »), et aussi lorsque la conséquence de cette transgression lui est complètement égale (« Lo Ih’pate Lé »), dans ces conditions, il y a matière à autoriser.

Voici un exemple:
Lorsqu’une personne marche sur la neige pendant Chabbat, malgré le fait qu’elle écrase la neige en marchant, puisque l’interdit d’écraser la neige n’est qu’érigé par nos maîtres, il est permis de marcher sur la neige pendant Chabbat car la marche entraine uniquement un interdit érigé par nos maîtres « qui n’apporte aucune satisfaction à la personne » et de plus « ça lui est égale ». Cela reste donc permis pendant Chabbat. (Hazon Ovadia-Chabbat vol.4 page 171).   Il en est de même concernant le fait de déchirer l’emballage de comprimés ou autres médicaments. Puisque la personne qui déchire l’emballage ne vise strictement pas l’effacement des lettres, et de plus, cette conséquence lui est complètement égale, il semble donc qu’il y a matière à autoriser la déchirure d’emballages de médicaments afin de pouvoir les utiliser pendant Chabbat.

C’est ainsi que tranche le Gaon Rabbi Chlomo Zalman OYERBACH z.ts.l comme le rapporte le livre Chemirat Chabbat Ké-Hilh’ata (page 519) où il est ajouté que même selon l’opinion des décisionnaires qui interdisent un cas similaire, malgré tout, en situation de maladie où l’on doit prendre des médicaments pour se guérir, l’essentiel est qu’il faut autoriser.

Malgré tout, la personne qui s’impose la rigueur de déchirer l’emballage depuis la veille de Chabbat en préparant le nombre exact de comprimés ou de gélules qu’elle aura besoin pendant Chabbat, cette personne est digne de la Bénédiction. En particulier, lorsqu’il s’agit de gélules ou comprimés qui ne sont pas nécessairement destinés à un malade.

En conclusion: Il est permis selon le strict Din de déchirer l’emballage de comprimés ou gélules pendant Chabbat, même si le fait de déchirer l’emballage va engendrer l’effacement de l’écriture qui se trouve sur l’emballage. Toutefois, la personne qui s’impose la rigueur de déchirer depuis la veille de Chabbat, cette personne est digne de la Bénédiction.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles de priorité dans les bénédictions alimentaires

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que dans certaines situations il faut donner priorité à un certain aliment du fait de son importance, par exemple un des sept fruits d’Israël. A présent, nous allons expliquer qu’il y a des cas......

Lire la Halacha

Sucer un fruit

Question: Lorsqu’on suce une orange ou un pamplemousse, sans mâcher avec les dents, doit-on réciter la bénédiction de Boré Péri Ha-‘Ets au même titre que la bénédiction que l’on doit réciter lorsqu’on mange u......

Lire la Halacha

Faire des biscottes ou des croûtons le Chabbat

Question: est-il permis le jour de Chabbat de mettre des tranches de pain ou une pita sur la plaque chauffante afin qu’ils durcissent et deviennent grillés comme des biscottes ou des croûtons? Réponse : concernant cette question, deux problèmes sont à ......

Lire la Halacha

Règles relatives à la bénédiction des fruits

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un ordre de priorité aux bénédictions alimentaires. Par exemple, lorsqu’on s’apprête à consommer des dattes et des pommes, on doit réciter la bén&eac......

Lire la Halacha


Suite des règles de l’ordre de priorité dans les bénédictions alimentaires

Conclusions des règles déjà apprises Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un certain ordre dans la récitation des bénédictions alimentaires. Parfois, cet ordre dépend de l’importance de l&r......

Lire la Halacha

Lorsqu’on a oublié de réciter les bénédictions du matin

Les bénédictions du matin – depuis la bénédiction de Elo-haï Néchama jusqu’à la fin des bénédictions sur la Torah – sont une obligation pour tous, les hommes comme les femmes, comme nous l’avons déjà e......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question: Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture? Réponse: Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la no......

Lire la Halacha

Une femme qui a oublié de réciter les bénédictions sur la Torah

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que lorsqu’on a oublié de réciter les bénédictions sur la Torah et qu’on s’en rend compte après avoir terminé la prière du matin, on ne peut plus les ré......

Lire la Halacha