Halacha pourmardi 1 Shevat 5779 janvier 7 2019

La règle de « ‘Ikar et Tafel » dans les bénédictions (Aliment principal et aliment accessoire)

Question: Une personne qui consomme un morceau de pain avec du poisson, doit-elle réciter la bénédiction uniquement sur le poisson, étant donné que le pain ne lui est qu’accessoire?

Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué l’essentiel de la règle de « ‘Ikar et Tafel » dans les bénédictions, règle selon laquelle la bénédiction récitée sur le ‘Ikar (aliment principal) acquitte le Tafel (aliment accessoire). Par exemple, quelqu’un qui consomme un plat de riz dans lequel se trouvent un peu de petit-pois, ne récite pas la bénédiction de « Boré Péri Ha-Adama » sur les petits pois, il lui sera suffisant de réciter la bénédiction de « Boré Miné Mézonot » sur le riz, puisqu’il est l’aliment principal.

Est-ce que le pain peut être considéré comme aliment accessoire aux aliments?
Il est enseigné dans une Michna du traité Bérah’ot (44a):
Si on lui apporte d’abord un Maliah’ (aliment très salé ou très doux, voir Tossafot) accompagné d’un morceau de pain, il devra réciter la bénédiction sur le Maliah’ et acquitter le pain de bénédiction, car le pain n’est qu’accessoire au Maliah’. Voici la règle : tout aliment qui est principal et qui est accompagné d’un aliment secondaire (accessoire), on doit réciter la bénédiction sur l’aliment principal en acquittant ainsi l’aliment secondaire.

Cela signifie que si l’on apporte à une personne un fruit doux, ou toutes sortes de confitures, et qu’en raison de la douceur du fruit, la personne doit ensuite consommer quelque chose comme du pain par exemple, afin d’atténuer la douceur du fruit, ou bien une personne qui consomme un aliment très salé ou très relevé, avec la seule intention de tirer satisfaction seulement de cet aliment, et que cette personne désire ensuite consommer un peu de pain afin d’atténuer le côté relevé ou salé de l’aliment, cette personne ne récitera pas la bénédiction sur le pain, car le pain est dans ce cas totalement secondaire à l’autre aliment.

Les propos de Rabbénou Yona
Rabbenou Yona écrit que de façon évidente, cette Michna ne vient pas nous enseigner le simple Din selon lequel la bénédiction récitée sur l’aliment principal acquitte de bénédiction l’aliment secondaire, car c’est une chose qui découle de façon évidente de ce que l’on a appris dans la partie précédente de cette même Guémara:
« Lorsqu’on a récité la bénédiction sur le pain, on a aussi acquitté l’accompagnement ».
Selon Rabbenou Yona, nos maîtres ont voulu nous enseigner par cette Michna que même le pain qui est pourtant le plus important des aliments, peut parfois prendre un statut de secondaire, lorsqu’il est consommé seulement pour atténuer le goût d’un autre aliment consommé précédemment.

C’est ainsi que tranchent les décisionnaires ainsi que MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.212) en ces termes:
« Pour tout aliment principal accompagné d’un aliment secondaire (aliment sans importance), on récite la bénédiction sur l’aliment principal et on acquitte ainsi de bénédiction l’aliment secondaire, aussi bien de la bénédiction initiale, aussi bien de la bénédiction finale. Non seulement lorsque les 2 aliments sont mélangés l’un à l’autre, mais aussi lorsqu’ils sont distincts. Même s’il s’agit de pain qui est généralement considéré comme l‘aliment le plus important, s’il est secondaire, par exemple lorsqu’on a consommé un poisson salé et que l’on désire consommer un peu de pain afin que le poisson n’affecte pas la gorge (afin que la personne ne soit pas incommodée par le goût salé), dans ce cas on récite la bénédiction sur le poisson et l’on acquitte de bénédiction le pain puisqu’il est secondaire au poisson. »

Il n’est pas évident de dire que le pain peut être accessoire
Cependant, il est évident que l’on ne peut pas toujours établir que le pain nous est secondaire, par exemple lorsqu’on consomme une pâte à tartiner sur du pain, et que l’on déclare que la pâte à tartiner nous est plus importante que le pain, il est évident que dans un tel cas c’est le pain qui est considéré comme aliment principal et c’est sur le pain qu’il faut dans ce cas réciter la bénédiction en acquittant de bénédiction la pâte à tartiner. Ce n’est que lorsque le pain ne vient que pour atténuer un goût, qu’il est considéré comme secondaire, car dans un tel cas, on n’est nullement intéressé par sa consommation, dans ce cas, le Din est qu’il ne faut réciter aucune bénédiction sur le pain.

Dans ce cas là bien sûr, le statut du pain est différent des autres aliments

En conclusion: Si l’on consomme un aliment très salé ou très doux, et que l’on désire consommer ensuite du pain seulement pour atténuer le goût de l’aliment précédent, dans ce cas, on ne récite pas de bénédiction sur le pain, car il a été acquitté par la bénédiction récitée sur l’autre aliment.
Par contre, si le pain vient lui aussi procurer du goût, par exemple un morceau de pain avec du poisson, dans ce cas le pain est considéré comme aliment principal, et il faudra donc réciter la bénédiction sur le pain et non sur le poisson.

Dans les prochaines Halah’ot, nous expliquerons d’autres cas pratiques sur ce sujet.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Laws of Chametz and Kitniyot (Legumes) on Pesach-5779- Maran zt”l’s Correction

The Essence of Leavening The Torah (Shemot 13) tells us regarding the holiday of Pesach: “Matzot shall be eaten for seven days; neither leaven nor sourdough shall be seen in all of your borders.” The leaven that the Torah prohibits is produced by the combination of grain-flour and water......

Lire la Halacha

The Laws of Hearing Parashat Zachor

“Remember What Amalek Has Done to You” On the Shabbat preceding Purim, which is this coming Shabbat, after the opening of the Ark immediately following Shacharit prayers, two Sifrei Torah are removed; in the first one, we read the weekly Parasha (which is Parashat Vayikra this year, 577......

Lire la Halacha

The Custom of the “Commemoration of the Half-Shekel”-5779

It is customary to donate money before Purim as “a commemoration of the Half-Shekel” which was donated by the entire Jewish nation when the Bet Hamikdash stood. This money is customarily collected on the eve of Purim before reading the Megillah, as our Sages tell us (Megilla 13b) that &l......

Lire la Halacha

Arriving Late to or Skipping Some Portions of the Megillah Reading

Every member of the Jewish nation is obligated to read the Megillah on the day of Purim. One must read it during the night and once again the next day, as the verse states, “My G-d, I call out to you during the day and you do not answer; during the night I have no rest.” This verse is wr......

Lire la Halacha


The Laws of Koshering Vessels for Pesach

One may not use Chametz vessels on Pesach since vessels which have been used to cook in or have had hot Chametz placed in them have Chametz flavor absorbed in them. Thus, just as we separate between meat and dairy utensils all year long, we must likewise separate between the utensils we use all year......

Lire la Halacha

Matanot La’Evyonim

In the previous Halacha we briefly discussed the Mitzvah of “Matanot La’Evyonim” on Purim day which is the distribution of two monetary gifts, one to each pauper. What Must One Give? In order to fulfill this Mitzvah, one need not give actual gifts; rather, it is permissible to ......

Lire la Halacha

The Laws of Mishloach Manot

Purim this year will fall out at the end of next week. The Fast of Esther will be observed next Wednesday and Purim will be observed on Thursday in most places and on Friday in Jerusalem. The Mitzvah of Mishloach Manot The verse in the Megillat Esther (9, 22) states: “In order to mark them......

Lire la Halacha

The Salvation of the Jewish Nation on Purim

The verse in Megillat Esther (Chapter 3) states: “And Haman said to King Achashverosh: There is a certain nation scattered and dispersed among the nations in all the provinces of your kingdom and their laws are diverse from those of every nation and neither do they keep the king’s laws; ......

Lire la Halacha