Halacha pour lundi 7 Tammuz 5780 29 juin 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Mi'haël Ben Ra'hel (Michaël Saura de Lyon)
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Desiré Yaakov Ben Sa'ida (Bensoussan)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon,
parmi tous les malades d'Israël Amen.

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année?

Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un fruit nouveau que l’on n’a pas consommé depuis l’année précédente, comme des fraises ou des grenades qui se renouvellent chaque année.
Nous devons donc définir si l’on doit également réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année, comme le parfum du jasmin qui pousse chaque année durant les mois d’été. Ou bien sur des roses qui se renouvellent elles aussi d’année en année.
Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » après avoir récité la bénédiction propre au parfum ou non?

Notre maître le RADBAZ – Rabbi David BEN ZIMRA – écrit dans une Tchouva que sur un parfum agréable qui se renouvelle d’année en année – comme le parfum des roses ou du jasmin – nous devons réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou ». il est vrai qu’en général nous n’accordons pas d’importance particulière à l’odeur – et ceci se répercute sur différentes lois – malgré tout, concernant le profit du parfum pour lequel nos maîtres ont instauré la bénédiction des parfums, il est certain qu’il en est de même vis-à-vis de la bénédiction de « Chéhéh’éyanou », puisque l’être humain en tire un profit, il est tenu de réciter une bénédiction sur ce parfum, et il en est de même pour la bénédiction de « Chéhéh’éyanou ».
Ces propos du RADBAZ sont cités par de nombreux décisionnaires.

Cependant, le Gaon auteur du livre Chiyaré Kenesset Ha-Guédola fait remarquer - en citant le Léh’em H’amoudott - que si l’on ne récite pas de bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum c’est simplement parce que le profit est faible. C’est d’ailleurs pour cette même raison que nous ne récitons pas de bénédiction finale après avoir senti un parfum agréable, comme l’écrit Rachi. Par conséquent, la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » n’est donc pas non plus récitée lorsqu’on sent un parfum qui se renouvelle d’année en année.

Il y a encore une autre raison à notre usage de ne pas réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un nouveau parfum.
En effet, le Léh’em H’amoudot cité précédemment fait mention des propos du Gaon Rabbi Moché Levy DAYAN z.ts.l qui écrit que le parfum agréable n’est pas seulement le profit du corps, mais surtout celui de l’âme, comme il est écrit dans le Tehilim : « Toute âme rendra gloire à Hachem.. » Il n’est donc pas approprié de réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur une chose qui est le profit essentiel de l’âme et non celui du corps. Le corps a besoin de réciter continuellement la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur les profits qui se renouvellent chaque année.
C’est pour cela qu’il ne faut pas réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum agréable qui se renouvelle chaque année, car le profit essentiel de l’odorat est celui de l’âme qui est éternelle.

Malgré tout cela, le Gaon auteur du Chou’t Pé’oulat Tsaddik rapporte que dans son enfance, il a consté que ses maitres récitaient la bénédiction de « Chéhéh’éyanou ». il s’étend longuement afin de justifier l’usage de ses maîtres sur ce point.
Cependant, notre maître le H’YDA écrit qu’étant donné que nous avons un principe fondamental selon lequel « dans chaque situation de doute sur la récitation d’une bénédiction, nous ne la récitons pas » (« Safek Bérah’ot Léhakel »), par conséquent il ne faut pas réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum agréable.
De plus, si l’opinion du RADBAZ était réellement fondée, il est un peu difficile à admettre qu’aucun décisionnaire parmi les Richonim (de l’époque médiévale) n’en a fait mention.

Par conséquent, selon la Halacha il ne faut pas réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum agréable, car quoi qu’il en soit nous ne sortons pas pour autant d’une divergence d’opinions Halah’ique.
Cependant, la personne qui veut faire preuve de piété , est autorisée à réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum agréable, mais sans prononcer le Nom d’Hachem et l’expression de sa Royauté en disant seulement « Barouh’ Chéhéh’éyanou Vékiyémanou Véhigui’anou Lazémane Hazé », et pas plus.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Chabbat Zah’or – Le corona

« Souviens-toi de ce que t’as fait ‘Amalek » Le Chabbat qui précède Pourim (ce Chabbat 20 février), lors de l’ouverture du Héh’al à la synagogue, nous sortons 2 Sifré Torah. Dans le 1er nous lirons la Paracha de la semain......

Lire la Halacha

Le devoir de Matanot La-Evyonim – Le Corona

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

L’obligation du repas de Pourim cette année (5781)

Le repas de Pourim la nuit La fête de Pourim diffère des autres fêtes que nous possédons car pour toutes les fêtes, la Mitsva de se réjouir par un repas, est en vigueur aussi bien la journée que la nuit, alors que pour la fête de Pourim, le devoir......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott » - 5781

Les jours de Pourim Dans environ 15 jours, tomberont les jours de Pourim. Cette année, nous devons expliquer quelques règles spécifiques. D’abord, parce que le 14 Adar (jour de Pourim) tombe un vendredi. Ensuite, parce que les habitants de Jérusalem devront cett......

Lire la Halacha


Michloa’h Manott envoyé conjointement par une épouse et son mari

Question: Je suis chez moi pour Pourim, et je n’envois pas moi-même le Michloa’h Manott. Puis-je m’acquitter de mon obligation en me joignant au Michloa’h Manott envoyé par mon mari? Réponse: Nous devons d’abord expliquer le statut des femmes vis-......

Lire la Halacha

La Mitsva de se réjouir et d’étudier la Torah le jour de Pourim

Il est un devoir de faire un grand repas le jour de pourim. Léh’atéh’ila (selon le Din à priori), il faut consommer du pain lors de ce repas. Le RAMBAM écrit (chap.2 des règles relatives à la Méguila, règle 15): Comment devons-......

Lire la Halacha

Le prénom du père ou le prénom de la mère? – Hachkava et prière pour un malade

Question: Lorsque l’on prie pour une personne malade afin qu’elle guérisse, faut-il mentionner son nom dans la prière ou non ? Si l’on doit mentionner le nom du malade, doit-on mentionner son prénom ainsi que celui de sa mère ou bien celui de son p&egrav......

Lire la Halacha

La Mitsva de BIKOUR ‘HOLIM (Rendre visite aux malades)

Il y a environ 15 ans, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l s’est entretenu avec nous au sujet de la « Halacha Yomit », et il nous a exprimé son avis selon lequel il serait bon d’étudier de temps en temps des sujets Halachiques imprégnés de suj......

Lire la Halacha