Halacha pourmardi 7 Tammuz 5780 juin 29 2020

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année?

Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un fruit nouveau que l’on n’a pas consommé depuis l’année précédente, comme des fraises ou des grenades qui se renouvellent chaque année.
Nous devons donc définir si l’on doit également réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année, comme le parfum du jasmin qui pousse chaque année durant les mois d’été. Ou bien sur des roses qui se renouvellent elles aussi d’année en année.
Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » après avoir récité la bénédiction propre au parfum ou non?

Notre maître le RADBAZ – Rabbi David BEN ZIMRA – écrit dans une Tchouva que sur un parfum agréable qui se renouvelle d’année en année – comme le parfum des roses ou du jasmin – nous devons réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou ». il est vrai qu’en général nous n’accordons pas d’importance particulière à l’odeur – et ceci se répercute sur différentes lois – malgré tout, concernant le profit du parfum pour lequel nos maîtres ont instauré la bénédiction des parfums, il est certain qu’il en est de même vis-à-vis de la bénédiction de « Chéhéh’éyanou », puisque l’être humain en tire un profit, il est tenu de réciter une bénédiction sur ce parfum, et il en est de même pour la bénédiction de « Chéhéh’éyanou ».
Ces propos du RADBAZ sont cités par de nombreux décisionnaires.

Cependant, le Gaon auteur du livre Chiyaré Kenesset Ha-Guédola fait remarquer - en citant le Léh’em H’amoudott - que si l’on ne récite pas de bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum c’est simplement parce que le profit est faible. C’est d’ailleurs pour cette même raison que nous ne récitons pas de bénédiction finale après avoir senti un parfum agréable, comme l’écrit Rachi. Par conséquent, la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » n’est donc pas non plus récitée lorsqu’on sent un parfum qui se renouvelle d’année en année.

Il y a encore une autre raison à notre usage de ne pas réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un nouveau parfum.
En effet, le Léh’em H’amoudot cité précédemment fait mention des propos du Gaon Rabbi Moché Levy DAYAN z.ts.l qui écrit que le parfum agréable n’est pas seulement le profit du corps, mais surtout celui de l’âme, comme il est écrit dans le Tehilim : « Toute âme rendra gloire à Hachem.. » Il n’est donc pas approprié de réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur une chose qui est le profit essentiel de l’âme et non celui du corps. Le corps a besoin de réciter continuellement la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur les profits qui se renouvellent chaque année.
C’est pour cela qu’il ne faut pas réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum agréable qui se renouvelle chaque année, car le profit essentiel de l’odorat est celui de l’âme qui est éternelle.

Malgré tout cela, le Gaon auteur du Chou’t Pé’oulat Tsaddik rapporte que dans son enfance, il a consté que ses maitres récitaient la bénédiction de « Chéhéh’éyanou ». il s’étend longuement afin de justifier l’usage de ses maîtres sur ce point.
Cependant, notre maître le H’YDA écrit qu’étant donné que nous avons un principe fondamental selon lequel « dans chaque situation de doute sur la récitation d’une bénédiction, nous ne la récitons pas » (« Safek Bérah’ot Léhakel »), par conséquent il ne faut pas réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum agréable.
De plus, si l’opinion du RADBAZ était réellement fondée, il est un peu difficile à admettre qu’aucun décisionnaire parmi les Richonim (de l’époque médiévale) n’en a fait mention.

Par conséquent, selon la Halacha il ne faut pas réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum agréable, car quoi qu’il en soit nous ne sortons pas pour autant d’une divergence d’opinions Halah’ique.
Cependant, la personne qui veut faire preuve de piété , est autorisée à réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum agréable, mais sans prononcer le Nom d’Hachem et l’expression de sa Royauté en disant seulement « Barouh’ Chéhéh’éyanou Vékiyémanou Véhigui’anou Lazémane Hazé », et pas plus.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Law Regarding a Woman Who Forgets to Recite the Blessings of the Torah

We have explained in the previous Halacha that if one forgets to recites the Blessings of the Torah and only realizes this after one has concluded Shacharit prayers, one may no longer recite these blessings, for one has already fulfilled his obligation with the “Ahavat Olam” blessing rec......

Lire la Halacha

The Order for Lighting Shabbat and Chanukah Candles

There is a disagreement among the Rishonim as to the order of lighting Shabbat and Chanukah candles on Erev Shabbat Chanukah. The Ba’al Halachot Gedolot (commonly referred to as “Behag”) is of the opinion that Chanukah candles must be lit before Shabbat candles because women cu......

Lire la Halacha

The Law Regarding One Who Forgets to Recite the Morning Blessings

The Morning Blessings (“Birkot Ha’Shachar”) are the blessings recited every morning beginning from the “Elohai Neshama” blessing until the end of the Blessings of the Torah. Both men and women must recite these blessings, as we have discussed in the laws of the Morning ......

Lire la Halacha

Washing Dishes On Shabbat When Other Dishes Are Available

Question: May one wash dishes which are necessary for use on Shabbat even if one has other dishes to be used for the remaining Shabbat meals? Answer: Nowadays, most people own enough dishes to use for at least two meals, if not more. Based on this the above question arises: Will it be permissible......

Lire la Halacha


Washing Dishes on Shabbat Night and Pouring Water on Dirty Dishes

Question: Upon the conclusion of the Shabbat night meal, may one immediately wash the dishes for the Shabbat day meal or should this only be done during the day closer to the start of the meal? Also, is it permissible to pour water onto soiled dishes (which one no longer needs for Shabbat) so that i......

Lire la Halacha

Question: May one recite the Amida prayer in front of a curtain (covering the Aron Kodesh) which is adorned with various designs?

Answer: The Rambam writes in one of his responses (Freiman edition, Chapter 20): “It is incorrect to pray in front of garments with designs on them, even if the designs are not protruding. We usually close our eyes when it happens that we must pray in front of a wall or garment adorned with de......

Lire la Halacha

Washing Dishes Which May Possibly Be Necessary on Shabbat

Question: Is it permissible to wash dishes on Shabbat which do not seem to be necessary on Shabbat but might possibly be? Answer: In the previous Halachot, we have explained the general rule that one may not wash dishes on Shabbat if they are not necessary for the day of Shabbat itself. The sourc......

Lire la Halacha

One Who Is In Doubt If One Recited the Morning Blessings or Not

In the previous Halacha, we have discussed the general obligations regarding the morning blessings and the blessings of the Torah. We have explained that there is no difference in terms of this obligation between men and women besides for the fact that women do not recite the blessing of “Shel......

Lire la Halacha