Halacha pour dimanche 21 Shevat 5779 27 janvier 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Respecter des parents non-religieux

Question: Y a-t-il une obligation de respecter ses parents, même lorsqu’il s’agit de parents non-religieux qui persévèrent dans leur voie, qui n’observent pas le Chabbat ni la Cacherout, ni même les lois de pureté familiale, ou bien dans ces conditions, il n’y a pas d’obligation de les respecter?

Réponse: Notre maître le RAMBAM écrit (chap. 6 des règles relatives aux renégats):
« … même si le père est un Racha’ (un impie) et accomplit des transgressions, le fils est tenu de le respecter et de le craindre. »

Nous apprenons à partir de là que selon le RAMBAM, même si les parents sont de véritables impies, il faut les respecter et les craindre.
A fortiori lorsqu’il s’agit des laïcs de notre époque, dont la plupart agissent par pure ignorance de la douceur et de l’importance de notre sainte Torah, car ils ont reçu une éducation détériorée depuis l’enfance, et on les a déracinés de cette religion pour laquelle leurs ancêtres ont sacrifié leurs vies durant des millénaires. 

Cependant, les propos du RAMBAM ne sont pas partagés par tous les décisionnaires. En effet, le TOUR réfute les propos du RAMBAM et écrit:
« Il me semble que si le père est un impie, le fils n’est pas tenu de le respecter. »
Le TOUR cite des preuves à ses paroles.
De nombreux Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) tranchent selon l’opinion du TOUR.
Cependant, le Gaon Rabbi Ya’akov BERLIN (des Rabbanim d’Allemagne il y a environ 300 ans) écrit au nom de Rabbenou Yéhonatan EWESHITZ qu’il faut interpréter les propos du RAMBAM selon ce qui est expliqué dans la Guémara Kiddouchin (49b):
Celui qui dit à une femme : te voici sanctifiée (fiancée) à moi à la condition que je sois un Tsaddik. Même s’il s’agit d’un Racha’, la femme est déclarée Mékoudechete (fiancée à lui), car on prend en considération l’hypothèse selon laquelle il aurait eu à cet instant des réflexions de Téchouva.
Selon cela, il faut dire qu’un fils est tenu de respecter son père (même s’il s’agit d’un Racha’), car on peut prendre en considération l’hypothèse selon laquelle le père a peut être eu des réflexions de Téchouva.
Mais malgré cela, de nombreux décisionnaires réfutent l’opinion du Gaon Rabbi Yéhonatan EWVESHITZ, car selon ses propos, l’obligation de respecter son père Racha’ n’incombe le fils que par doute, alors que selon les propos du RAMBAM, cette obligation l’incombe de façon certaine. Ces mêmes décisionnaires ont écrit différentes interprétations des propos du RAMBAM.

Du point de vue de la Halacha, MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ tranche selon l’opinion du RAMBAM selon qui, même s’il s’agit de parents impies, le fils est tenu de les respecter.
C’est ainsi que tranche notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, en particulier de notre époque où la Providence Divine ne se remarque pas de façon dévoilée comme elle l’était du temps où les miracles étaient fréquents, quand on utilisait la Bat Kol (la voix céleste), et quand les Taddikim de la génération étaient dirigés par la Providence Divine, visible à l’œil de tout le monde.
Mais de notre époque, la foi a été déracinée de la classe moyenne du peuple, et la conduite d’Hachem se fait de façon voilée. C’est pourquoi, il faut se comporter avec respect même envers des parents impies afin de contribuer à l’amour du Nom d’Hachem par leur intermédiaire.

Mais notre maître le Rav z.ts.l ajoute que tout ceci n’est valable qu’envers des parents qui n'importunent pas leurs enfants qui ont eu le mérite de faire Téchouva, et qui les admirent pour avoir eu le courage de faire Téchouva, ou qui restent au moins indifférents envers leurs enfants.
Mais s’il s’agit de parents hostiles à leurs enfants parce qu’ils ont fait Téchouva, et les oppressent par haine pour la religion, ces gens sont à considérer comme des hérétiques et Apikorsim envers qui il est certain qu’il ne faut exprimer aucune marque de respect, car Hachem les a privés de tout respect. Dans un tel cas – si le fils en a la possibilité – il est préférable qu’il se sépare complètement de ses parents et qu’il aille vivre dans une autre ville afin de ne pas les rencontrer.
Mais ceci ne doit être envisagé qu’après avoir consulté des gens érudits dans la Torah et qui craignent Hachem, qui indiqueront la meilleure voie à suivre sur ce problème délicat, s’il faut couper tout contact avec de tels parents hostiles à la Téchouva de leurs enfants mais qui les ont élevés durant des années, ou bien s’il faut opter pour une vague relation avec eux, constituée de quelques brèves rencontres très espacées.

Quoi qu’il en soit, aussi bien selon le TOUR qui pense qu’il n’y a pas d’obligation de respecter des parents impies, aussi bien selon le RAMBAM qui pense que l’on est malgré tout tenu de les respecter, il est certain qu’il est interdit de leur faire de la peine ou de les mépriser, comme il est rapporté dans le Zohar Ha-Kadoch au sujet de Rah’el qui n’a pas mérité d’élever Yossef parce qu’elle a fait de la peine à son père Lavan au sujet des idoles.

Si – à D.ieu ne plaise – on a un fils ou une fille qui se sont écarté du droit chemin, on ne doit pas se hâter à les abandonner et à couper tout contact avec eux, car cette voie ne mènera à rien. On doit au contraire s’efforcer à les rapprocher autant que possible, car ils feront peut être une sincère Téchouva, et si ce n‘est pas eux ce sera peut être leurs enfants qui auront ce mérite.

Mais dans ce cas aussi il faut consulter des érudits dans la Torah, clairvoyants et compétents en matière d’éducation, afin qu’ils indiquent la meilleur voie à suivre dans ces situations complexes.

Hachem ramènera tous les fauteurs du peuple d’Israël dans le chemin de la Téchouva sincère, AMEN.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

איסור בישול פירות בשבת
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire ; Se laver ; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est in......

Lire la Halacha

Havdala le samedi soir où tombe le 9 Av – Règle pour un malade qui mange le jour du 9 Av

Pour une année où le 9 Av tombe un samedi soir – comme cette année 5779 – nos maitres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) débattent afin de définir comment faut-il procéder en ce qui concerne la H......

Lire la Halacha

Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Séouda Mafseket (repas avant le jeûne) cette année (5779)

La veille du 9 Av, nos maîtres ont interdit (selon le strict Din et non selon la tradition) de consommer de la viande et du vin lors de Séouda Hamafseket (le repas que nous prenons avant le début du jeûne, après la moitié de la journée). De même, ......

Lire la Halacha


« Hatmana » (recouvrir les plats) pendant Chabbat

Question: Est-il permis pendant Chabbat de recouvrir d’une serviette une marmite posée sur la plaque? Réponse: Dans le passé, on avait l’usage d’enfouir la marmite qui contenait le plat, dans la terre ou autre, afin de préserver la chaleur du plat. E......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av, ainsi que les règles du 9 AV cette année

Un malade sans danger ; une personne âgée ; une femme accouchée Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av. Dans le cas d’un doute, il faut consulter une autorit......

Lire la Halacha

L’interdit de cuire pendant Chabbat

Il y a quelques années, nous avons expliqué certaines règles relatives à la cuisson et au réchauffement d’aliments pendant Chabbat. Nous allons à présent revenir sur ces règles, en ajoutant plus de détails. L’interdit de c......

Lire la Halacha

Rapporter un plat sur la plaque électrique pendant Chabbat

« Chéhiya » (placer une plat avant Chabbat) – « Hatmana » (enfouir, recouvrir un plat) – « ‘Hazara » (remettre un plat à chauffer pendant Chabbat)  Dans les précédentes Halachot, nous avons développ&eacu......

Lire la Halacha