Halacha pour mercredi 13 Kislev 5780 11 décembre 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd un enfant ou un frère ou une sœur (qu’Hachem nous en préserve), il doit dire le Kaddich pour l’élévation de leur âme.

Lorsqu’une personne décède sans laisser de fils, il est bon dans ce cas de louer les services d’un érudit dans la Torah afin qu’il dise le Kaddich pour l’élévation de son âme. Cela signifie qu’il faut établir avec l’érudit qu’en échange d’une somme d’argent, il s’engage à dire le Kaddich à chaque office, comme s’il était le propre fils du défunt. Ainsi, le défunt pourra bénéficié du Kaddich qui contribuera à l’élévation de son âme. Ceci constitue également une très grande Mitsva puisqu’on soutient ainsi les érudits dans la Torah.

Nos maitres enseignent dans le Midrach:
Un jour, Rabbi ‘Akiva aperçut un homme nu et noir comme du charbon.
Cet homme portait une lourde charge d’épines sur sa tête. Il courrait comme un cheval.
Rabbi ‘Akiva lui ordonna de s’arrêter et lui demanda :
« Pourquoi fais-tu un travail aussi dur ?! Si tu es un esclave et que c’est ton maitre qui t’inflige cela, je vais te racheter. Si tu es pauvre, je vais t’enrichir. »
L’homme répondit:
« S’il te plait, ne me retient pas, de peur que me réprimandent les préposés à mon supplice qui consiste à couper le bois avec lequel on me brûle. »
Rabbi ‘Akiva lui demanda:
« Mon fils, quel était ton métier dans le monde d’où tu viens ? »
L’homme répondit:
« J’étais percepteur d’impôts. J’avantageais les riches et je persécutais les nécessiteux. J’ai commis encore d’autres fautes très graves. »
Rabbi ‘Akiva lui dit:
« As-tu entendu de ceux qui sont préposés à ton supplice s’il existe une solution pour toi ? »
L’homme répondit:
« J’ai entendu une solution impossible. Ils ont dit que si ce misérable avait un fils qui se tiendrait au sein de l’assemblée et dirait « Baréh’ou Ete Hachem Ha-Mévorah’ » et que l’assemblée lui réponde « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’Olam Va’Ed », ou bien qu’il dise le Kaddich et qu’on lui réponde « Yéhé Chémé Rabba Mévarah’ », on l’acquitterait immédiatement de son châtiment. Mais cet homme n’a pas laissé de fils derrière lui, il a abandonné sa femme lorsqu’elle était enceinte, sans savoir si elle avait accouché d’un garçon ou d’une fille. »
Rabbi ‘Akiva lui demanda:
« Quel est ton nom ? »
Il répondit:
« ‘Akiva. »
« Quel est le nom de ta femme, »
« Chochniva »
« Quel est le nom de ta ville ? »
« Lodakiya »
A ce moment là, Rabbi ‘Akiva eut beaucoup de peine pour lui, et décida d’aller se renseigner dans cette ville au sujet de cet homme, pour savoir s’il avait eut un fils, afin de lui enseigner la Torah et de le placer au sein de l’assemblée. Dès que Rabbi ‘Akiva mentionnait son nom, les gens le maudissait. Ils en faisaient de même lorsqu’il demandait des renseignements sur sa femme. Rabbi ‘Akiva demanda s’il avait un garçon, et on lui répondit que l’enfant était incirconcis.
Rabbi ‘Akiva alla trouver l’enfant, le circoncis et commença à lui enseigner la Torah, mais l’enfant ne captait pas l’enseignement. Rabbi ‘Akiva observa 40 jours de jeûne, lorsqu’une voix céleste retentit et lui dit : « Rabbi ‘Akiva, va lui enseigner ! »
Et Rabbi ‘Akiva lui enseigna la Torah, le Chéma’, la ‘Amida et le Birkat Ha-Mazon. Il le plaça devant l’assemblée et il dit : « Baréh’ou Ete Hacshem Ha-Mévorah’ ». L’assemblée répondit « Barouh’ Hachem Ha-Mévorah’ Lé’Olam Va’Ed ». Il dit aussi le Kaddish et l’assemblée répondit : « Yéhé Chémé Rabba ». Ensuite, il lui enseigna la Michna et le Talmud, les Halah’ot et les Agadot, jusqu’à ce qu’il devienne un grand érudit dans la Torah. Il s’agit de Rabbi Nah’oum Ha-Pakouli (duquel sortirent de nombreux érudits dans la Torah).
A cet instant, on libéra son défunt père de ses souffrances. Il vint immédiatement en rêve chez Rabbi ‘Akiva et lui dit : « Qu’il en soit la volonté d’Hachem ! Que ton esprit soit apaisé dans le Monde Futur, comme tu as apaisé mon esprit car tu m’as épargné du châtiment du Guéhinam. Lorsque mon fils est rentré dans la synagogue et qu’il a dit le Kaddich, on a déchiré ma terrible sentence. Lorsqu’il est rentré dans la maison d’étude, on a annulé tous mes jugements. Lorsqu’il est devenu un érudit et qu’on la nommé « Rabbi », on a placé ma chaise dans le Gan ‘Eden parmi les Tsaddikim et les pieux, on m’a couronné de plusieurs couronnes. C’est par ton mérite que j’ai bénéficié de tout ceci. » Rabbi ‘Akiva s’exclama immédiatement : « Hachem ! Ton Nom est pour l’éternité ! Ton souvenir pérennise de génération en génération. ».
Que le sage écoute et en tire la leçon.

Notre le ARI zal écrit que lorsqu’on dit le Kaddich, on procure également un moyen très puissant au défunt de s’élever de niveau en niveau dans le Gan ‘Eden. Par conséquent, nous avons l’usage de dire le Kaddich pour le père ou la mère, même s’ils étaient de véritables Tsaddikim. L’usage est également de dire le Kaddich tous les ans à partir du vendredi soir qui précède la date de la Azkara jusqu’au jour de la Azkara inclus (Si la date de la Azkara tombe un vendredi soir, on commende à dire le K&addich depuis le vendredi soir précédant). Le Chabbat qui précède la Azkara, on a l’usage de faire monter le fils du défunt à la Haftara.
Lorsqu’on récite le Kaddich, il faut se courber à 5 reprises:
« Itgadal » ; « Yéhé Chémé Rabba » ; « Itbarah’ » ; « Bérih’ Hou » ; « Vé-Imrou Amen » (Daamiran Bé’alma « Vé-Imrou Amen »)

8 Halachot Les plus populaires

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha


L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha