Halacha pour lundi 11 Kislev 5780 9 décembre 2019

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous écrivons parfois dans les termes « un fils envers son père », ou bien « une fille envers sa mère » ce ne sont que de simples exemples.  

Lorsque le fils voit ses parents passer devant lui, il est tenu de se lever complètement devant eux, c'est-à-dire, en se mettant véritablement debout.

La règle est la même concernant le Rav qui passe devant son élève, l’élève est tenu de se lever s’il le voit.

Cependant, il est enseigné dans la Guémara Kiddouchinn (33b):
Rabbi Abba dit au nom de Rabbi Yanaï : l’élève n’est autorisé à se lever devant son Rav (et selon certains décisionnaires, la règle est la même pour un fils devant son père) que seulement le matin et le soir, (c'est-à-dire 2 fois par jours), afin que l’honneur du Rav ne soit pas plus important que l’honneur d’Hachem (car nous lisons le Chéma’ le matin et le soir, et si l’on se lève devant le père ou le Rav plus de 2 fois, leur honneur sera plus important que celui d’Hachem). Tel est l’usage des Achkénazim, qui ne se lèvent devant leurs Rabbanim que seulement 2 fois par jour, et selon certains décisionnaires, la règle est le même pour les parents.
Mais selon l’usage des Séfaradim – ainsi que selon certains décisionnaires Achkénazim – le fils est tenu de se lever devant son père ou devant son Rav, même 100 fois par jour si c’est nécessaire, car il y a des avis qui contredisent Rabbi Yanaï dans la Guémara, et puisque le texte compare la crainte que l’on doit avoir du Rav, à celle que l’on doit avoir d’Hachem – comme l’ont dit nos maîtres « La crainte de ton Rav doit être égale à celle d’Hachem » - on est donc tenu de se lever même 100 fois par jour s’il le faut. Tel est l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an Arouh’, duquel les Séfaradim ont accepté les décisions Halah’iques.

A partir de ce que l’on a expliqué dans les précédentes Halachot, « qu’un père qui renonce à sa crainte, sa crainte est pardonnée », il semble donc que si un père demande à son fils de ne pas se lever devant lui à chaque fois mais uniquement deux fois par jours, le fils est autorisé à le faire. Ainsi, le petit-fils de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l a consulté son illustre grand-père notre maitre le Rav z.ts.l au sujet de l’enseignement de nos maitres selon lequel un élève qui rencontre son Rav doit le saluer par les termes « Chalom ‘Alé’ha Rabbi » (« Chalom mon vénéré maitre »), ainsi que d’autres règles énoncées à ce sujet, et il demanda à notre maitre le Rav z.ts.l : sommes-nous (les petits-enfants) tenus d’agir ainsi à chaque fois que nous rencontrons notre maitre le Rav z.ts.l qui était notre guide et notre maitre, ou bien est-il suffisant de le saluer par les termes « Chalom grand-père » ?
Après quelques instants de réflexion, notre maitre le Rav z.ts.l répondit à son petit-fils en ces termes : « Tu es mon petit-fils et tu as la possibilité de me parler quand tu veux. » Ce qui signifie que puisque de notre époque nous avons l’usage de passer sur les règles protocolaires de respect en vigueur dans les temps anciens, dès lors où le père ou le Rav renoncent à ces choses-là, leur respect est pardonné, leur crainte est pardonnée, comme nous l’avons expliqué.

Le fils est tenu de se lever devant son père ou devant son Rav lorsqu’ils montent à la Torah, Même si selon le Din il n’y a pas d’obligation de rester debout durant toute la durée de la montée du Rav ou du père à la Torah, et il aurait été suffisant de se lever uniquement au moment ou le Rav ou le père passent devant le fils ou l’élève pour monter à la Téva où se trouve le Sefer Torah, malgré tout l’usage chez les Sefaradim ainsi que dans les communautés du moyen orient, est de se lever et de rester debout tout le temps de la lecture de la montée du père ou du Rav à la Torah.
Notre maître le H’YDA écrit que puisque tel est notre usage, la chose est devenue une totale obligation, car si l’on ne se lève pas devant le père ou devant le Rav, on exprime du mépris envers eux, car on ne leur accorde pas les usages honorifiques courants. Telle est l’opinion de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l.
Selon cela, même si le père renonce à son respect et demande à son fils de ne pas se lever durant tout le temps de sa montée à la Torah, le fils n’est pas autorisé à l’écouter, car cela représente une marque de mépris envers le respect du père, or un père qui renonce à son humiliation, son humiliation n’est pas pardonnée.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

ORDEN RITUAL DE LA NOCHE DE ROSH HASHANA

Las dos noches de Rosh Hashana es costumbre comer alimentos que simbolizan buenos designios para Israel. Por ello se come Rubia o lubia en árabe, zapallo –calabaza dulce-, dátiles, acelga, puerro, cabeza de cordero, manzana y miel. Ya hemos escrito oportunamente, que la perso......

Lire la Halacha

COMO RETRACTARSE DE LAS CALUMNIAS HABLADAS

Pregunta: Es necesario, para poder retractarse correctamente, acercarse a la persona que se criticó –sobre la que se habló “lashon hara”- para aclararle lo que habló de él? Por otro lado, el rabino que dictaminó en forma rigurosa, prohibió ......

Lire la Halacha

ENCENDIDO DE VELAS EN ROSH HASHANA

El primer día de Rosh Hashana es costumbre encender las luminarias del Yom Tob –festividad- antes de la caída del sol, como se lo hace en la víspera de Shabbat. De todas formas, si no se encendieron las luminarias en la víspera de la festividad, podrá la muje......

Lire la Halacha

PORMENORES DE LA PLEGARIA DE ROSH HASHANA

Obviamente, las plegarias de Rosh Hashana son pronunciadas desde un “majzor” o libro de plegarias en los cuales encontramos distintos textos y semánticas, según la costumbre de cada comunidad. Sin embargo, debido a la inquietud que cada año nos hacen llegar sobre alg......

Lire la Halacha


SOBRE EL LLANTO EN ROSH HASHANA

Pregunta: Se puede llorar en Rosh Hashan en las plegarias para invocar la misericordia divina? O acaso es preferible desarrollar las plegarias con alegría? Respuesta: Analizaron las autoridades rabínicas si en el día de Rosh Hashana es asimismo un precepto alegrarse al igual ......

Lire la Halacha

EL HOMBRE CONSIDERARSE MEDIO INOCENTE Y MEDIO CULPABLE

El Talmud (Kiddushin 40) nos dice: El hombre debe verse a si mismo como medio culpable y medio inocente, si observa un precepto, dichoso de él, pues inclina su balanza hacia la inocencia, pero si comete un pecado, pobre de él, pues la inclina hacia su condena. Esto significa, que la......

Lire la Halacha

LA SALIDA DE QUIPUR

Al terminar el sagrado día de Quipur es necesario, según enseñan nuestros sabios, agregar unos minutos al día, de manera de no culminar la santidad del mismo en forma inmediata con la salida de las estrellas. Como vimos en otras ocasiones, lo ideal de acuerdo a la postura......

Lire la Halacha

SONIDOS DEL SHOFAR

Es un precepto de la Torá oír el sonido del shofar el día de Rosh Hashana, como está escrito: Día de Teruá -sonido del shofar-será para ustedes. Por lo tanto a partir de que se ha recitado la bendición sobre dicho sonido u oído la misma ......

Lire la Halacha