Halacha pour lundi 4 Kislev 5780 2 décembre 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », « Vous craindrez père et mère ».    

Comment se définit la crainte?
Ne pas se tenir à l’endroit réservé à son père pour prier.
Ne pas s’assoir à l’endroit réservé à son père lorsqu’il siège avec les membres de son foyer (par exemple ; en tête de table).
Ne pas contredire les paroles de son père, en disant : « Papa, ce que tu as dis n’est pas correct. »
Ne pas confirmer les paroles de son père en disant : « Tes propos me semblent justes. » (Nous expliquerons plus tard)

Selon certains décisionnaires, il est interdit de s’assoir à la place réservée à son père même lorsque celui-ci est absent, mais selon d’autres décisionnaires il ne faut se l’interdire qu’en présence du père car en agissant ainsi, on montre véritablement de l’effronterie et un manque de politesse en s’asseyant à la place du père en sa présence. Mais lorsqu’il est absent, il serait permis de s’assoir à sa place.

Du point de vue de la Halacha, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que selon le strict Din il est permis de s’assoir à laplace du père en son absence. Cependant, il faut ajouter à cela qu’étant donné qu’il est répandu dans nos mœurs que le fait de s’assoir à la place réservée au père – par exemple lorsqu’il s’agit d’une chaise ou d’un fauteuil spécialement réservé au père – est une marque d’effronterie et de manque de respect vis-à-vis du père, dans ce cas la chose est interdite selon tous les avis, car le manque de respect vis-à-vis du père est interdit dans tous les cas.                

Quelles sont les limites de la crainte des parents?
Si une personne porte de somptueux habits et qu’elle se trouve à la tête d’une grande assemblée, même si son père ou sa mère se présentent et déchirent ses vêtements en frappant leur enfant sur la tête et en lui crachant au visage, cette personne ne doit pas leur faire honte, mais se taire et avoir peur du Roi des rois qui lui a ordonné cela. (ce Din s’apprend de l’histoire rapportée dans la Guemara et que l’on a mentionné dans la précédente Halacha : « On raconte au sujet de Dama Ben Natina, qu’un jour où il était vêtu de vêtements brodés au fil d’or, comme ceux que portaient les notables de Rome, et qu’il siégeait en présence des notables de Rome, sa mère se présenta devant lui, lui déchira ses vêtements et le gifla en lui crachant au visage, sans qu’il ne lui fasse honte.)

Comment se définit le respect?
Nourrir ses parents, les vêtir, les couvrir ou autre.
Mais surtout leur donner tout cela avec un visage enthousiaste, car même si une personne nourrit ses parents chaque jour avec des oies engraissées, si elle le fait avec un visage irrité, elle peut subir un châtiment, car la bonne relation et le visage enthousiaste sont des parties centrales et fondamentales dans le devoir du respect des parents. 

Quelles sont les limites du respect des parents?
Même si des parents saisissent le porte monnaie de leur enfant et le jette en sa présence à la mer, il ne doit pas leur faire honte ni les incommoder, ni même se mettre en colère envers eux, mais plutôt accepter la décision de la Torah et se taire.
Selon certains, il est au moins permis -  si on en a la possibilité - de les empêcher de jeter le porte monnaie à la mer.
Malgré tout, on peut poursuivre son père ou sa mère au Beit Din pour avoir jeté cet argent à la mer, car on n’est pas tenu de perdre son argent pour le devoir de respecter ses parents.

Nous poursuivrons plus tard – avec l’aide d’Hachem – les nuances entre le respect des parents et la crainte des parents.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha