Halacha pour jeudi 12 Tevet 5780 9 janvier 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Une femme érudite dans la Torah

Dans des précédentes Halachot, nous avons expliqué l’obligation de se lever devant une personne âgée, sans faire de différence entre un homme âgé ou une dame âgée. Nous avons également expliqué l’obligation de se lever devant un Talmid H’ah’am (un érudit dans la Torah), ainsi que devant l’épouse d’un Talmid H’ah’am.

Dans la précédente Halah’a, nous avons également précisé que selon notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, une élève est soumise à l’obligation de respecter son enseignante qui lui apprend la Torah. L’élève est tenue de se lever devant elle, et il lui est interdit d’appeler son enseignante par son nom, car il est expliqué dans une Michna du traité Bava Métsi’a (33a) que la raison pour laquelle un élève est soumis à l’obligation de respecter son Rav, réside dans le fait que le Rav mène l’élève au ‘Olam Ha-Ba (le Monde Futur). Il en est donc de même pour une élève, puisque son enseignante l’éduque dans la Torah, la morale et la pudeur, et de ce fait, mène l’élève au ‘Olam Ha-Ba. Même si l’enseignante perçoit un salaire pour cet enseignement, pour sa subsistance, cela n’a aucune incidence, car le fait qu’un élève soit soumis à l’obligation de respecter son Rav, n’est pas lié avec le fait que son Rav a accompli une Mitsva en enseignant de la Torah à l’élève, mais seulement avec le fait que le Rav a inculqué à l’élève les voies de notre Sainte Torah, et en agissant ainsi avec lui, le Rav lui a fait acquérir son ‘Olam Ha-Ba. Par conséquent, la chose ne dépend pas des intentions du Rav, fait-il cela pour gagner sa vie, ou bien le fait-il afin d’accomplir la Mitsva d’enseigner la Torah?!
Le Din est le même vis-à-vis d’une enseignante, puisqu’elle mène son élève au Monde Futur, l’élève est soumise à l’obligation de respecter son enseignante.

Le Gaon Rabbi H’izkiyahou DI SILVA (l’auteur du « Péri H’adach ») écrit qu’il est évident qu’il y a une obligation de se lever devant une femme érudite dans la Torah, au même titre qu’il faut se lever devant un Talmid H’ah’am, même si la femme n’est pas soumise à l’obligation d’étudier la Torah (une femme est tenue d’étudier uniquement les Halachot qui lui sont nécessaires pour l’accomplissement des Mitsvot la concernant, Chabbat, Yom Tov, Cacherout, bénédictions alimentaires, Téfila, pureté familiale, pudeur physique et vestimentaire etc …) - et si la femme étudie la Torah au point de devenir érudite comme un Talmid H’ah’am, elle ne recevra pas une récompense aussi importante que celle d’un homme, car elle n’est pas soumise au devoir d’étudier la Torah - malgré tout, au définitif, elle est érudite dans la Torah, et par conséquent, il est une obligation de l’honorer pour la Torah qui est en elle, car l’honorer c’est honorer la Torah. De nombreux et importants décisionnaires tranchent ainsi, et telle est également l’opinion de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l qui ajoute encore que s’il s’agit d’une femme influente qui attire d’autres femmes vers le respect des lois de la Pureté Familiale, de la Cacherout, du Chabbat, ou autre, même si cette femme n’est pas tellement érudite dans la Torah comme un Talmid H’ah’am, malgré tout il est obligatoire de l’honorer, comme il est expliqué dans le traité Kiddouchinn (33a) où l’on enseigne qu’il faut se lever devant un homme qui possède des actions. Or, les Guéonim expliquent que la définition de l’homme qui possède des actions, correspond à un homme qui est généreux envers la Tsédaka, qui se consacre aux besoins de la collectivité et qui possède des bonnes qualités, même s’il ne s’illustre pas dans l’érudition de la Torah, nous sommes tenus de l’honorer et de se lever devant lui, comme le tranche MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (Yoré Dé’a chap.244).
Le Din est le même vis-à-vis d’une femme influente. Par conséquent, il faut se lever devant elle comme nous l’avons expliqué.

Vis-à-vis d’une femme érudite dans la Torah, il est bon de mentionner de nombreuses femmes qui étaient de grandes érudites dans la Torah.
Dans le TANA’H (la Bible), nos saintes matriarches se sont particulièrement illustrées, et en particulier notre mère Sarah, ainsi que Miryam la sœur de Moché Rabbénou et de Aharon, ou bien H’anna l’épouse de Elkana, ou bien Dévorah la prophétesse, ainsi que H’oulda, Avigaïl, Esther et d’autres …
Nous trouvons aussi des femmes très importantes sur le plan spirituel même dans les générations suivantes. De nombreuses femmes sont célèbres du temps de la Michna et de la Guémara, comme Bérourya l’épouse de Rabbi Méïr (Péssa’him 62b) entre autres.
De même, dans les générations suivantes, comme au moyen-âge la fille de RACHI était très célèbre, et à la fin de la vie de son père elle rédigea et signa des responsa de Halacha.
Dans les Téchouvot (responsa) du Mahary MOULINN (chap.75), on cite des réponses Halachiques de la Rabbanitt Leah qui correspondait régulièrement avec les grands de la génération sur des sujets de Halacha.

Notre maitre le ‘HYDA – dans son livre Ma’gal Tov (page 61) – fait lui aussi l’éloge de sa digne épouse la Rabbanitt Rah’el. Il écrit à son sujet qu’elle était unique dans sa génération parmi les femmes dans la sagesse et qu’elle possédait une intelligence puissante et redoutable.
D’autres femmes précieuses ont eu le mérite d’être grandes dans la Torah.
En irak, la femme de Rabbi Ya’akov Mi-KOURDISTANN – qui était le Roch Yéchiva de la ville de Mossoul – enseignait la Torah aux élèves derrière un rideau.
De même, dans la génération précédente, plusieurs femmes étaient érudites dans la Torah, et parmi elles, la mère du Gaon Rabbi Yéhouda TSADKA z.ts.l. Elle assistait aux cours de notre maitre le Rav z.ts.l. Elle posait des questions et y répondait elle-même avec beaucoup de sagesse et d’intelligence.
Ces femmes étaient des femmes érudites et justes, pudiques dans leurs vêtements comme dans leurs actes.
C’est par le mérites des femmes Tsadkaniyott (justes) qu’Israël sera définitivement délivré (Sotta 11b).
(Nous savons qu’il existe de notre temps des hommes qui s’affichent comme des Talmidé Hah’amim, alors qu’ils ne maitrisent absolument pas les connaissances dans la Torah, et qu’ils manquent de Crainte du Ciel. De même, il existe aussi des femmes complaisantes, qui désirent mettre à totale égalité les hommes et les femmes, en exprimant des opinions « de Torah » contraires à la Halacha.
Chacun a la liberté de choisir les véritables Talmidé H’ah’amim à suivre, ceux qui connaissent véritablement Hachem et qui valorisent Son Nom).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah. La mesure d’un « repas r&e......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha